Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Josette Audin : « La France doit reconnaître tous ses crimes coloniaux »
Publié dans El Watan le 02 - 03 - 2008

La France doit reconnaître tous ses crimes coloniaux, c'est notre principale revendication », a déclaré hier à l'APS la veuve Audin jointe par téléphone.
« Maurice se sentait Algérien et était donc solidaire avec le combat de ses compatriotes pour la liberté », a ajouté Mme Josette Audin qui vit en France. Son neveu, Serge Grau, a assisté hier à l'inauguration de la plaque commémorative qui a eu lieu en présence d'officiels et de représentants de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM). La place, située au cœur d'Alger dans l'actuelle rue Didouche Mourad, jusqu'au 4 juillet 1963 avait porté le nom de triste renommée du maréchal colonialiste Louis Hubert Lyautey. Une année jour pour jour après l'indépendance, elle a été débaptisée pour porter dorénavant le nom d'un héros de la cause algérienne, à savoir Maurice Audin. Ce jeune communiste (il avait 25 ans en 1957), d'un courage légendaire, brillant enseignant de mathématiques à l'université d'Alger, s'engagea sans hésitation dans la résistance algérienne parce que convaincu que la cause était juste. Le 11 juin 1957, une escouade de « bérets bleus », des parachutistes du général Massu auxquels avait été confiée la pacification d'Alger, commandés par un capitaine et un lieutenant, firent irruption, tard dans la nuit à 23h dans le domicile du militant communiste. Maurice Audin ne retrouvera jamais la liberté. Ce n'est que le 22 juin que le Journal d'Alger annonce « l'arrestation de Maurice Audin placé en résidence surveillée ». Quelques heures plus tard, Pierre Maisonneuve, un conseiller du gouverneur d'Algérie Robert Lacoste, informe par courrier Mme Josette Audin que « son mari se trouve sous le coup d'une assignation à résidence et qu'il se trouve en bonne santé ». Maurice Audin était déjà mort, assassiné par strangulation par le lieutenant Charbonnier qui le torturait depuis son arrestation avec la complicité de l'ensemble des autorités militaires et politiques qui prétendra sans convaincre personne que Maurice Audin s'était évadé. Maurice Audin fait partie de ces êtres exceptionnels qui, comme les Yveton, Pechard, Guenassia, Timsit et tant d'autres, ont osé par humanisme et sens aigu de la justice, s'engager dans un combat qu'ils savaient dangereux. Un jour lorsque le conservatisme et le sectarisme se seront atténués, ces militants d'origine européenne devront eux aussi figurer dans les manuels d'histoire d'une Algérie fière de tous ceux qui ont participé avec brio à sa libération.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.