Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Nice : Gouiri fait aussi bien que Benzema    Législature : tardive dissolution et scrutin sans changements perceptibles !    Une obligation, pas un choix    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Boughadou tient son AGO aujourd'hui    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Première mission pour Boughazi    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Bof !    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Le Béninois Jacques Bessan bloque le MOB    "Le MCA a ses points forts et ses points faibles"    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Béni Amrane : Détournement à la Cnas    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Célébration de la Journée internationale de la langue maternelle    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats divergent
Une deuxième session du bac ?
Publié dans Horizons le 03 - 12 - 2014


L'organisation d'une deuxième session du baccalauréat n'est pas définitivement écartée. L'idée refait surface. La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, a déclaré, mardi dernier à Tizi Ouzou, qu'une réflexion dans ce sens sera engagée à partir de janvier prochain. Mme Benghebrit a précisé qu'elle sera entamée avec le lancement d'une évaluation de l'enseignement secondaire. « Mais pourquoi attendre le mois de janvier ? », s'est interrogé le chargé de communication du Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest), Messaoud Boudiba. « Le sujet est sérieux et mérite l'ouverture d'un débat large et approfondi », a-t-il indiqué. Et d'affirmer que le Cnapest est contre cette proposition (deuxième session). Le syndicat propose des épreuves anticipées en deux phases : les examens relatifs aux matières secondaires se dérouleraient une année avant le bac et le reste des matières se fera comme d'habitude en classe de terminale. Le Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef) est également contre l'idée d'une deuxième session. Pourquoi ? Son secrétaire général, Boualem Amoura, explique que le bac est, de par le monde, un examen trop sérieux pour être organisé en deux sessions. Le Satef plaide pour des épreuves anticipées. Autrement dit, un bac en deux parties. La première se déroulera en deuxième année secondaire où les élèves seront examinés sur les matières secondaires alors qu'en terminale, deuxième partie, les candidats ne subiront l'examen que sur les matières essentielles. Boualem Amoura indique que des examens anticipés auront à réduire la durée du bac et bien sûr celle du stress pour les postulants. Le syndicat est contre l'établissement de la fiche de synthèse sous le motif que celle-ci ne peut pas être un outil d'évaluation fiable et juste pour les élèves. A l'opposé, le Conseil des lycées d'Algérie plaide pour une deuxième session avec conditions. Lesquelles ? Que la moyenne obtenue durant l'année scolaire soit égale ou supérieur à 10/20 et que l'élève se doit d'obtenir une moyenne entre 9 et 9, 99 au bac. Pour le SG du CLA, l'objectif de l'organisation d'une deuxième session est de récupérer les élèves ayant obtenu d'excellents résultats durant l'année scolaire. Idem pour le coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest) Meziane Meriane qui a estimé qu'il grand temps de trancher la question de la réorganisation de l'examen du bac. Pour lui, il faut choisir entre la deuxième session et l'établissement de la fiche de synthèse. Tout comme le CLA, le Snapest a indiqué que l'objectif de cette démarche est de récupérer les élèves qui ont obtenu une notre entre 9 et 9, 99 au bac.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.