Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décès d'un maître-nageur à Bejaïa
Le sauvetage d'un adolescent lui a coûté la vie
Publié dans Horizons le 14 - 08 - 2016


Un jeune surveillant de la baignade est décédé samedi dernier à Bejaïa, suite à une opération de sauvetage réussie d'un estivant aventurier. Il s'agit de la deuxième victime depuis le début de la saison estivale. Les surveillants de la baignade, mobilisés dans le cadre du dispositif de surveillance des plages, sont confrontés à des difficultés sur le terrain, notamment le non-respect des règles de baignade. Ils interviennent pour le sauvetage des baigneurs aventuriers au détriment de leur vie. Selon la direction générale de la Protection civile (DGPC), le maître-nageur Fayçal Bendjider, âgé de 27 ans, est intervenu vers 14h30 pour sauver un baigneur âgé de 14 ans, natif de Biskra, emporté par les vagues, au niveau de la plage surveillée Ighzer Leblat, dans la commune de Souk El Tenine. Le surveillant de baignade a dû faire des efforts colossaux pour sauver le baigneur, vu la mer très agitée en cette journée et l'interdiction formelle de la baignade. Mission réussie pour le sauveteur qui a pu secourir l'adolescent et le conduire à la plage, mais il a été pris d'un malaise cardiaque. Evacué au poste de secours, le secouriste a succombé après une tentative de réanimation échouée. Fayçal est la deuxième victime depuis le début de la saison estivale. Un autre surveillant de baignade est décédé en service également à Annaba, dans une opération de secours. Durant la saison estivale 2015, un maître-nageur de 26 ans est décédé en sauvant un baigneur aventurier au large de la plage de Sidi Fredj, à Alger. Les surveillants de baignade sont-ils obligés d'intervenir et sauver des baigneurs ayant bravé l'interdiction de baignade décrétée par la Protection civile ? Le chargé de communication auprès de la DGPC, le lieutenant Nassim Bernaoui, est formel : la mission principale des surveillants de baignade est le secours et le sauvetage. « Le surveillant de baignade ne peut pas ignorer un baigneur en difficulté, même si ce dernier n'a pas respecté les règles de sécurité. Nos éléments sont appelés à répondre aux appels de secours dans toutes les circonstances. Certes, le risque est grand, mais la mission l'oblige », a-t-il expliqué avant de déplorer l'inconscience de certains baigneurs qui ne se soumettent pas aux règles. « Les surveillants de baignade sont confrontés à des difficultés immenses sur le terrain, notamment pour convaincre les estivants d'éviter la baignade. On ne cesse de sensibiliser afin d'instaurer la culture du risque chez le citoyen. » Pour argumenter, l'officier de la PC a présenté les chiffres de l'affluence des estivants vendredi passé sur les plages, malgré l'interdiction de la baignade. « On a enregistré un flux de 3 millions d'estivants. Nos éléments ont pu sauver 1.738 baigneurs d'une noyade certaine, alors qu'on a recensé 3 décès dans les plages interdites dans les zones rocheuses à Mostaganem et Annaba », a fait savoir le lieutenant Bernaoui. La majorité des baigneurs aventuriers sont originaires des villes de l'intérieur, qui tentent de nager malgré les dangers. « Nous sommes venus à la plage pas comme spectateurs, mais pour se baigner », ont confié plusieurs estivants rencontrés sur les plages d'Alger et Oran. Le lieutenant Bernaoui a encore une fois appelé à la prise de conscience chez les baigneurs. « Une réflexion sera lancée par le commandement de la DGPC pour faire face à ce phénomène d'inconscience. » Suite à ce drame qui a secoué la famille de la Protection civile, le DGPC, le colonel Mustapha El Habiri, a déclaré, dans un message de condoléances, que Fayçal est mort en héros, en accomplissant son devoir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.