Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chiffres qui alarment
kidnappings, pédophilie et maltraitance des enfants
Publié dans El Watan le 01 - 06 - 2008

Comme chaque 1er juin, les regards se fixent sur l'enfance, les maltraitances qu'elle subit et surtout la nécessité de lui garantir un monde meilleur. Le 2 juin, ces revendications retombent dans l'oubli, en attendant l'année d'après.
Les statistiques des services de police et de gendarmerie sont alarmantes et rien n'indique que la situation va s'améliorer, surtout en matière de violences sexuelles. Pour le commandement de la Gendarmerie nationale, « la maltraitance multiforme subie par les enfants, notamment les enlèvements et les agressions sexuelles, interpelle la société non seulement quant à une protection et une sécurité de l'enfance, mais aussi à une lutte inlassable contre les auteurs de ces crimes ». Même si les chiffres de la criminalité ont connu une baisse substantielle ces dernières années, le nombre des mineurs victimes de violence reste néanmoins très important. Ainsi, sur les 21 265 victimes de criminalités enregistrées en 2006, 1676 (soit 8%) étaient des mineurs. En 2007, ces derniers représentaient 1614 sur 18 688 victimes, soit 9%, alors que durant le premier trimestre de 2008, les mineurs constituaient 660 victimes sur 6438, soit 12%. Ces statistiques, relevées surtout dans les zones rurales, où la gendarmerie est plus active, montrent que sur les 9712 victimes d'atteinte aux personnes et aux mœurs enregistrées en 2006, les enfants représentent une proportion de 16%, soit 1513 cas. La même proportion a été constatée en 2007, alors que durant les trois premiers mois de l'année en cours, elle a atteint les 25%, puisque sur les 2004 victimes, 502 sont des mineurs. Les statistiques font état d'une hausse des actes incestueux et de pédophilie durant les deux dernières années. Le nombre de viols sur mineurs est passé de 134 en 2006 à 137 en 2007, et à 48 pour le premier trimestre 2008. Les cas d'inceste sur enfant ont connu une hausse de 100% entre 2006 et 2007, puisqu'ils sont passés de 6 à 12, alors que les actes contre nature, dont aucune affaire n'a été enregistrée en 2006, ont atteint 4 cas en 2007. Les enlèvements suivis de viols ont pour leur part connu une baisse relative en 2007, avant de connaître une proportion à la hausse en 2008. Ils étaient 4 cas en 2006, puis 2 en 2007 et 6 au cours des trois premiers mois de l'année 2008, période durant laquelle, faut-il préciser, sur les 224 mineurs victimes, 121 ont subi des attentats à la pudeur. La gendarmerie a constaté par ailleurs que sur les 146 enlèvements enregistrés en 2006, 47 ont concerné des mineurs (32%). En 2007, ces derniers constituaient 34 cas sur les 112 déclarés, alors que durant le premier trimestre de l'année en cours, ils étaient 20 mineurs, parmi les 38 cas enregistrés. Pour les enquêteurs, les agressions sexuelles viennent en première position des mobiles de ces enlèvements, suivies des fugues amoureuses, puis de la demande de rançon. Pour leur part, les agents de la sûreté nationale, qui agissent surtout en milieu urbain, estiment que le phénomène de kidnapping des enfants n'est pas aussi alarmant et leur nombre connaît une légère fluctuation. Ainsi, selon Mme Kherra Messaoudène, commissaire principale chargée de l'enfance, il y a eu 7 enlèvements en 2007, parmi lesquels 2 ont été suivis de demande de rançon, un autre a été tué, et un cas mort accidentellement. Pour l'officier, durant la même année, la sûreté nationale a enregistré 146 disparitions ou fugues au sens large du terme. « Néanmoins, le phénomène le plus inquiétant reste les violences sexuelles qui ne cessent d'augmenter, mais aussi le nombre d'enfants en danger moral », a-t-elle relevé. Ainsi, selon elle, en 2007, la sûreté nationale a enregistré 3483 enfants en danger moral, dont 2681 ont été remis à leurs parents, 663 présentés devant le juge des mineurs et 139 fugueurs réintégrés dans leur famille. La tranche d'âge la plus touchée est celle des 13-16 ans avec 1424 enfants, suivie des 16-18 avec 1028 mineurs, puis des 10-13 ans avec 557 cas, et enfin des moins de 10 ans avec quand même 474 enfants. Pour ce qui est des violences, en 2007, la police a enregistré 2803 enfants victimes de coups et blessures volontaires, 1546 autres ayant subi des abus sexuels (avec une forte proportion de victimes parmi les petites filles), 355 enfants victimes de maltraitance et 146 autres ayant fait l'objet de détournement avant d'être récupérés et remis à leurs parents. Il est néanmoins tragique de constater que 25 enfants ont été assassinés durant l'année écoulée, dont 6 à la suite de leur enlèvement. Lors de l'émission retransmise par la radio nationale (Chaîne I) hier matin, la représentante de la police a indiqué que durant le premier trimestre 2008, 14 enlèvements suivis d'agression sexuelle ont été enregistrés, dont 12 sur des garçons et les deux autres sur des filles. En 2007, a-t-elle ajouté, il y a eu 7 enlèvements dont 2 suivis de demande de rançon. Ces statistiques alarmantes ont poussé les deux services de la gendarmerie et de la police à se réorganiser pour instituer des brigades spéciales de protection des mineurs. Si au niveau de la sûreté nationale, ces unités ont été réactivées depuis 2000, chez la gendarmerie, ce n'est qu'en 2005 que trois cellules spécialisées dans la protection des mineurs ont été créées, dans un premier temps, à Alger, Oran et Annaba, en attendant la création de dix autres dans d'autres villes. Les 1730 interventions multiformes de ces cellules ont permis entre autres de réinsérer 208 mineurs dans leur famille, de prendre en charge 114 mineurs en danger moral. Des résultats qui ont incité à l'ouverture de dix autres cellules. Néanmoins, il est établi que la protection de l'enfance ne peut être garantie uniquement par l'intervention des services de sécurité, qui n'en demeure pas moins très importante, mais surtout par des textes de lois qui assurent tous les droits consentis par non seulement la Constitution, mais aussi par la convention internationale des droits de l'enfant ratifiée par l'Algérie. Il est à ce titre malheureux de rappeler que la loi relative à la protection de l'enfance, attendue depuis le début de 2005, n'arrive pas à voir le jour. En attendant, des milliers d'enfants continuent de subir la bêtise humaine et de souffrir du silence des adultes censés les protéger.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.