Covid-19: La production en Algérie du vaccin permettra d'atteindre la souveraineté sanitaire    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Instauration de taux de redevance réduits    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats annoncent la couleur
Hausse du taux de réussite au bac, recrutement des enseignants, année scolaire de 32 semaines
Publié dans Horizons le 15 - 07 - 2014


Le chargé de communication du Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest) a qualifié d'« importante » cette décision mais qui reste « insuffisante » pour combler le déficit. Il soutient que le nombre des départs à la retraite chaque année n'est pas négligeable. Toutefois, il estime que les enseignants recrutés doivent suivre une formation en pédagogie pour pouvoir enseigner. « Cette formation ne doit pas être menée dans la précipitation », prévient-il. Pour sa part, le coordinateur national du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), Meziane Meriane, indique que le déficit en enseignants avoisine les 10.000. Pour lui, un recrutement est plus que jamais primordial. « Mais, averti-t-il, l'opération ne doit pas s'effectuer n'importe comment ». De ce fait, il a mis l'accent sur l'impérieuse nécessité d'organiser une formation pour les nouveaux diplômés. Celle-ci doit « s'étaler sur une période d'une année », suggère Boualem Amoura, secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef). Il a reconnu que généralement le niveau des recrutés est en deçà des attentes et ne leur permet pas d'enseigner selon les normes pédagogique requises. Pour ce qui est du défi de la hausse du taux de réussite au baccalauréat pour la session de juin 2015, Meriane conditionne cela par l'amélioration des conditions de travail des enseignants ainsi que des conditions pédagogiques à même de permettre aux élèves de suivre leur scolarité dans de meilleures dispositions. De son côté, Messaoud Boudiba indique qu'avec la stratégie actuelle, il sera impossible d'élever le taux de réussite. « Il faut revoir la copie en matière d'évaluation pédagogique au niveau des trois cycles d'enseignement, l'adoption d'une stratégie d'orientation des élèves adéquate qui prendra en compte leurs aptitudes scolaires et l'allégement du programme et bien d'autres points ayant trait au rythme scolaire », recommande-t-il. L'idéal, à ses yeux, serait de réaliser un « équilibre » entre la qualité et la quantité. Le SG du Satef abonde dans le même sens insistant sur la nécessité de joindre l'utile à l'agréable, C'est-à-dire avoir la qualité et la quantité dans le taux de réussite. Sinon, « il ne sert à rien d'avoir un taux de réussite de 100% si 60% des bacheliers connaissent un échec dès la première année universitaire ». S'agissant du projet de l'année scolaire à 32 semaines d'enseignement, le Cnapest n'y voit pas d'inconvénients. Son chargé de communication estime que la décision est « applicable » sur le terrain, pour peu que le ministère veille à assurer une année scolaire « calme » et « stable ». Ce qui passe par l'élaboration, au niveau des établissements scolaires, d'une sorte de règlement intérieur pour empêcher les élèves de s'absenter, mais aussi et surtout la prise en charge effective de « nos doléances à caractère socioprofessionnel ». Messaoud Boudiba dit ne pas saisir le sens des déclarations de la ministre affirmant que la prochaine année scolaire se déroulera dans un climat de stabilité après que le ministère eut répondu favorablement à la majorité des revendications des syndicats. « Rien n'a été résolu, il n'y a eu aucune avancée notable », affirme-t-il. Concernant l'application des 32 semaines, le coordinateur du Snapest et le SG du Satef soulignent qu'il faut des mesures d'accompagnement, particulièrement la généralisation de la climatisation au niveau des établissements scolaires, notamment dans le Sud, et la garantie d'une restauration scolaire. « Il ne faut pas se leurrer. Beaucoup reste à faire dans l'éducation. Il faut une réforme profonde et non de replâtrage », note Meriane.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.