PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La meilleure des œuvres est une foi sans aucun doute
Comment préserver sa foi
Publié dans Horizons le 15 - 07 - 2013

« Les croyants sont uniquement ceux qui ont cru en Allah et en Son messager et qui n'ont point douté » [sourate Al-Houjourât].
Cela signifie que les croyants sont ceux qui ont cru en l'existence de Allah et qu'Il n'a de ressemblance avec rien ; qui ont cru que Mohammad (QSSSL) est Son messager, qu'il est le dernier prophète envoyé à toute la création, hommes et jinn, qu'il est un être humain, qu'il n'a pas été créé à partir de la lumière et qu'il est véridique en tout ce qu'il a rapporté de la part de Allah. Les croyants sont ceux qui ont cru en tout cela et qui n'ont pas douté. En outre, le Messager d'Allah a dit : « La meilleure des œuvres est une foi sans aucun doute » [rapporté par Mouslim]. Par conséquent, la croyance étant la meilleure des œuvres selon le jugement de Dieu – car c'est ce qui est indispensable à l'acceptation des œuvres de l'homme –, il convient au musulman de connaître les choses qui font sortir de l'Islam afin de les éviter et de préserver sa foi. En effet, celui qui ne connaît pas le mal risque d'autant plus d'y tomber. Ce qui rompt l'Islam et l'annule, c'est l'apostasie, qu'Allah nous en préserve, et celui qui a commis une apostasie a perdu toutes ses récompenses. S'il meurt apostat, il entrera en enfer et y restera pour l'éternité, dans le cas où il ne revient pas à l'Islam avant sa mort. L'apostasie est de trois sortes : par la croyance, par les actes et par la parole. La première est l'apostasie par la croyance : il y a doute au sujet d'Allah, de Son messager ou du Coran. Parmi cette sorte d'apostasie, il y a aussi le fait de croire qu'Allah est une lumière ou qu'Il est une âme, ou croire que Mohammed serait une partie de Lui. Celui qui croit que Jésus, est une partie d'Allah, n'est pas musulman non plus. La deuxième c'est l'apostasie par les actes : comme celui qui se prosterne pour une idole, ou qui jette le Livre saint – ou une feuille contenant un nom d'Allah dans les ordures délibérément. Il est un devoir de respecter les feuilles qui contiennent le nom de Dieu et il n'est pas permis de les jeter dans un endroit répugnant, même sans viser par là le rabaissement de ce qu'elles contiennent. La troisième sorte est l'apostasie par la parole : comme celui qui insulte Allah ou qui Lui attribue un fils par la parole même s'il n'y croit pas ; comme celui qui insulte un prophète tel que Mohammad (QSSSL), Jésus ou Moïse ou Adam. Il y a également celui qui insulte un ange comme Jibril – l'ange Gabriel – ou tout autre ange. De même celui qui dit : (Crée moi telle chose comme Dieu t'a créé) ou celui qui dit : (Allah réside dans les choses, Il est à l'intérieur d'elles) ainsi que toute parole qui comprend une moquerie claire au sujet de Allah, qu'il en ait visé le sens ou non. Les spécialistes des fondements (ouSôul) ont été unanimes quant au fait que celui qui prononce une parole de mécréance et qui prétend qu'il visait par là un sens éloigné est déclaré mécréant du point de vue apparent et du point de vue de la foi. Parmi les paroles de mécréance, il y a aussi le fait de renier le Paradis, l'enfer, la résurrection ou l'exposition des actes au jour dernier. Il y a aussi le fait de dire au sujet du Paradis qu'il s'agit de choses spirituelles – de paraboles – et non physiques, ou encore dire au sujet de l'enfer que le châtiment concerne l'âme et qu'il n'est pas physique. Le conseil à donner à celui qui a commis l'une de ces apostasies est de lui dire : reviens à l'Islam en prononçant les deux témoignages : « Je témoigne qu'il n'est de dieu que Dieu et je témoigne que Mohammad est le Messager de Dieu » car le fait de dire (‘astaghfirou l-Lâh) « je demande à Dieu de me pardonner » ne lui est pas utile avant d'être revenu à l'Islam.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.