Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Le projet de loi de finances complémentaire (PLFC 2020) adopté par l'APN    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Nouveau coup de filet à El-Kseur    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Un maghrébin au long cours    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aller vers une stratégie nationale de protection de l'artisanat algérien
Séminaire international sur la propriété intellectuelle
Publié dans Horizons le 04 - 12 - 2016

Les premiers responsables de ce secteur ambitionnent d'aller vers une stratégie nationale de défense de la propriété intellectuelle dans l'artisanat. D'où la tenue, hier au Cercle de l'armée de Beni-Messous, d'un séminaire international sur cette thématique. Dans son allocution d'ouverture, la ministre déléguée chargée de l'Artisanat, Aïcha Tagabou, a signalé que cette rencontre vise à trouver les mécanismes adéquats pour protéger le patrimoine artisanal au niveau national et international.
« Nous espérons qu'une ébauche d'une stratégie nationale pour la protection de la propriété intellectuelle dans le secteur soit conçue via ce séminaire. Une stratégie qui aura non seulement un rôle de protection, mais aussi celui de promouvoir le produit national et faciliter sa commercialisation », dit-elle, en présence, entre autres, de membres du gouvernement. Pour cela, elle a appelé à la nécessité d'établir un état des lieux de la propriété intellectuelle en Algérie, faire un diagnostic de la législation dans ce domaine et explorer les mécanismes exploités à l'extérieur du pays. Le directeur général du développement des activités artisanales au ministère de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, Choukri Benzaârour, a mis le doigt, dans son intervention, sur les lacunes constatées dans ce secteur.
« Nous avons constaté, de prime abord, l'absence de visibilité et d'attractivité dans l'artisanat et d'une étude de marché. La qualité de nos produits, en plus, est à parfaire. En matière de protection, nous n'avons pas les capacités humaines pour la mise en place des mécanismes adéquats et même si ces mécanismes existent, les artisans ne sont pas assez sensibilisés pour aller vers ces outils de protection », indique-t-il. Sur le plan législatif, selon lui, la loi sur les marques collectives et les appellations d'origine existe mais n'est pas suffisamment mise en pratique. « Nous avons préparé, dans le cadre d'une coopération internationale, la première marque collective pour la dinanderie de Constantine. Nous n'avons pas pu le faire, car la loi algérienne ne renferme pas les dispositions sur les indications géographiques. Ces indications sont très importantes dans le domaine de l'artisanat. Il faut savoir, au fait, que le loi relative aux marques collectives est globale et n'est pas spécifique à l'artisanat », précise-t-il.
Le directeur général de l'Institut national algérien de la propriété industrielle (Inapi), Abdelhafid Belmehdi, a fait savoir qu'un projet d'intégration des indications géographiques dans les appellations d'origine est en cours de réalisation par un groupe de travail, piloté par le ministre de l'Industrie et des Mines. Pour le moment, d'après Benzaârour, sept appellations d'origine sont seulement inscrites et juste dans le secteur de l'agriculture. « En l'absence de procédures juridiques, difficile d'appliquer la loi. Nous devons absolument maîtriser les rouages de la propriété intellectuelle pour pouvoir négocier les traités internationaux les concernant. Si l'on négocie mal ces traités, on se retrouvera en train de protéger les produits étrangers et pas les nôtres », avertit-il. Il a confié, dans ce contexte, que le secteur a établi des passerelles avec d'autres secteurs, l'université et l'Inapi, pour maîtriser et appliquer sur le terrain les mécanismes de protection. Il a ajouté que, via ce séminaire, il s'agira de trouver quels sont le modèle et le mécanisme les plus adaptés à l'Algérie pour mieux protéger son artisanat. « Je dis mieux, car il existe chez nous des mécanismes de protection, telles les marques collectives et les appellations d'origine. Mais en l'absence d'indications géographiques, ces mécanismes demeurent insuffisants. En fait, ils ne mettent pas suffisamment la variété artisanale algérienne en valeur », conclut-il. Des ateliers sont organisés dans le cadre de ce séminaire pour répondre aux questionnements et proposer des solutions pour accompagner les artisans, notamment dans la démarche de la propriété intellectuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.