Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le problème d'eau potable réglé en 2017
Tébessa
Publié dans Horizons le 23 - 03 - 2015


Le problème de la rareté de l'eau potable dans la wilaya de Tébessa sera résolu à l'aube de l'année 2017, a affirmé dimanche le directeur local de l'Algérienne des Eaux (ADE), Hocine Hadjadj. La wilaya de Tébessa viendra à bout de cette problématique à la faveur de la réception et de la mise en eau du barrage de Mellègue conçu pour emmagasiner un volume de 180 millions m3, a ajouté ce responsable au cours d'une rencontre tenue à la Maison de l'environnement à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau. Soulignant la nécessité de mettre un terme à la déperdition de 25% des eaux superficielles se déversant inutilement dans des cours d'eau, M. Hadjadj a fait part de l'exploitation « prochaine » de forages dans les localités d'Oum Khaled et de Chréa, pour un débit respectif de 70 et de 90 litres par seconde. Le même responsable a également fait état de la réhabilitation du barrage de Safsaf El Oussera (10 millions m3), ce qui permettra, selon lui, de renforcer « notablement l'approvisionnement en eau potable », de foncer plusieurs puits profonds et de réaliser de petits ouvrages de retenue, destinés à l'irrigation agricole dans les localités de Ferkane, Oued Babouche et El Mermouthia. Le wali de Tébessa, Mabrouk Beliouz, a indiqué que la rareté de l'eau s'explique notamment par la sécheresse qui affecte la région depuis une vingtaine d'années, ce qui a conduit à l'épuisement des eaux superficielles qui constituent 75% de la ressource. M. Beliouz a souligné, dans ce contexte, la nécessité de contrôler systématiquement les conduites d'eau potable et de les réhabiliter, le cas échéant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.