Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qui est dit dans l'Islam
Citoyenneté et solidarité
Publié dans Horizons le 30 - 12 - 2016


La citoyenneté est un concept nouveau mais en réalité, il trouve aussi son origine dans l'Islam. D'après les conférenciers ayant pris part, jeudi dernier, à une rencontre organisée par Radio Coran Algérie au cercle culturel Aïssa-Messaoudi, les principes de la citoyenneté sont évoqués, en effet, dans la religion islamique. Le Prophète Mohamed (QSSSL) a contribué également à les vulgariser. « La première convention sur la citoyenneté dans l'histoire de l'humanité a été conçue par le Prophète. Dans cette convention, les droits et les devoirs sont bien définis. C'est une référence mondiale de la citoyenneté », assure Smaïl Moussa, docteur en sciences islamiques. Il explique que, dans ce document, les musulmans et les non-musulmans ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. « Il n'y a pas de place pour la discrimination raciale, sociale ou sexuelle. L'égalité et la non-discrimination sont le premier principe de la citoyenneté », dit-il. L'autre principe de la citoyenneté défendu par cette convention, selon lui, est la participation sociale. Il indique à ce propos que la zakat ou la djizia imposées concernent tous les citoyens, qu'ils soient musulmans ou non, et participent à l'action sociale, à la solidarité et, donc, à la citoyenneté. Toutefois, ce qui génère la citoyenneté, d'après l'islamologue et représentant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, Khaled Younsi, c'est l'amour de la patrie. « L'amour de la patrie, c'est le générateur et l'essence de la citoyenneté. C'est cela qui a permis à l'Algérie de se battre contre le colonialisme et arracher sa liberté. Il ne faut pas croire ceux qui disent que tel ou tel citoyen n'aime pas son pays. Ce n'est pas possible, car l'amour de la patrie est instinctif et ancré en nous. Il faut juste savoir l'activer », souligne-t-il. Le Prophète (qsssl), rappelle l'islamologue Saïd Bouizri, a recommandé aux musulmans de bien traiter leurs épouses, les pauvres, les malades... L'entraide et la solidarité, selon lui, sont les symboles de la citoyenneté. « Le Prophète traitait bien son épouse Khadidja dans une époque où la femme était mal considérée. Il a fait acte de citoyenneté envers son épouse et cette dernière le lui a bien rendu, en le soutenant et en croyant en lui. Tous ces symboles de citoyenneté doivent faire partie de l'éducation », fait-il savoir. La citoyenneté, affirme le Dr Moussa, est une action qui génère des actions. « Quand on fait du bien dans la société, quand il y a une entente entre le citoyen et celui qui le gouverne, on est dans la citoyenneté. Pour que cette problématique ne se pose plus en tant que telle, chez nous ou même ailleurs, il suffit d'appliquer la convention du Prophète », conclut-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.