La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aller vers une stratégie nationale de protection de l'artisanat algérien
Séminaire international sur la propriété intellectuelle
Publié dans Horizons le 04 - 12 - 2016

Les premiers responsables de ce secteur ambitionnent d'aller vers une stratégie nationale de défense de la propriété intellectuelle dans l'artisanat. D'où la tenue, hier au Cercle de l'armée de Beni-Messous, d'un séminaire international sur cette thématique. Dans son allocution d'ouverture, la ministre déléguée chargée de l'Artisanat, Aïcha Tagabou, a signalé que cette rencontre vise à trouver les mécanismes adéquats pour protéger le patrimoine artisanal au niveau national et international.
« Nous espérons qu'une ébauche d'une stratégie nationale pour la protection de la propriété intellectuelle dans le secteur soit conçue via ce séminaire. Une stratégie qui aura non seulement un rôle de protection, mais aussi celui de promouvoir le produit national et faciliter sa commercialisation », dit-elle, en présence, entre autres, de membres du gouvernement. Pour cela, elle a appelé à la nécessité d'établir un état des lieux de la propriété intellectuelle en Algérie, faire un diagnostic de la législation dans ce domaine et explorer les mécanismes exploités à l'extérieur du pays. Le directeur général du développement des activités artisanales au ministère de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, Choukri Benzaârour, a mis le doigt, dans son intervention, sur les lacunes constatées dans ce secteur.
« Nous avons constaté, de prime abord, l'absence de visibilité et d'attractivité dans l'artisanat et d'une étude de marché. La qualité de nos produits, en plus, est à parfaire. En matière de protection, nous n'avons pas les capacités humaines pour la mise en place des mécanismes adéquats et même si ces mécanismes existent, les artisans ne sont pas assez sensibilisés pour aller vers ces outils de protection », indique-t-il. Sur le plan législatif, selon lui, la loi sur les marques collectives et les appellations d'origine existe mais n'est pas suffisamment mise en pratique. « Nous avons préparé, dans le cadre d'une coopération internationale, la première marque collective pour la dinanderie de Constantine. Nous n'avons pas pu le faire, car la loi algérienne ne renferme pas les dispositions sur les indications géographiques. Ces indications sont très importantes dans le domaine de l'artisanat. Il faut savoir, au fait, que le loi relative aux marques collectives est globale et n'est pas spécifique à l'artisanat », précise-t-il.
Le directeur général de l'Institut national algérien de la propriété industrielle (Inapi), Abdelhafid Belmehdi, a fait savoir qu'un projet d'intégration des indications géographiques dans les appellations d'origine est en cours de réalisation par un groupe de travail, piloté par le ministre de l'Industrie et des Mines. Pour le moment, d'après Benzaârour, sept appellations d'origine sont seulement inscrites et juste dans le secteur de l'agriculture. « En l'absence de procédures juridiques, difficile d'appliquer la loi. Nous devons absolument maîtriser les rouages de la propriété intellectuelle pour pouvoir négocier les traités internationaux les concernant. Si l'on négocie mal ces traités, on se retrouvera en train de protéger les produits étrangers et pas les nôtres », avertit-il. Il a confié, dans ce contexte, que le secteur a établi des passerelles avec d'autres secteurs, l'université et l'Inapi, pour maîtriser et appliquer sur le terrain les mécanismes de protection. Il a ajouté que, via ce séminaire, il s'agira de trouver quels sont le modèle et le mécanisme les plus adaptés à l'Algérie pour mieux protéger son artisanat. « Je dis mieux, car il existe chez nous des mécanismes de protection, telles les marques collectives et les appellations d'origine. Mais en l'absence d'indications géographiques, ces mécanismes demeurent insuffisants. En fait, ils ne mettent pas suffisamment la variété artisanale algérienne en valeur », conclut-il. Des ateliers sont organisés dans le cadre de ce séminaire pour répondre aux questionnements et proposer des solutions pour accompagner les artisans, notamment dans la démarche de la propriété intellectuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.