Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P.-dg    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Russes et Saoudiens "très, très proches" d'un accord    Rezig: Radiation des commerçants coupables de contravention du registre de commerce    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    "Confinement total et masque pour tous"    Les officiers-généraux et les officiers supérieurs font don d'un mois de salaire    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Assouplissement des obligations fiscales    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parcours d'un psychiatre sensible aux causes justes
Hommage à Frantz Fanon
Publié dans Horizons le 06 - 12 - 2016

Dans un hommage, hier, au forum d'El Moudjahid, à l'occasion du 55e anniversaire de sa mort, le chercheur en histoire et écrivain, Amar Belkhodja, a relevé l'apport de Frantz Fanon à la Révolution algérienne mais également à la psychiatrie. « Il a introduit à l'hôpital psychiatrique de Blida, où il était médecin-chef, de nouvelles méthodes de thérapie qui prennent en compte la culture sociale des patients. Il s'employait à créer l'environnement social et culturel des malades algériens. Il mettait, par exemple, une salle de prières à leur disposition, dans un décor qui leur était familier », rapporte-t-il. L'artiste interprète algérien Abderrahmane Azizi, signale-t-il, l'assistait dans sa thérapie en animant des concerts de musique au sein de l'hôpital. « Ces méthodes étonnaient ses confrères français. Frantz Fanon était partisan d'une insertion progressive des malades », note-t-il, précisant que le psychiatre a aboli les chaînes qui emprisonnaient les malades algériens.
« Durant l'année où il exerçait à l'hôpital de Blida en 1952, il percevait les séquelles mentales et physiques du colonialisme sur ses patients. Il en était scandalisé », dit-il. En 1954, la guerre d'Algérie éclate. Il embrase aussitôt la cause algérienne et s'engage auprès de la résistance nationale. En 1956, il présente sa démission au général Lacoste, connu pour son « penchant » pour la violence et la torture. « Cette lettre de démission mérite qu'on se penche dessus d'une façon scientifique. Qu'on l'analyse, qu'on l'étudie », soutient le conférencier avant de citer quelques extraits de cette lettre. « Que sert l'enthousiasme si la réalité est tissée de mensonges ? De lâcheté et du mépris de l'homme ? Je mesure avec effroi l'ampleur de l'aliénation des habitants de ce pays », disait le psychiatre dans sa lettre. Suite à sa démission, il fut expulsé de l'Algérie et a tout de suite rejoint les militants algériens à Tunis pour gérer, entre autres, le journal El Moudjahid, aux côtés d'Abane Ramdane et Réda Malek. « En 1952, il a écrit son premier ouvrage, ‘‘ Peau noire, masques blancs'', où il évoque le racisme. D'ailleurs, pour lui, le racisme, c'est l'un des moteurs du colonialisme », indique-t-il. Dans ce contexte, il a cité une anecdote que Frantz Fanon avait racontée à l'acteur et poète Himoud Brahimi, dit « Momo ». « Momo a eu la chance de le rencontrer à La Casbah. Un jour, Frantz Fanon lui raconte qu'il a été interpellé par une patrouille coloniale alors qu'il conduisait sa voiture. L'agent, en percevant sa couleur de peau, s'était adressé à lui en le tutoyant, affichant ainsi une réaction bien raciste. Frantz Fanon s'était adressé à lui en tant que psychiatre : ‘‘J'ai peur de la peur que je vois dans vos yeux.'' Ce qui a déconcerté l'agent qui s'était confondu en excuses quand il avait compris qu'il avait affaire à un médecin de nationalité française », évoque-t-il. Le psychiatre a créé, à la demande des révolutionnaires algériens, un hôpital près d'Oujda, pour développer des cures de sommeil au profit des agents des transmissions surtout, qui travaillaient jour et nuit. Il a échappé à plusieurs tentatives d'assassinat, selon le conférencier, surtout quand il a été transféré en Italie, après un accident de la route. Il a été nommé ambassadeur du GPRA au Ghana pour faire connaître la cause algérienne. « En 1961, il commença la rédaction de son ouvrage ‘‘Les Damnés de la Terre'', sorti quelque temps avant sa mort. Ses œuvres méritent d'être étudiées dans les universités. Une analyse, une relecture. Fanon avait un double rêve : l'indépendance de l'Algérie et l'unification de l'Afrique », estime Belkhodja avant de conclure son intervention par une citation de Momo : « Lui, Frantz Fanon, homme grand et comme tous les grands, il donne sans attendre de récompense. Ne dit-on pas que la grandeur est dans l'acte qui donne ? »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.