Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parcours d'un psychiatre sensible aux causes justes
Hommage à Frantz Fanon
Publié dans Horizons le 06 - 12 - 2016

Dans un hommage, hier, au forum d'El Moudjahid, à l'occasion du 55e anniversaire de sa mort, le chercheur en histoire et écrivain, Amar Belkhodja, a relevé l'apport de Frantz Fanon à la Révolution algérienne mais également à la psychiatrie. « Il a introduit à l'hôpital psychiatrique de Blida, où il était médecin-chef, de nouvelles méthodes de thérapie qui prennent en compte la culture sociale des patients. Il s'employait à créer l'environnement social et culturel des malades algériens. Il mettait, par exemple, une salle de prières à leur disposition, dans un décor qui leur était familier », rapporte-t-il. L'artiste interprète algérien Abderrahmane Azizi, signale-t-il, l'assistait dans sa thérapie en animant des concerts de musique au sein de l'hôpital. « Ces méthodes étonnaient ses confrères français. Frantz Fanon était partisan d'une insertion progressive des malades », note-t-il, précisant que le psychiatre a aboli les chaînes qui emprisonnaient les malades algériens.
« Durant l'année où il exerçait à l'hôpital de Blida en 1952, il percevait les séquelles mentales et physiques du colonialisme sur ses patients. Il en était scandalisé », dit-il. En 1954, la guerre d'Algérie éclate. Il embrase aussitôt la cause algérienne et s'engage auprès de la résistance nationale. En 1956, il présente sa démission au général Lacoste, connu pour son « penchant » pour la violence et la torture. « Cette lettre de démission mérite qu'on se penche dessus d'une façon scientifique. Qu'on l'analyse, qu'on l'étudie », soutient le conférencier avant de citer quelques extraits de cette lettre. « Que sert l'enthousiasme si la réalité est tissée de mensonges ? De lâcheté et du mépris de l'homme ? Je mesure avec effroi l'ampleur de l'aliénation des habitants de ce pays », disait le psychiatre dans sa lettre. Suite à sa démission, il fut expulsé de l'Algérie et a tout de suite rejoint les militants algériens à Tunis pour gérer, entre autres, le journal El Moudjahid, aux côtés d'Abane Ramdane et Réda Malek. « En 1952, il a écrit son premier ouvrage, ‘‘ Peau noire, masques blancs'', où il évoque le racisme. D'ailleurs, pour lui, le racisme, c'est l'un des moteurs du colonialisme », indique-t-il. Dans ce contexte, il a cité une anecdote que Frantz Fanon avait racontée à l'acteur et poète Himoud Brahimi, dit « Momo ». « Momo a eu la chance de le rencontrer à La Casbah. Un jour, Frantz Fanon lui raconte qu'il a été interpellé par une patrouille coloniale alors qu'il conduisait sa voiture. L'agent, en percevant sa couleur de peau, s'était adressé à lui en le tutoyant, affichant ainsi une réaction bien raciste. Frantz Fanon s'était adressé à lui en tant que psychiatre : ‘‘J'ai peur de la peur que je vois dans vos yeux.'' Ce qui a déconcerté l'agent qui s'était confondu en excuses quand il avait compris qu'il avait affaire à un médecin de nationalité française », évoque-t-il. Le psychiatre a créé, à la demande des révolutionnaires algériens, un hôpital près d'Oujda, pour développer des cures de sommeil au profit des agents des transmissions surtout, qui travaillaient jour et nuit. Il a échappé à plusieurs tentatives d'assassinat, selon le conférencier, surtout quand il a été transféré en Italie, après un accident de la route. Il a été nommé ambassadeur du GPRA au Ghana pour faire connaître la cause algérienne. « En 1961, il commença la rédaction de son ouvrage ‘‘Les Damnés de la Terre'', sorti quelque temps avant sa mort. Ses œuvres méritent d'être étudiées dans les universités. Une analyse, une relecture. Fanon avait un double rêve : l'indépendance de l'Algérie et l'unification de l'Afrique », estime Belkhodja avant de conclure son intervention par une citation de Momo : « Lui, Frantz Fanon, homme grand et comme tous les grands, il donne sans attendre de récompense. Ne dit-on pas que la grandeur est dans l'acte qui donne ? »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.