AS Roma : Mourinho a pris une première décision    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Les textes d'application enfin ficelés    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Les membres officiellement désignés    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    L'impératif de l'investissement pour le G7    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Les Verts entrent dans l'histoire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« L'Algérie doit renforcer son front interne »
Slimane Chikh parle de la mondialisation au Conseil de la nation
Publié dans Horizons le 16 - 12 - 2016

L'Algérie se doit de renforcer son front interne afin de pouvoir affronter la mondialisation galopante. C'est ce qu'a recommandé le diplomate et ancien ministre Slimane Chikh, lors d'une conférence, jeudi dernier, sous le titre « Interrogations sur la mondialisation : l'Etat national, la souveraineté, les valeurs et l'homme ». Lors de cette rencontre à laquelle ont assisté Abdelkader Bensalah, président de la chambre haute, et des membres du Conseil de la nation, le conférencier a explicité le concept qui reconfigure la politique, l'économie, la culture, la société et l'information. La mondialisation « représente l'ouverture des frontières et l'avènement du commerce international, de la délocalisation et de la libre circulation des hommes et des biens. Toutefois, il n'y a pas que du « bon », a-t-il souligné. La mondialisation, à l'en croire, doit nous conduire aussi à préserver notre particularité nationale pour se prémunir contre ses dangers. Comment ? En s'attachant à nos valeurs et en bâtissant un Etat fort et souverain, capable de faire face aux menaces qu'incarne une mondialisation à multiples facettes. La constitution d'un front interne fort et puissant s'avère une nécessité, selon le conférencier. « Le développement global du pays passe par une bonne formation des générations montantes »,
a-t-il affirmé. « L'Algérie n'est pas isolée du monde et doit être disposée à améliorer notamment le niveau de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique », a indiqué Slimane Chikh. Ce dernier a rappelé que « la mondialisation quantitative se transforme actuellement en qualitative avec des d'objectifs ciblés ». « Les pays, notamment ceux de la rive sud de la Méditerranée, doivent contrôler leur avenir en s'offrant les moyens appropriés afin de parer aux effets néfastes de la mondialisation », a-t-il clamé. Evoquant la mondialisation qui recèle aussi des aspects positifs, il a expliqué que « son objectif est d'instaurer un régime dominateur ». S'attardant sur les principales retombées de la mondialisation n'ayant pas encore livré tous ses « secrets », il abordera les moyens d'y faire face. L'Algérie « doit contrôler son avenir avant de mener le combat de la mondialisation », a-t-il souligné, ajoutant qu'elle doit « procéder, avant tout, au développement global de sa pensée qui est le principal défi ». Chikh a abordé, par ailleurs, « la nécessité de s'imprégner des valeurs civilisationnelles et de se conformer aux règles humanistes des sociétés ». A propos des questions sécuritaires, il a insisté sur le besoin d'orienter la mondialisation vers la construction et non vers la destruction. A ce sujet, il a relevé ce qu'endurent certains Etats arabes victimes d'un terrorisme ravageur. Il a reconnu que la mondialisation incarne le terrorisme menaçant la stabilité de nombreux Etats. « Elle est un instrument que même le terrorisme utilise pour détruire », a-t-il estimé. Il parlera aussi du fossé qui se creuse en matière d'échanges scientifiques et de communication qui restent l'apanage des pays développés. L'apparition de « sociétés du savoir » chez les uns fait des autres sociétés de simples et passifs consommateurs. La mondialisation a réalisé « un saut qualitatif » en matière de biotechnologie, mais aussi dans le domaine politique à travers l'émergence de « la condition démocratique » basée sur la séparation des pouvoirs, la légitimité et les droits de l'homme. Il a plaidé pour l'accompagnement de ces progrès.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.