Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





550 tonnes de cannabis saisies en trois ans par les services de sécurité
Journée mondiale de lutte contre la drogue
Publié dans Horizons le 26 - 06 - 2015


Des saisies qui renseignent sur l'efficacité des dispositifs mis en place. Toutefois, le chemin reste long et la lutte contre la toxicomanie demande la mobilisation de tous les acteurs, notamment de la société civile. C'est la conclusion à laquelle sont arrivés les participants au forum de la DGSN organisé jeudi dernier à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la drogue qui coïncide avec le 26 juin de chaque année. Le représentant de la police judiciaire, le commissaire principal Baâziz Laâras, a cité, entre autres mesures prises par la Sûreté nationale pour prévenir et lutter contre la consommation et le trafic de drogue, l'action de la police de proximité à travers la généralisation des cellules d'écoute, notamment en direction des jeunes. Dans ce sens, il a rappelé que la stratégie adoptée par la DGSN repose sur la sensibilisation et la répression. Aussi, une caravane de sensibilisation « sillonnera les régions ouest du pays ». La lutte contre la drogue reste un défi pour toute la société dont le mouvement associatif est le pivot. Parmi les associations leaders dans ce domaine, la Fédération des associations nationales pour la sauvegarde de la jeunesse. Son président, Abdelkrim Abidat, a mis en exergue l'aspect économique du narcotrafic. « La drogue est la deuxième activité ou segment économique de par le monde qui génère 500 milliards de dollars par an », a-t-il soutenu. Abidat est revenu sur l'expérience lancée à Alger dans la prise en charge des toxicomanes par le Centre de prévention et de psychothérapie de Mohammadia. « Le centre dispose d'une équipe de médecins, de psychologues, d'éducateurs et de conseillers pour répondre aux questions d'ordre physique, psychique et social que peuvent poser les jeunes ou leurs familles », a-t-il précisé. La représentante de l'Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLCDT), Assia Dehimi, a évoqué le rôle de cet organisme dans la lutte contre ce fléau par la mise au point de politiques nationales, la collecte d'informations pour faciliter la recherche scientifique, le soutien à la coopération régionale et l'élaboration de textes de loi. Elle a rappelé, dans ce sens, la stratégie nationale de lutte contre la drogue (2011-2015) basée sur l'évaluation du plan directeur national qui vise à « développer les capacités de lutte et le renforcement de la sensibilisation en associant tous les acteurs ». Mlle Dehimi, tout en précisant qu'un rapport détaillé sur les activités de l'ONLCDT en matière de lutte contre ce fléau est soumis annuellement au Premier ministre, a rappelé qu'une enquête sur la consommation de la drogue en milieu scolaire sera lancée prochainement dans les CEM, les lycées et les universités, avec la collaboration du ministère de l'Education. Le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), Mustapha Khiati, a présenté deux enquêtes effectuées en 2015 en milieu universitaire et au sein des établissements éducatifs des deuxième et troisième paliers. Résultat : 7,75% des collégiens et 1,27% des collégiennes consomment de la drogue. Chez les lycéens, ils sont 18,77% chez les garçons et 2,21% chez les filles à prendre des stupéfiants. A l'université, ce taux passe à 27%. Pour ce qui est du rythme de consommation, les deux enquêtes révèlent qu'un cinquième des collégiens consommateurs et 8,5% des collégiennes en prennent de manière régulière et quatre des lycéens et un cinquième de lycéennes sont des consommateurs réguliers. Pour ce qui est de l'université, 10% des étudiants et 6% des étudiantes reconnaissent consommer quotidiennement de la drogue.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.