Chlef : La Journée des Douanes célébrée au nouveau siège    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Microcrédit à Tizi Ouzou : Cri de détresse d'un jeune promoteur    FAF : Une coupe de la Ligue à 20 clubs    MO Béjaïa : Le stage de Chlef annulé    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Tizi Ouzou : Drame à Aït Yahia Moussa    Boumerdès : Quatre projets pour le chef-lieu de wilaya    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Milan AC : Pioli commente l'exclusion d'Ibrahimovic    Barça : La famille de Messi dément prendre des cours de Français    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Football - Ligue 1: L'étau se resserre en tête, le CSC dans le rouge    Football - Cadors européens: Que signifie cette baisse de régime ?    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    L'urgence de la 2ème tranche du projet et son raccordement avec Oran-ouest: La pénétrante portuaire amorce sa dernière ligne droite    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Traque des exploitants frauduleux de l'espace public: Des panneaux publicitaires et des kiosques illicites démantelés au centre-ville    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    Longue attente et grande confusion    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Le monde en bref...    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





IBScientific, un portail animé par des Algériens
Nos chercheurs au Royaume Uni font leur revue
Publié dans El Watan le 17 - 05 - 2008

Il y a Abdelkader Essafi (de l'Imperial University), Sofiane Naci, Younès Mokrab et Abdeldjalil Bennecer (les trois de Cambridge University), Elhadj Benkhelifa (University West of England) et Abderrahmane Kaidi (Bristol University) et le webmaster Mohamed Ali Teffahi. Ces chercheurs et thésards algériens, basés au Royaume-Uni, ont lancé en 2006 IBScientific, IB renvoyant à Ibn Badis. Une revue scientifique anglophone pluridisciplinaire, d'accès gratuit en ligne, dévouée à faire de la littérature scientifique mondiale une ressource publique. Son ambition : acquérir une envergure internationale à l'instar des prestigieux hebdomadaires scientifiques anglo-saxons Nature et Science, en canalisant les avancées en sciences fondamentales, appliquées, technologiques, voire sociales. Belkacem Meghzouchène, un de leurs correspondants, en poste dans une firme biomédicale basée à Mostaganem, a répondu à nos questions.
Pourquoi ne pas créer un tel support en Algérie, avec les chercheurs algériens, en arabe et en français ?
Il faut savoir qu'IBScientific publie également des articles originaux soumis par des académiques algériens basés en Algérie. Le pont s'étend donc de la Tamise à la baie d'Alger ! Pour rappel, du 16 au 18 avril 2007, IBScientific avait parrainé, aux côtés du FOREM et de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche, la conférence qui s'est tenue à Alger et ayant eu comme thème « Le rôle de la science et du savoir dans le développement de la société et de l'économie en Algérie ». Le but était de jeter les bases des bonnes pratiques en termes d'initiatives scientifiques et technologiques afin de contribuer à l'essor de l'économie algérienne émanant de l'innovation ; c'est-à-dire offrir des opportunités de partager visions, stratégies et méthodes disponibles de telle sorte à convertir les idées de la recherche scientifique en produits et services dans le marché algérien. Je nourris ce fol espoir de pouvoir un jour lancer une publication hebdomadaire, en trois langues en Algérie, dédiée à la vulgarisation de la science pour le large public algérien. Le paysage médiatique de chez nous en manque terriblement. La concrétisation d'une telle entreprise créera une vraie plateforme dynamique d'échanges du savoir au profit de tous. Il est grand temps de basculer vers la science de proximité. Cela constituera à coup sûr un véritable pôle fédérateur de toutes les capacités algériennes où qu'elles se développent. En outre, IBScientific œuvre pour la création de l'académie des sciences en Algérie.
De quoi s'agit-il ?
Cette académie devra présenter une plateforme permettant de mettre en place les standards de la recherche scientifique au profit des chercheurs algériens. Nous nous sommes donné un délai de cinq ans afin de réunir toutes les personnes à même de la mettre réellement sur pied. Il est d'abord nécessaire de trouver des chercheurs algériens de haut niveau, opérant dans différents domaines scientifiques qu'ils soient en Algérie ou à l'étranger. Une fois ces chercheurs réunis, ils auront pour tâche de mettre en place des stratégies spécifiques aux différents secteurs ou thèmes scientifiques. Ils devront faire des réflexions autour des actions à entreprendre en Algérie pour promouvoir un secteur ou un autre. Ces chercheurs ne seront pas toujours obligés de se rencontrer pour discuter autour des questions qui les intéressent, puisqu'ils ont la possibilité, aujourd'hui, de le faire à travers internet.
Vous avez aussi écrit un thriller scientifique Sophia In The White City (Sophia dans la Ville blanche), qui repose sur la génétique et la génomique. Un sujet d'actualité...
Ayant fait des études en génétique à l'université Houari Boumediène, je suis un féru de la génomique. Le projet Génome humain, achevé ces dernières années, consacre la transcendance de l'être humain sur les secrets de sa constitution génétique dans sa globalité complexe et intriquée qui ne cesse de nous ébahir ! Le charismatique père de l'ADN, James Watson, l'a qualifié de « Projet Apollo » de la biologie. Revenant à mon roman en anglais, tout d'abord, le choix de la langue est dicté par son universalité à l'ère de l'incroyable percée de Cor l'édition sur internet ciblant davantage de lectorat, diversifié de surcroît. L'histoire de mon roman se déroule à Alger (The White City). On peut dire que mon roman présente des allures textuelles d'un thriller. La matrice du roman allie l'histoire millénaire d'Alger, la science et le vécu algérien à califourchon des affres terroristes en recrudescence et de la malvie. Les personnages principaux du roman sont Sophia Weize (une Allemande) et Ramice Taslent (un Algérien, généticien de formation). Je participe avec ce roman au prix Ali Maâchi 2008 et travaille sur quatre romans en anglais à finir fin 2008 : Sorrow's Teeth, Poppies on Fire, Sunken Algiers, et The Ire of the Regency.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.