Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gendarmerie compte plus de 2.000 femmes dans ses rangs
de plus en plus de femmes choisissent ce métier
Publié dans Horizons le 06 - 03 - 2015

La Gendarmerie nationale (GN) compte aujourd'hui plus de 2.000 femmes dans ses rangs. C'est seulement depuis 2002 que le recrutement des femmes officiers et sous-officiers s'est accompli. En revanche, sont intégrées aux postes administratifs et techniques ainsi qu'au sein des unités opérationnelles. Le plus haut grade attribué à un officier femme de la GN est celui de commandant. Ces femmes occupent également des postes de responsabilité. Elles sont chefs de section et de laboratoire à l'Institut national de criminologie et criminalistique de Bouchaoui. « Il n'existe pas de discrimination entre sexes au sein de la gendarmerie », a précisé le colonel Rabah Riah, directeur de l'Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (ESGN) des Issers, dans la wilaya de Boumerdès. Dans cette école mixte qui assure la formation de femmes tous grades confondus, les stagiaires femmes sont évaluées de la même façon que leurs collègues hommes vu que leurs missions sont identiques. Les filles ici suivent les mêmes stages de grimpe, de parcours du combattant et de tir, a-t-on constaté sur place à travers des démonstrations de performance physique et technique. Maîtrise et compétence alors qu'elles viennent juste d'être recrutées, soit en septembre 2014. Les femmes gendarmes opèrent, après la fin de stage, au sein de tous les services dont les sections de recherches et les brigades des mineurs comme enquêtrices. Il reste qu'un poste ne leur est pas accessible actuellement : les unités d'intervention, à l'exemple du GIR (Groupement d'intervention et de réserve), chargé souvent du maintien de l'ordre, et les SSI (Sections de sécurité et d'intervention) chargées essentiellement de la lutte contre le grand banditisme. Pour le directeur de l'école, « il y a un besoin d'hommes et de femmes dans le corps de la Gendarmerie car les services de sécurité, pour renforcer le lien de confiance avec la population et assurer la protection des personnes et des biens, doivent répondre présents aux besoins de notre société ». Ce responsable s'exprimait à la presse lors d'une visite guidée jeudi dernier à cette école, à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, pour présenter la formation de l'élément féminin. Le directeur a rappelé la place occupée aujourd'hui par les femmes dans la GN. « Le recrutement des femmes au sein de ce corps de sécurité obéit à l'évolution du crime. Il y a une montée de la délinquance féminine, c'est l'une des principales motivations du recrutement féminin », a-t-il précisé. Interrogé sur le niveau des filles stagiaires, le colonel Riah a indiqué que la femme fait preuve de plus de patience, de volonté et d'engagement lors des stages et aussi après son intégration professionnelle. Elle ne bénéficie d'aucun traitement de faveur, a-t-il tenu à préciser. « Il reste que nous n'avons pas de femmes dans les GGF en raison des conditions de vie très rudes », a souligné le même responsable, précisant qu'un recrutement massif de l'élément féminin est enregistré, notamment dans le service de la police judiciaire, les sections de recherche et dans les groupements de wilaya.
La femme est aussi motard En outre, la conduite d'un motocycle est un module obligatoire dans le programme de formation des gendarmes, y compris pour l'élément féminin. On a assisté à un exercice sur moto lourde de la GN, présenté par des stagiaires. « Elles passeront des examens d'évaluation pour avoir le permis de conduire militaire », nous dit-on. Les unités féminines de la sécurité routière existent mais elles ne sont pas opérationnelles sur le terrain. « Elles sont formées, si la situation l'exige, elles seront déployées sur le terrain », a précisé le colonel Riah. Par ailleurs, le recrutement au sein de ce corps nécessite une licence pour les officiers et un niveau universitaire, un bac+2 minimum pour les sous-officiers. « Nous tenons à assurer un recrutement de qualité », a affirmé le directeur de l'instruction et de l'entraînement, le colonel Abdelhafid Athmani, ajoutant que les bachelières, licenciées ou plus intègrent chaque année en grand nombre ce corps de sécurité. « On compte aujourd'hui plus de 1.000 femmes en tenue verte en Algérie », a-t-il souligné. Cette école propose une formation fondamentale et professionnelle d'une durée de trois années pour les officiers et de deux années pour les sous-officiers. La formation est basée essentiellement sur l'enseignement militaire, spécifique, général et l'éducation physique et militaire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.