Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des Egyptiens inquiets d'une possible fin de présidentielle conflictuelle
Publié dans Ennahar le 25 - 05 - 2012

Les Egyptiens se déclaraient fiers vendredi d'avoir voté librement lors du premier tour de la présidentielle, mais certains étaient nerveux face à la perspective d'un second tour très conflictuel entre un islamiste et une personnalité de l'ancien régime. Des résultats préliminaires fournis par les Frères musulmans placent leur candidat Mohammed Morsi en tête, suivi par le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq. Certains médias évoquaient toutefois la perspective de voir M. Chafiq se faire doubler par le nationaliste arabe Hamdeen Sabbahi, qui le talonnerait dans les premiers résultats, non officiellement confirmés. "Tout le monde me va tant que l'élection est honnête. Certains sont sûrement meilleurs que d'autres, mais j'accepterai celui qui gagnera", affirme Abdoullah Rezk, 25 ans, à la sortie de la prière hebdomadaire dans une mosquée du Caire. Lui-même a voté pour Hamdeen Sabbahi, qui se réclame de l'héritage de l'emblématique président Gamal Abdel Nasser. Mais les Egyptiens "accepteront tout résultat", assure-t-il, consensuel. Près de lui, Hassan Mohammed Youssef, enseignant à la faculté de droit du Caire et sympathisant des Frères musulmans, se réjouit de voir M. Morsi en tête, mais ne décolère pas qu'il soit suivi par M. Chafiq, qui personnifie à ses yeux l'ancien régime honni. "Le problème, c'est que Chafiq a eu beaucoup de voix. Cela montre que le peuple égyptien reste ignorant", déplore-t-il. Un petit attroupement se forme autour de lui, et certains s'énervent. "Comment peux-tu dire que le peuple égyptien est ignorant. C'est toi qui est un inculte!", lui lance un badaud. "J'ai le droit de dire ce que je pense! Où est le changement dans l'esprit des gens? Nous avons eu l'ancien régime pendant 30 ans et regardez où cela nous a conduits", lui répond sèchement Hassan. "Le choix est désormais très clair: soit nous revenons à une époque de vol, de corruption et d'ignorance, soit nous ouvrons la voie à la dignité, la liberté et la justice", affirme ce partisan des Frères musulmans. Place Tahrir, site emblématique de la révolte qui a provoqué la chute de Hosni Moubarak en février 2011, le trafic plutôt fluide en ce vendredi, jour de repos hebdomadaire, est à peine perturbé par quelques manifestants anti-Chafiq. Certains d'entre eux voient dans la présence annoncée au second tour de ce général qui a été le dernier Premier ministre de M. Moubarak la preuve que des votes ont été achetés, d'autres dénoncent un soutien en sous-main de l'armée au pouvoir à ce candidat issu de l'appareil militaire. Mais Peter Adel, un comptable de 33 ans membre de la communauté chrétienne copte, ne cache pas qu'il a voté pour M. Chafiq, qu'il voit comme le meilleur rempart contre une emprise des islamistes sur le pouvoir après leur large victoire aux législatives. "Je déteste les Frères musulmans", lance-t-il. "Ils veulent nous diviser, ils n'ont rien à faire de l'Egypte, ils veulent un Etat islamique, où il n'y aurait pas de place pour les chrétiens".



Algerie - ennaharonline


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.