Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    Protestation des Robes noires    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Premier League : Manchester United s'impose dans la douleur à Brighton    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Sit-in des médecins et infirmiers, devant le siège de la DSP    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Importation: Pas de retour aux licences    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Kamel Daoud, du lectorat et d'autres choses
Farid Benyoucef anime une rencontre à l'Oref
Publié dans Horizons le 14 - 03 - 2016

Au nom de la liberté d'expression qu'il porte en étendard, le romancier algérien d'expression française, Farid Benyoucef, tient à donner son avis sur la polémique suscitée par l'écrivain controversé Kamel Daoud à qui il apporte un soutien prudent. Invité dans le cadre des rencontres littéraires organisées par une grande passionnée, Samia Ziriat, au cercle Frantz-Fanon de l'Office Riadh El Feth à Alger, il dira que l'auteur de « Meursault, contre-enquête » a le droit d'agiter les idées d'autant plus, soutient-il, qu'« il le fait en Algérie, parmi les siens ». Tout en faisant la distinction entre Daoud le polémiste et l'écrivain, il estime que le choix de la thématique « camusienne » a été concluant en présidant au succès du roman. « Kamel Daoud a le mérite de faire revivre Camus notamment en poussant les jeunes générations à s'intéresser à l'auteur de l'Etranger », déclare-t-il en affichant néanmoins son désaccord avec les sorties médiatiques du chroniqueur du Quotidien d'Oran notamment sur les évènements de Cologne en Allemagne. Au sujet de la notoriété outre-Méditerranée ou la reconnaissance de l'« Etranger » quêtée par un certain nombre de femmes et d'hommes de lettres, Farid Benyoucef juge légitime toute aspiration allant dans ce sens. Il désapprouve les critiques visant quelques auteurs, tels que Yasmina Khadra, Boualem Sensal, Anouar Benmalek... Pour lui, les écrivains francophones sont dans leur droit absolu de chercher le lectorat là où il se trouve, que se soit en France, au Québec, au Sénégal, en Côte d'Ivoire et dans tous les pays où on parle le français. « Je ne comprends pas pourquoi on s'en prend à ces romanciers alors que la grand écrivain d'expression arabe Ahlam Mosteghanemi revendique des millions de lecteurs dans le monde arabe », s'interroge l'auteur du « Sanglot du chardonneret », une série de nouvelles, récemment parues aux éditions Casbah.
Contrairement à certains écrivains francophones qui se sentent « otages » de la langue de Molière (Malek Haddad, Kateb Yacine...), Farid Benyoucef assume et revendique le français comme étant une « langue d'écriture ». « Je suis incapable d'exprimer ma littérature dans une autre langue », reconnaît-il en vantant les prouesses de certains auteurs bilingues, entre autres Rachid Boudjedra et Amine Zaoui. Interrogé sur ce que les critiques appellent la « littérature d'urgence » née chez nous dans la foulée de la décennie noire, Farid Benyoucef dit tout le bien qu'il pense de cette façon d'écrire. Il s'agit, insiste-t-il, d'un courant qui se veut comme un témoignage cru des évènements qui ont secoué le pays durant la guerre de Libération nationale ou lors de la période du terrorisme. La littérature d'urgence est à ses yeux « un puits inépuisable de sujets que même 40 millions d'écrivains ne sauraient épuiser ».
Dans un autre registre, l'écrivain regrette le recul du lectorat en Algérie et déplore le peu d'intérêt accordé à la promotion du livre en général et de littérature en particulier. Il reproche aux médias (télé, radio et presse écrite) de ne pas trop s'impliquer dans la mise en valeur de la scène littéraire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.