Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Aung San Suu Kyi condamnée à 4 ans de prison par la junte    Profil bas    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Conseil des ministres: Jeux Méditerranéens, Internet et importation de véhicules au menu    Bouira: Une victime du monoxyde de carbone secourue    Discussions ministère-syndicat: La grève du Cnapeste se poursuit en attendant...    Longue chaîne létale    En hommage au Pr Hadj Miliani: Des «journées littéraires» du 8 au 24 décembre    Ces «maquisards» du prêt-à-porter    «Retour de l'argent sale à la faveur des alliances»    Haaland peste contre l'arbitrage    Pochettino sous forte pression    Première défaite pour Xavi    Dans le flot de la contestation    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    L'écrivain Pierre Rabhi n'est plus    Plusieurs routes nationales fermées à la circulation    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    Le procès du président du MDS reporté à dimanche prochain    Une ambition technologique de l'Algérie : l'hydrogène sera le gaz naturel en 2030    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La direction demande le report de la rencontre face à l'USMA    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Attentat suicide contre la caserne de Dellys (Boumerdès )
Le kamikaze n'avait que 15 ans
Publié dans El Watan le 10 - 09 - 2007

Il avait à peine 15 printemps. Il y a près de deux mois, il s'apprêtait à passer son brevet d'enseignement moyen (BEM) au collège de Bourouba, à Bachdjarah (est d'Alger) lorsque des adultes ont changé le cours de sa destinée. D'un élève très sérieux, apprécié par ses camarades et ses voisins, Nabil s'est transformé en kamikaze, portant le pseudonyme de Abou Mossaâb Zerkaoui, un des chefs d'Al Qaïda tué par les Américains en Irak.
Il s'est fait tuer dans le camion qui a explosé dans la caserne des gardes-côtes à Dellys en emportant une trentaine de marins et en causant de graves blessures à autant d'autres, en cette matinée du samedi 8 septembre. Dans un communiqué du GSPC revendiquant les attentats de Batna et de Dellys, Nabil apparaît avec un large sourire, portant une tenue militaire, la tête entourée d'un turban et entre les mains une kalachnikov. Dans son quartier, à la cité des Fonctionnaires de Bachdjarah, c'est la consternation. Le choc. Dans le désarroi, sa famille n'arrive pas à admettre. « Nabil est mon petit-fils préféré. C'est un enfant des plus respectueux et des plus calmes. Je l'ai vu grandir et jamais je n'aurais pensé un jour qu'il pouvait faire du mal à quelqu'un », déclare en pleurs sa grand-mère. La maison ne désemplit pas. Tout le monde vient exprimer sa compassion à la famille Belkacemi dont les parents ont été convoqués par la police. Les voisins sont unanimes à vanter l'éducation de Nabil, né en 1992 à la cité même, tout comme d'ailleurs celle de ses deux autres frères moins âgés que lui. « Il jouait au ballon et n'a jamais élevé sa voix ou manqué de respect aux habitants. C'est un garçon exemplaire », révèle un des voisins rencontrés sur les lieux. C'est en fin de journée que les Belkacemi arrivent complètement abattus et lourdement éprouvés. Ils refusent de revenir sur ce drame, mais ils acceptent de livrer quelques détails sur ce qui est arrivé à leur fils. « Il était le plus calme de mes enfants. Il étudiait normalement et devait passer son BEM cette année. Il aimait beaucoup jouer au football devant l'immeuble et tout le monde ici lui reconnaît sa bonne éducation. Il fait la prière mais n'a pas un comportement extrémiste. Il n'a jamais interdit la télévision ou la musique. Il ne laissait transparaître aucun geste ou acte qui pourrait exprimer son penchant vers l'extrémisme. Il ne parlait jamais de politique, encore moins du gouvernement ou des partis politiques. Puis, il a commencé à fréquenter régulièrement la mosquée d'Apreuval, à Kouba, tout en allant à l'école. Il ne s'est jamais absenté, jusqu'au jour où il a passé la nuit à la mosquée, puis