Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Habit traditionnel d'Algérie
Le caftan tlemcénien
Publié dans El Watan le 18 - 11 - 2004

Prétendre contracter un mariage à Tlemcen, sans penser étoffer la dot de l'épouse du caftan purement local, pourrait être considéré comme une offense quasiment irréparable à la tradition ancestrale.
En plus de la blouza (robe) toute aussi précieuse, cet habit traditionnel, qui vaut son pesant d'or, est indispensable pour le « défilé » de la mariée. Un instant toujours immortalisé et amplement commenté sous les sons mélodieux du haouzi, un genre musical incontournable dans la cité des Zianides. La nuit des noces, l'heureuse élue porte à la limite de l'ostentation festive cet apparat, obligatoirement auréolé généralement de deux jbines (couronne), de trois zerouf (sorte de perles), une kchéchia, el khorssa (espèce de boucles d'oreilles qui « tombent » des tempes) et la panoplie de djouher, une meskia et une fouta en mensoudj. Une véritable chedda qui revient entre 60 000 et 70 000 DA. Une fortune pour les bourses moyennes qui, tradition oblige, sont tenues d'acquérir ou - depuis quelque temps - de louer. Même si les familles, par pudeur, s'abstiennent de trop polémiquer. « Le caftan n'est pas obligatoirement acheté par le marié, c'est selon les convenances mais, on ne peut pas s'en passer », précise Chaouch Ramdane, cadre dans une entreprise touristique. « Il est aussi porté par les fillettes, lors des fêtes religieuses », renchérit-il. Et comme les fleurs ont des épines, le caftan et tous les « accessoires » de valeur (en plus de son coût)... sont lourds à porter. Selon une dame, la finalité est que « ce poids est en fait un souhait : tant que l'habit est lourd, la mariée vivra aussi longtemps que possible dans son foyer. A l'instar du karakou et du ksentinia, le caftan est une référence dans notre cité et quel que soit son prix, on s'assujettit à la tradition », conclut notre interlocuteur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.