Copa America : Une première complètement ratée pour l'Argentine    5 exercices qui n'affecteront pas vos genoux    Brésil : Dani Alves mécontent du public    Régularisation foncière: 3.700 actes délivrés et 90 milliards de recettes    Société civile: Une feuille de route pour sortir de l'impasse politique    Entendus aujourd'hui: Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant la Cour suprême    Les manipulateurs ont été mis en échec    Relizane: Près de 10.500 candidats au bac    Selon un récent bilan de la wilaya: Plus de 600 constructions illicites démolies depuis le début de l'année    Pour la réussite de la saison estivale: 78 gestionnaires des plages en formation    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Cour suprême : Abderrachid Tabi installé au poste de Premier président    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Coupe d'Algérie 2019 : Le CR Bélouizdad honoré par le wali d'Alger    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    CAN-2019 de football, préparation Algérie - Mali, ce soir à Doha : Vaincre et convaincre avant l'Egypte    XXe réunion de l'Association des Sénats d'Europe : Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Guerre commerciale : Huawei réclame plus d'un milliard de dollars à Verizon sur des brevets    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Delort, en pompier ou en messie ?    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec Mustapha Benfodil
« Anartista ! »
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2007

L'écrivain a présenté son dernier roman L'Archéologie du chaos (Amoureux) devant un public nombreux. Un cinglant attentat littéraire a été perpétré cette semaine, sans que les bras séculiers des gardiens du discours dominant aient pu déjouer la frappe.
L'auteur de ce forfait, Mustapha Benfodil, poète, dramaturge expérimental, écrivain et reporter à El Watan, a profité de la complicité des éditions Barzakh, groupuscule récidiviste puisque Benfodil a déjà publié sous le même label son premier roman Zarta ! (2000) et le déroutant et « monstrueux », selon l'éditrice Selma Hellal, Les Bavardages du seul (2003). L'archéologie du chaos (amoureux), le dernier roman de Mustapha Benfodil a été auditionné avant-hier au Centre culturel français à Alger, lors d'une rencontre post-ftour animée par le critique Rachid Mokhtari et la poétesse Nadia Sebkhi. Selon les aveux même de l'auteur, son roman — articulé en trois récits et chutant sur un subversif « manifeste du chkoupisme »— est un « attentat sémantique qui casse le récit dominant ». Selon les premiers éléments de l'instruction, Benfodil a également bénéficié d'un vaste réseau de complicité littéraire dans son entreprise d'« anartiste ». Le renvoi d'accusation évoque quelques noms et groupes subversifs : Kant, le dadaïsme, Charles Buchowski, Ibn Arabi, Lautréamont, Cioran, Boudjedra, Kubrick, The beat génération de Kerouac à Burroughs, Kateb Yacine, René Char, etc. Benfodil joue sur une foisonnante intertextualité puisant jusqu'aux Ecritures puisque, selon sa déposition, « la littérature est quelque chose de total ». Alors, c'est « l'archéologie des textes : chercher dans le sens primitif des mots le sens primitif du monde ». Là, est une partie de l'archéologie. L'autre est dans la « fouille du corps », les personnages étant les champs de ces fouilles. Se fouiller soi-même. « La littérature est pour moi une tentative d'immersion dans mon subconscient », avoue Benfodil lors de l'interrogatoire. Fouiller dans le chaos. Le chaos urbain, affectif, social et du langage. L'éclatement de ce dernier étant « le stade suprême de la littérature ». Le roman se déploie en trois récits. Dans le premier, le personnage de Yacine Nabolci se confronte à l'origine du monde : enfant bouleversé par la vue d'un sexe féminin et jeune homme cherchant à résoudre l'énigme de l'univers et à renverser le régime par une sorte de révolution sexuelle. Suit un autre récit, un autre niveau de fiction, une sorte de making-of du premier récit, puis un autre qui revient sur le tout en forme d'enquête policière. Mais une enquête dont les indices sont des manuscrits et des mots laissés par des personnages du roman. Ces confusions des genres et des textes, ces troublants niveaux de récits servent à questionner la littérature sur le statut même de la fiction. L'objet du délit lui-même —254 pages excellemment manufacturées par l'imprimerie de référence Mauguin — confirme les intentions subversives du prévenu Mustapha Benfodil. On y croise au détour des pages, des graffitis, des desseins, et même une page noire avec au milieu « une pensée noire ». Un projet plastique autour de l'œuvre serait en marche. Il s'agit de créer un livre-objet à partir d'un matériau intime : les manuscrits successifs du livre en chantier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.