Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Les 13 manifestants acquittés    Complexité insurmontable ?    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Ouyahia et Sellal rejettent en bloc les charges retenues contre eux    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Flambée des prix des climatiseurs    Le financement participatif bientôt opérationnel    Confinement de 13h à 5h pour 18 communes    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Benhadid réhabilité    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Enfin !    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après avoir frôlé la mort, une autre vie pour les rescapés
Les témoignages des victimes de l'affaissement de Ben Aknoun
Publié dans Horizons le 02 - 12 - 2016

La famille était de retour d'une fête de mariage et se rendait chez elle à Dergana, à l'est de la capitale. Amel, la maman, discutait avec sa mère, sur le déroulement de la fête. Derrière eux, roulait la voiture de Nabil, le frère de Karim, accompagné de son épouse et sa petite nièce. Soudain, le véhicule de Karim, une Suzuki, chute dans un fossé avant de se renverser sur le côté gauche. Le jeune, qui s'est confié pour la première fois à la psychologue de la Protection civile, Leïla Kechaïri, est revenu sur cet incident particulier.
On pensait qu'on allait mourir
Nous l'avons rencontré mardi dernier, chez lui, avec sa mère, elle aussi rescapée de la chute, dans le cadre d'une visite organisée par la sous-direction de l'action sociale de la PC. Le lieutenant Djamila Fareh, de la Direction de la protection civile d'Alger, était chargée de la coordination et de la préparation de cette rencontre. Les psychologues de la PC ont été chaleureusement accueillis par les familles, livrées à elles-mêmes depuis l'accident, en l'absence de suivi psycho-médical.
Aucun responsable ne s'est rendu chez les rescapés, à l'exception de la Protection civile, ont-ils déploré. Karim parle difficilement de cette nuit d'horreur : « Je conduisais mon véhicule et je n'ai pas vu le cratère. J'ai chuté et je n'avais pas réalisé ce qui venait de nous arriver. Il faisait noir et froid. Les vitres étaient cassées et l'eau s'infiltrait à l'intérieur. J'ai commencé à prononcer la Chahada et j'attendais la mort. Mais tout d'un coup, j'ai décidé de sortir du véhicule qui glissait vers un tunnel mais j'étais coincé par la ceinture de sécurité. J'ai usé de toutes mes forces et j'ai réussi à sortir du véhicule. Il faisait très noir et j'ai pu voir des voitures qui ont chuté.
J'entendais les cris des victimes. J'ai fait des efforts pour faire sortir ma mère. Mes deux nièces, coincées sous les sièges arrière, criaient et pleuraient. Je devais les faire sortir avec leur maman. C'était très difficile car il faisait très froid. Ma mère a été forte et solide. Elle a fait sortir ma sœur en la poussant avec sa tête à l'extérieur du véhicule. J'ai entendu des voix. C'était celles des automobilistes qui se sont mobilisés pour nous secourir. Il fallait sauver les filles, qui étaient toutes mouillées et très effrayées. C'est Farid Mekhbout, un homme d'un certain âge, qui a chuté lui aussi, qui a décidé de secourir les filles. On a su par la suite que c'est un policier. Il est monté sur le toit du véhicule Partner pour les hisser à l'extérieur avec l'aide des personnes présentes. C'était très risqué à cause du vide entre les véhicules dans ce fossé. » Karim a tenu à rendre hommage à tous les personnes qui se sont mobilisés pour sauver les blessés, au risque de leur vie, particulièrement Farid, qui s'est fracturé le genou et n'a pas voulu sortir avant le sauvetage des victimes. « Ma mère ne voulait pas sortir. Elle criait après ma sœur, et ma sœur après ses deux jumelles. Chacune d'elle voulait sauver ses filles, mais Dieu merci, nous sommes sains et saufs. Moi, j'ai été hissé par une corde. C'était une nuit particulière, et Dieu a décidé de nous donner une autre vie. Merci à Dieu et aux jeunes qui ont fermé la route après l'affaissement et ont sauvé les blessés », a-t-il confié à la psychologue, tout en rendant hommage au personnel médical de l'hôpital Selim-Zmirli
d'El Harrach, qui étaient au chevet des blessés.
Hommage à Farid, le policier rescapé
La mère de Farid, hadja Dehbia, souffre de courbatures. « J'ai vu la mort, ma fille, dans un trou noir. C'était la nuit la plus longue dans ma vie. J'ai bu trop d'eau et j'étais toute mouillée. Je n'attendais que la mort mais à un certain moment, j'avais hâte de mourir pour en finir avec ce cauchemar.
J'avais très peur pour ma fille et ses deux jumelles », a-t-elle dit en pleurs. Cette rescapée, ayant tenu le coup jusqu'à la dernière minute, sans paniquer, a confié qu'elle n'a pas pu dormir durant deux nuits. « La scène me revient chaque nuit. Je suis devenue très vigilante. Je remercie Dieu d'avoir sauvé ma famille. » Hadja Dehbia ne sort plus de la maison depuis cet accident. Pour elle, « el hofra » (l'affaissement du terrain) n'est pas une blague partagée dans les réseaux sociaux mais un miracle, un traumatisme pour les rescapés mais il a démontré ce sens de solidarité chez les Algériens. Son fils Nabil est « une victime indirecte », selon la psychologue. Il a vu le véhicule de son frère Karim tomber dans le cratère. « Il est toujours sous le choc. Il était parmi ceux qui ont secouru les blessés », a rapporté sa mère.
Alae et Douaâ, les deux jumelles miraculées
Amel est une rescapée de l'affaissement. Les blessures au visage et sa main dans le plâtre renseignent sur son traumatisme. « J'étais avec mon frère, ma mère et mes deux jumelles. J'ai vu la mort. On a chuté et j'ai entendu par la suite des bruits de véhicules. Fort heureusement, il n'y avait pas de poids lourd ou de bus. Sinon, nous serions morts écrasés. J'ai réalisé par la suite que nous étions dans un cratère, une tombe, tout en bas et nous glissions vers le tunnel.
Je criais : je vais mourir et laisser mes enfants encore jeunes, et pas loin un homme hurlait : on a tué mon bébé. C'est un nourrisson de 4 mois, mais il en est sorti indemne. Ma mère m'a tirée du véhicule et m'a aidée à extraire mes deux filles. Un homme nous a aidés à remonter. Pour moi, à cause d'une fracture à la main et de mon poids, c'était plus compliqué. » Les deux jumelles Douaâ et Alae ont pu surmonter la situation. « A l'école, nous étions les jumelles, maintenant les miraculées de la hofra. C'était terrible car nous étions noyées. Nous avons commencé à glisser mais un homme nous a aidé à sortir. Je me rappelle de tout », a raconté Douaâ. Amine, Rafik, Mounia, Farid, Farès, Abdelkrim, Karim, Dehbia, Amel et les deux jumelles, des rescapés, ont été tous pris en charge par les psychologues de la Protection civile. Ils ont confié qu'ils sont plus réconfortés par cette visite des soldats du feu, cette fois en uniforme de « psy ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.