Naples: Koulibaly heureux d'être nommé au Ballon d'Or    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    Bouregaa refuse de répondre au juge !    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Rabehi met en garde contre les "fake news"    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    Les étudiants soutiennent les détenus d'opinion    La trêve turco-américaine expire ce soir    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Les messages émouvants des étudiants aux détenus d'opinion    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Choc de mal classés à Mohammadia    Maya    Gica lance la production à Aïn El-Kebira    Plus de 2 300 interventions chirurgicales effectuées    Election des nouveaux représentants    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    "Dans mon film, je partage les émotions vécues avec les migrants"    Les nouveautés au Sila    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    LDC : Le programme de ce mardi    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Saâdani nargue le gouvernement    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Kamel Daoud, du lectorat et d'autres choses
Farid Benyoucef anime une rencontre à l'Oref
Publié dans Horizons le 14 - 03 - 2016

Au nom de la liberté d'expression qu'il porte en étendard, le romancier algérien d'expression française, Farid Benyoucef, tient à donner son avis sur la polémique suscitée par l'écrivain controversé Kamel Daoud à qui il apporte un soutien prudent. Invité dans le cadre des rencontres littéraires organisées par une grande passionnée, Samia Ziriat, au cercle Frantz-Fanon de l'Office Riadh El Feth à Alger, il dira que l'auteur de « Meursault, contre-enquête » a le droit d'agiter les idées d'autant plus, soutient-il, qu'« il le fait en Algérie, parmi les siens ». Tout en faisant la distinction entre Daoud le polémiste et l'écrivain, il estime que le choix de la thématique « camusienne » a été concluant en présidant au succès du roman. « Kamel Daoud a le mérite de faire revivre Camus notamment en poussant les jeunes générations à s'intéresser à l'auteur de l'Etranger », déclare-t-il en affichant néanmoins son désaccord avec les sorties médiatiques du chroniqueur du Quotidien d'Oran notamment sur les évènements de Cologne en Allemagne. Au sujet de la notoriété outre-Méditerranée ou la reconnaissance de l'« Etranger » quêtée par un certain nombre de femmes et d'hommes de lettres, Farid Benyoucef juge légitime toute aspiration allant dans ce sens. Il désapprouve les critiques visant quelques auteurs, tels que Yasmina Khadra, Boualem Sensal, Anouar Benmalek... Pour lui, les écrivains francophones sont dans leur droit absolu de chercher le lectorat là où il se trouve, que se soit en France, au Québec, au Sénégal, en Côte d'Ivoire et dans tous les pays où on parle le français. « Je ne comprends pas pourquoi on s'en prend à ces romanciers alors que la grand écrivain d'expression arabe Ahlam Mosteghanemi revendique des millions de lecteurs dans le monde arabe », s'interroge l'auteur du « Sanglot du chardonneret », une série de nouvelles, récemment parues aux éditions Casbah.
Contrairement à certains écrivains francophones qui se sentent « otages » de la langue de Molière (Malek Haddad, Kateb Yacine...), Farid Benyoucef assume et revendique le français comme étant une « langue d'écriture ». « Je suis incapable d'exprimer ma littérature dans une autre langue », reconnaît-il en vantant les prouesses de certains auteurs bilingues, entre autres Rachid Boudjedra et Amine Zaoui. Interrogé sur ce que les critiques appellent la « littérature d'urgence » née chez nous dans la foulée de la décennie noire, Farid Benyoucef dit tout le bien qu'il pense de cette façon d'écrire. Il s'agit, insiste-t-il, d'un courant qui se veut comme un témoignage cru des évènements qui ont secoué le pays durant la guerre de Libération nationale ou lors de la période du terrorisme. La littérature d'urgence est à ses yeux « un puits inépuisable de sujets que même 40 millions d'écrivains ne sauraient épuiser ».
Dans un autre registre, l'écrivain regrette le recul du lectorat en Algérie et déplore le peu d'intérêt accordé à la promotion du livre en général et de littérature en particulier. Il reproche aux médias (télé, radio et presse écrite) de ne pas trop s'impliquer dans la mise en valeur de la scène littéraire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.