Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Les managers ont une totale autonomie de gestion »
Le ministre de l'Industrie et des Mines installe les 12 groupes industriels publics
Publié dans Horizons le 23 - 02 - 2015

Les managers des 12 groupements industriels ont une totale autonomie de gestion et la liberté d'initiative, et leurs salaires seront alignés sur ceux de Sonatrach et Sonelgaz, a annoncé, hier, à Alger, le ministre de l'Industrie et des Mines, Abdessalam Bouchouareb, lors de la conférence de presse animée en marge de la cérémonie d'installation des 12 nouveaux groupes industriels publics. Ces managers signeront un contrat de « performance » avec l'Etat fixant « des objectifs chiffrés à atteindre dans la production et les résultats », a ajouté Bouchouareb, précisant que « le manager aura la liberté d'utiliser tous les moyens possibles pour atteindre les objectifs tracés » dans le cadre de ce contrat. S'agissant de la dépénalisation de l'acte de gestion, « le gouvernement est aujourd'hui en train de l'étudier pour réellement rassurer et sécuriser le gestionnaire ». « Mais là, on ne parle pas des délits ou des fautes graves », a soutenu le ministre. Toutefois, « les actes délictueux relèvent du pénal, que ce soit dans le public ou le privé. Il faut séparer les deux choses », a-t-il souligné, assurant que « le gestionnaire dans son acte de gestion sera protégé autant que possible ». Dans ce sens, il a rappelé que l'Algérie a souscrit à des accords internationaux qu'elle doit respecter. Interrogé sur la liberté de procéder à une compression des personnels, le ministre a répondu que « la gestion du sureffectif dans certaines entreprises est en voie de résolution ». A titre indicatif, il a cité le cas des départs à la retraite qui ne seront plus remplacés et l'externalisation de certaines activités. « Les syndicats du secteur acceptent aujourd'hui cette donne pour faire vivre l'entreprise », a affirmé le ministre. Pour Bouchouareb, « la contrainte imposée par la baisse des prix du pétrole nous a convaincus de la nécessité de préparer le pays à autre chose ».
Les 12 groupes orientés vers le marché financier
Par ailleurs, le ministre a annoncé que des experts et au moins un banquier siègeront au conseil d'administration de chaque groupe au lieu d'un représentant du ministère des Finances. La mission de ce banquier, selon lui, est d'« évaluer, d'adopter et d'orienter la stratégie des investissements et du développement de l'entreprise ». Interrogé sur une éventuelle entrée en Bourse des 12 groupes industriels nés de la reconfiguration du secteur public marchand industriel, il a indiqué que l'objectif du gouvernement était d'encourager les entreprises à trouver d'autres sources de financement pour réaliser des investissements. Il a, en outre, souligné l'impératif pour les nouveaux groupes de s'orienter vers le marché financier afin de garantir leur pérennité et de contribuer ainsi à la croissance économique. Pour le ministre, la finalité est de trouver d'autres financements, non pas sur les budgets de l'Etat, mais sur l'épargne de l'Etat qui se trouve dans les banques et dans la Bourse. « Il ne faut plus compter sur l'Etat pour financer l'économie, car il a d'autres missions », a-t-il noté. Abordant les privatisations, Bouchouareb a rappelé que cette option est destinée aux entreprises qui n'entrent pas dans les objectifs stratégiques du gouvernement. Autre solution envisagée : le partenariat public-privé, en citant l'exemple du partenariat Renault-SNVI qui, selon lui, « est une entreprise autonome qui relève de la réglementation privée et qui obéit aux règles du code du commerce ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.