Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme qui rendait les musulmans fiers
Malek Chebel ressuscité à l'ANEP
Publié dans Horizons le 04 - 12 - 2016

Dans un hommage que l'Anep a rendu à l'intellectuel, samedi dernier, à Alger, Sid Ali Sekhri, consultant à l'Anep, a indiqué que les intégristes lui reprochaient de falsifier l'islam dans le but de faire plaisir aux Occidentaux. « Cela est totalement faux. Quand un évènement survenait, touchant l'islam, il l'analysait de tous les côtés, politique, psychanalytique... et ces intégristes avaient peur car ils ne comprenaient pas sa vision des choses », a-t-il souligné.
« Malek Chebel publiait des ouvrages au lendemain de ces évènements, tels les attentats aux Etats-Unis et en Europe, pour défendre l'islam », a-t-il ajouté. Il disait que l'islam est, avant tout, « une civilisation de savoir ». « Le défenseur de l'islam des lumières disait que les musulmans vivent dans la pulsion de la mort et non dans la pulsion de la vie. Or, la vie, c'est le savoir », a fait remarquer Sekhri. On lui reprochait également, d'après lui, d'être prolifique, d'avoir une grille de lecture occidentale et d'être trop présent sur les plateaux des télévisions étrangères.
« La psychanalyse appartient-elle uniquement à l'Occident ? », s'est interrogé Sekhri. Quant à sa présence à la télévision étrangère, c'était un moyen pour lui de toucher le maximum de personnes. « Surtout qu'il n'était jamais invité à la télévision algérienne. Malek Chebel, en fait, ciblait les lecteurs plus que les croyants, afin d'engager et d'échanger des débats. Des débats que l'anthropologue enrichissait à chaque fois avec de nouveaux éléments d'analyse », a-t-il expliqué. Dans chacun de ses ouvrages, on a l'impression que nous avons rendez-vous avec l'auteur.
La valeur du savoir
« En le lisant, on se sent fiers d'être musulmans. Il disait que l'islam se détruit par lui-même s'il n'est pas cultivé », a estimé Sekhri. La trentaine d'ouvrages signés par Malek Chebel, comme « Le dictionnaire des symboles musulmans », « Le dictionnaire amoureux de l'islam », « Désir et beauté en islam », sont d'une valeur inestimable car dans chaque livre, il y a quelque chose de nouveau, un plus. L'apport et les éclairages de l'anthropologue sur des auteurs, poètes et penseurs universels est immense. « Sa lecture de la poésie perse est de toute beauté. Dans son ouvrage ‘'la féminisation du monde'', il entreprend une analyse psychanalytique du conte des ‘'Mille et Une Nuits'' dont l'auteur est toujours un inconnu. A travers son analyse, Malek Chebel a découvert que l'auteur du conte est une femme », a fait savoir le conférencier. Malek Chebel, par ailleurs, était, avant son décès le mois dernier, à la tête d'un projet de « musées du Coran ». A ce propos, Sekhri a indiqué que l'anthropologue, dans sa quête de traduction du Livre Saint, avait amassé une centaine de manuscrits et d'ouvrages de différents formats, supports et calligraphies. « Nous espérons que ce projet ne tombe pas à l'eau », a-t-il souhaité. Enfin, il a déploré que des universitaires algériens n'aient pas répondu présent à cet hommage à celui qu'on qualifiait de « carrefour de toutes les appartenances ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.