L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le CR Témouchent accède, Zaouia et le SCAD en stand-by    Migné compte sur son collectif pour contrer l'Algérie et le Sénégal    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gendarmerie compte plus de 2.000 femmes dans ses rangs
de plus en plus de femmes choisissent ce métier
Publié dans Horizons le 06 - 03 - 2015

La Gendarmerie nationale (GN) compte aujourd'hui plus de 2.000 femmes dans ses rangs. C'est seulement depuis 2002 que le recrutement des femmes officiers et sous-officiers s'est accompli. En revanche, sont intégrées aux postes administratifs et techniques ainsi qu'au sein des unités opérationnelles. Le plus haut grade attribué à un officier femme de la GN est celui de commandant. Ces femmes occupent également des postes de responsabilité. Elles sont chefs de section et de laboratoire à l'Institut national de criminologie et criminalistique de Bouchaoui. « Il n'existe pas de discrimination entre sexes au sein de la gendarmerie », a précisé le colonel Rabah Riah, directeur de l'Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (ESGN) des Issers, dans la wilaya de Boumerdès. Dans cette école mixte qui assure la formation de femmes tous grades confondus, les stagiaires femmes sont évaluées de la même façon que leurs collègues hommes vu que leurs missions sont identiques. Les filles ici suivent les mêmes stages de grimpe, de parcours du combattant et de tir, a-t-on constaté sur place à travers des démonstrations de performance physique et technique. Maîtrise et compétence alors qu'elles viennent juste d'être recrutées, soit en septembre 2014. Les femmes gendarmes opèrent, après la fin de stage, au sein de tous les services dont les sections de recherches et les brigades des mineurs comme enquêtrices. Il reste qu'un poste ne leur est pas accessible actuellement : les unités d'intervention, à l'exemple du GIR (Groupement d'intervention et de réserve), chargé souvent du maintien de l'ordre, et les SSI (Sections de sécurité et d'intervention) chargées essentiellement de la lutte contre le grand banditisme. Pour le directeur de l'école, « il y a un besoin d'hommes et de femmes dans le corps de la Gendarmerie car les services de sécurité, pour renforcer le lien de confiance avec la population et assurer la protection des personnes et des biens, doivent répondre présents aux besoins de notre société ». Ce responsable s'exprimait à la presse lors d'une visite guidée jeudi dernier à cette école, à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, pour présenter la formation de l'élément féminin. Le directeur a rappelé la place occupée aujourd'hui par les femmes dans la GN. « Le recrutement des femmes au sein de ce corps de sécurité obéit à l'évolution du crime. Il y a une montée de la délinquance féminine, c'est l'une des principales motivations du recrutement féminin », a-t-il précisé. Interrogé sur le niveau des filles stagiaires, le colonel Riah a indiqué que la femme fait preuve de plus de patience, de volonté et d'engagement lors des stages et aussi après son intégration professionnelle. Elle ne bénéficie d'aucun traitement de faveur, a-t-il tenu à préciser. « Il reste que nous n'avons pas de femmes dans les GGF en raison des conditions de vie très rudes », a souligné le même responsable, précisant qu'un recrutement massif de l'élément féminin est enregistré, notamment dans le service de la police judiciaire, les sections de recherche et dans les groupements de wilaya.
La femme est aussi motard En outre, la conduite d'un motocycle est un module obligatoire dans le programme de formation des gendarmes, y compris pour l'élément féminin. On a assisté à un exercice sur moto lourde de la GN, présenté par des stagiaires. « Elles passeront des examens d'évaluation pour avoir le permis de conduire militaire », nous dit-on. Les unités féminines de la sécurité routière existent mais elles ne sont pas opérationnelles sur le terrain. « Elles sont formées, si la situation l'exige, elles seront déployées sur le terrain », a précisé le colonel Riah. Par ailleurs, le recrutement au sein de ce corps nécessite une licence pour les officiers et un niveau universitaire, un bac+2 minimum pour les sous-officiers. « Nous tenons à assurer un recrutement de qualité », a affirmé le directeur de l'instruction et de l'entraînement, le colonel Abdelhafid Athmani, ajoutant que les bachelières, licenciées ou plus intègrent chaque année en grand nombre ce corps de sécurité. « On compte aujourd'hui plus de 1.000 femmes en tenue verte en Algérie », a-t-il souligné. Cette école propose une formation fondamentale et professionnelle d'une durée de trois années pour les officiers et de deux années pour les sous-officiers. La formation est basée essentiellement sur l'enseignement militaire, spécifique, général et l'éducation physique et militaire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.