Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme qui rendait les musulmans fiers
Malek Chebel ressuscité à l'ANEP
Publié dans Horizons le 04 - 12 - 2016

Dans un hommage que l'Anep a rendu à l'intellectuel, samedi dernier, à Alger, Sid Ali Sekhri, consultant à l'Anep, a indiqué que les intégristes lui reprochaient de falsifier l'islam dans le but de faire plaisir aux Occidentaux. « Cela est totalement faux. Quand un évènement survenait, touchant l'islam, il l'analysait de tous les côtés, politique, psychanalytique... et ces intégristes avaient peur car ils ne comprenaient pas sa vision des choses », a-t-il souligné.
« Malek Chebel publiait des ouvrages au lendemain de ces évènements, tels les attentats aux Etats-Unis et en Europe, pour défendre l'islam », a-t-il ajouté. Il disait que l'islam est, avant tout, « une civilisation de savoir ». « Le défenseur de l'islam des lumières disait que les musulmans vivent dans la pulsion de la mort et non dans la pulsion de la vie. Or, la vie, c'est le savoir », a fait remarquer Sekhri. On lui reprochait également, d'après lui, d'être prolifique, d'avoir une grille de lecture occidentale et d'être trop présent sur les plateaux des télévisions étrangères.
« La psychanalyse appartient-elle uniquement à l'Occident ? », s'est interrogé Sekhri. Quant à sa présence à la télévision étrangère, c'était un moyen pour lui de toucher le maximum de personnes. « Surtout qu'il n'était jamais invité à la télévision algérienne. Malek Chebel, en fait, ciblait les lecteurs plus que les croyants, afin d'engager et d'échanger des débats. Des débats que l'anthropologue enrichissait à chaque fois avec de nouveaux éléments d'analyse », a-t-il expliqué. Dans chacun de ses ouvrages, on a l'impression que nous avons rendez-vous avec l'auteur.
La valeur du savoir
« En le lisant, on se sent fiers d'être musulmans. Il disait que l'islam se détruit par lui-même s'il n'est pas cultivé », a estimé Sekhri. La trentaine d'ouvrages signés par Malek Chebel, comme « Le dictionnaire des symboles musulmans », « Le dictionnaire amoureux de l'islam », « Désir et beauté en islam », sont d'une valeur inestimable car dans chaque livre, il y a quelque chose de nouveau, un plus. L'apport et les éclairages de l'anthropologue sur des auteurs, poètes et penseurs universels est immense. « Sa lecture de la poésie perse est de toute beauté. Dans son ouvrage ‘'la féminisation du monde'', il entreprend une analyse psychanalytique du conte des ‘'Mille et Une Nuits'' dont l'auteur est toujours un inconnu. A travers son analyse, Malek Chebel a découvert que l'auteur du conte est une femme », a fait savoir le conférencier. Malek Chebel, par ailleurs, était, avant son décès le mois dernier, à la tête d'un projet de « musées du Coran ». A ce propos, Sekhri a indiqué que l'anthropologue, dans sa quête de traduction du Livre Saint, avait amassé une centaine de manuscrits et d'ouvrages de différents formats, supports et calligraphies. « Nous espérons que ce projet ne tombe pas à l'eau », a-t-il souhaité. Enfin, il a déploré que des universitaires algériens n'aient pas répondu présent à cet hommage à celui qu'on qualifiait de « carrefour de toutes les appartenances ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.