il a disparu. Il m'a appelé sur un téléphone portable pour me dire de ne pas m'inquiéter et qu'il allait rentrer. C'était dix jours avant le BEM », raconte en pleurs sa mère. Elle s'arrête quelques moments puis reprend difficilement son récit. Elle essuie ses larmes et s'abreuve d'eau fraîche. « Il m'a dit : ‘‘Maman j'ai peur. Je ne sais pas où je suis. J'ai envie de m'enfuir mais j'ai peur qu'ils vous tuent. Ils m'ont averti que si jamais je leur échappais, ils s'en prendront à vous. Mais ne t'inquiètes pas, je trouverai l'occasion de fuir.'' Puis il a raccroché. Il m'a rappelé deux ou trois fois seulement. J'ai informé tout le monde. J'ai tout fait pour le sauver mais ils ont fini par le tuer. Je sais qu'on l'a obligé à aller dans ce fourgon maudit pour tuer autant de marins. Je sais qu'il a voulu s'échapper et le chauffeur l'a retenu de force. Ce n'est qu'un gosse. Comment expliquer qu'un homme de 35 ans fréquente un enfant de 15 ans ? Laissez-moi faire mon deuil et je montrerai au monde entier ce dont sont capables ces gens-là. Ils sont en train de tuer nos enfants. Pourquoi n'ont-ils pas envoyé ceux qui écument les maquis depuis des années ? Pourquoi le choix des enfants ? Si c'était un adulte, je dirais qu'il n'a que ce qu'il mérite, mais ce n'est qu'un enfant que des adultes ont transformé en kamikaze », lance en pleurs la mère de Nabil. Cette mère éplorée estime que son fils ne vaut pas plus que cette trentaine de marins tués le matin du dimanche alors qu'ils levaient l'emblème national. « La mort de Nabil n'a pas été plus dure que de savoir qu'il a servi pour déchiqueter une trentaine d'Algériens. Je n'arrive pas à le croire. Je ne laisserai pas ceux qui ont enlevé mon fils en paix », déclare cette femme d'une quarantaine d'années. « Je ne peux même pas l'enterrer. Tout comme ces marins déchiquetés. Ils n'ont trouvé que son sang. Comment pourrais-je lui faire une tombe ? Pour moi, il a été enlevé et tué au maquis. C'est une victime des tueurs », dit-elle à son mari avant que les policiers ne viennent chercher après lui. Le père Belkacemi est lui aussi très choqué. Parfois il se culpabilise de s'être chamaillé avec Nabil, la veille de son départ, mais précise que cette dispute ressemble à celles que tous les pères ont avec leurs enfants. « Je l'ai grondé et même frappé une fois, parce qu'il ne quittait plus la mosquée d'Apreuval et rôdait tout le temps avec l'imam et un autre adulte du quartier. Il s'est absenté de l'école et je me suis énervé parce que ce n'était pas de ses habitudes. Il est très studieux et respectueux », déclare le papa avant de tenir sa tête entre les mains et quitter précipitamment la maison. En fait, l'imam en question semble un multirécidiviste en endoctrinement puisque de nombreux jeunes de Kouba, y compris le fils de Ali Belhadj, ont pris le chemin du maquis grâce à ses prêches. Il est certain que les Belkacemi ne s'attendaient nullement à un tel drame avant que les policiers ne leur apprennent la nouvelle. Un drame qui, disent-ils, menace toutes les familles algériennes. « Nos enfants sont devenus la proie des criminels et tous les parents doivent être conscients de cela », lâche un des voisins des Belkacemi. Dans le communiqué diffusé samedi soir, le GSPC a rendu publics les noms des kamikazes. Abou Mossaâb Zerkaoui pour Dellys, sans pour autant divulguer le nom du deuxième kamikaze qui ont conduit le camion bourré de 800 kg d'explosifs pour exploser dans la cour de la caserne au moment de la levée des couleurs, à 7h45. Le GSPC affirme que l'attentat de Batna a été mené par Abou Mokdad El Wahrani qui avait une ceinture d'explosifs autour de sa taille. Fait troublant : le communiqué précise que l'attentat ciblait Bouteflika, mais le kamikaze ne pouvant l'atteindre, s'est fait exploser au milieu des forces de sécurité. L'organisation terroriste tente de tromper l'opinion publique en affirmant que les morts se comptaient parmi les services de sécurité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.