La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La méthode Ankara    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les raisons de l'union patronale    «Nous sommes un partenaire fiable de l'Afrique»    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    Nouveau test    Cher pèlerinage!    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gisement de zinc de Oued Amizour
La production pourrait démarrer en 2010
Publié dans El Watan le 15 - 12 - 2007

Il est encore trop tôt pour parler d'une date d'entrée en production, mais on peut donner des estimations », nous a déclaré le président de la compagnie australienne Terramin, Kevin C. Moriarty.
Rencontré en marge de la conférence internationale sur les ressources minérales tenue au début du mois de décembre à Alger, le président de Terramin, qui assure aussi les fonctions de PDG de la joint-venture Western Mediterranean Zinc (WMZ) qui détient le permis d'exploration sur le gisement de zinc et de plomb de Oued Amizour, nous a indiqué que l'entrée en production du gisement pourrait débuter en 2010. Actuellement, le projet est toujours en phase d'étude et une équipe d'une vingtaine d'ingénieurs et de spécialistes est en train de mener les études. « Nous espérons terminer les études en 2009 et les informations déjà en notre possession sont bonnes, nous espérons commencer la production en 2010 », nous a-t-il déclaré. « Les études qui sont menées sont consacrées au niveau du gisement et à l'impact environnemental du projet », selon M. Moriarty. « Notre gisement bénéficie de la proximité des infrastructures, notamment le port de Béjaïa. Les problèmes d'environnement ne se poseront pas dans la mesure où la mine sera moderne et sera construite selon les standards internationaux. Terramin a déjà acquis de l'expérience avec la mine d'Angas en Australie. Angas est un bon exemple pour la mise en place d'une technologie moderne pour réduire l'impact sur l'environnement », selon le responsable de Terramin. « C'est un exemple unique où il n'y a pas d'impact environnemental et social », a indiqué le PDG de Terramin. Concernant les investissements pour le projet, le responsable de Terramin les a estimés à 25 millions de dollars US pour les études et le forage, alors que le coût de développement du projet est estimé entre 150 et 200 millions de dollars US. Les perspectives commerciales s'annoncent très bonnes à l'avenir pour la demande en zinc et en plomb sur le marché mondial. Dès 2009, les géants qui sont en train de produire du zinc et du plomb vont voir le niveau de leur production décliner, selon les estimations de Terramin. La deuxième mine au monde de Century qui se trouve en Australie verra son gisement s'éteindre en 2015. « Nous espérons que le niveau de production sera de 150 000 t par an pour le zinc », a indiqué M. Moriarty. Pour le plomb, la production pourrait être située entre 50 000 et 90 000 t par an. Le gisement de Oued Amizour pourrait être considéré comme le quatrième gisement au monde après celui d'Antamina au Pérou qui produit 180 000 t de zinc par an. Concernant l'emploi, les besoins seraient de 800 emplois directs, tandis que les emplois indirects qui seront générés par le projet seraient de l'ordre de 2400, selon les estimations de Terramin. Le permis d'exploration sur le gisement de zinc et de plomb de Oued Amizour (le site de Tala Hamza) est détenu par la compagnie mixte algéro-australienne, la Western Mediterranean Zinc (WMZ). La WMZ, qui regroupe la compagnie australienne Terramin (65%), l'Entreprise nationale des produits non ferreux (ENOF) et l'Office de la recherche géologique et minière (ORGM) en tant que consortium (35%).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.