Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats de l'éducation divisés sur la réforme du baccalauréat
Plaidoyer pour les fiches de synthèse
Publié dans Liberté le 26 - 04 - 2014

La réforme du baccalauréat est une des revendications pédagogiques défendue depuis quelques années par la majorité des syndicats du secteur de l'éducation nationale. Si du temps de Benbouzid, les partenaires sociaux n'ont pas été très convaincants, depuis l'arrivée de Baba Ahmed, les choses ont changé. La question a, selon toute vraisemblance, séduit le ministre de l'Education nationale qui s'est montré très réceptif aux recommandations de certains syndicats.
La suppression pure et simple de la fameuse formule de la limitation du seuil des programmes a été la première mesure préconisée par Baba Ahmed. Mais elle ne fera pas long feu en raison des grèves cycliques et de la révolte des candidats qui la considèrent comme un acquis.
Cette année, le seuil, complètement écarté au début de l'année, s'est pratiquement imposé de lui-même, et pour les mêmes raisons. Conclusion : seule la stabilité des établissements pourrait mettre fin à la formule inventée par Benbouzid et que, paradoxalement, tous les syndicats rejettent. Mais pour le reste des propositions relatives à la réforme du bac, le débat reste ouvert. Il faut s'attendre cependant à ce que la concertation avec les différents partenaires sociaux suscite des remous car chacun a une vision propre à lui.
La convergence des idées risque d'être difficile. Déjà, rien que pour l'instauration d'une deuxième session, les avis sont mitigés. En effet, si l'idée semble intéresser la majorité des syndicats, certains avertissent des conséquences négatives de cette formule. C'est le cas pour le Satef.
Les propositions de Boualem Amoura, au département de tutelle, concernant la réforme du baccalauréat, reposent essentiellement sur la tenue d'épreuves anticipées avant l'année de l'examen. "Nous refusons catégoriquement l'instauration d'une seconde session ou le retour à la fiche de synthèse qui sont loin d'être bénéfiques."
La raison ? Ces deux formules, estime le Satef, vont encourager les candidats et leurs enseignants à ne pas fournir trop d'efforts et compter uniquement sur la deuxième chance. "Et vu le manque de rigueur dans l'évaluation des élèves, le retour à la fiche de synthèse est également à écarter." Le Satef plaide pour la formule des épreuves anticipées une année avant l'épreuve. Soit "un baccalauréat en deux parties ou deux temps".
Les épreuves relatives aux matières secondaires se dérouleraient une année avant le bac et le reste des matières se fera comme d'habitude en classe de terminale. D'autres syndicats comme le Cnapest, le Snapest, le CLA et la Fédération des parents d'élèves approuvent cette deuxième chance. Le Cnapest et le Snapest insistent sur l'importance de la fiche de synthèse pour départager les recalés qui bénéficieront d'une deuxième chance. Une formule qui permettra de faire d'une pierre deux coups : contraindre les élèves à fréquenter les lycées jusqu'à la veille de l'examen et leur donner une deuxième chance.
M. B.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.