Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats autonomes entre adhésion et réserves
Publié dans Horizons le 18 - 09 - 2011

Les syndicats autonomes de l'éducation et de la santé réagissent à l'annonce faite, il y a quelques jours, par la direction nationale la centrale syndicale, relative à l'augmentation du salaire national minimum garanti (Snmg) et l'abattement de l'impôt sur le revenu global. Le syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (Snpssp) salue cette décision. Cette évolution, une vielle revendication des syndicats autonomes de la fonction publique, affirme Lyes Merabet, président du Snpssp, doit tenir compte du pouvoir d'achat et de l'inflation, ainsi que de l'article 87 bis. Pour ce qui est de l'imposition, il a trouvé «anormal» que les salariés sont plus concernés par la fiscalité que la fonction libérale. A titre d'exemple, il a précisé que «les commerçants paient moins d'impôts que les salariés», précisant que l'augmentation du Snmg et la baisse d'impôts sur le revenu global «n'est que justice rendue dans le cadre de la révision globale de ces deux points». Par ailleurs, le syndicaliste regrette le fait que les syndicats autonomes de la santé et de l'éducation ne soient pas invités à la prochaine tripartite qui se tiendra le 29 du mois en cours, qualifiant de «paradoxale» l'attitude du gouvernement qui «dit reconnaître les syndicats autonomes, sans les associer à la tripartite pour leur permettre de défendre l'intérêt des travailleurs».
Contrairement aux médecins qui saluent ce geste, Idir Achour, secrétaire national du conseil des lycées d'Algérie estime que jusqu'à présent, «il n'y a jamais eu de politique salariale digne de ce nom dans notre pays». Une vraie politique salariale, à ses yeux, doit, avant tout, répondre à une politique économique qui prend en considération trois éléments essentiels : la connaissance de la réalité des prix sur le marché, la rémunération du travail fourni ainsi que l'encouragement et la motivation des travailleurs. En outre, il a indiqué qu'un salaire minimum doit répondre aux besoins minimums du coût de la vie, actuellement de l'ordre de 45 000 dinars. Cela étant, notre interlocuteur considère que la prochaine tripartite, que le monde du travail attend avec impatience, vise «seulement à répondre aux nombreuses revendications, exprimées notamment pas les travailleurs de l'éducation et de la santé, en vue de calmer la colère sociale».
Le Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest) fait le même constat que le Cla. Cette annonce, pour eux, ne réglera pas la situation des travailleurs tant que l'érosion du pouvoir d'achat ne cesse de s'accentuer. En effet, Messaoud Boudiba, chargé de communication du Cnapest affirme qu'une étude, réalisée, il y a deux ans par l'intersyndicale montre qu'un salarié doit, pour vivre dignement, percevoir une mensualité oscillant entre 36 000 à 40 000 dinars. Par ailleurs, le syndicaliste souligne «qu'avec un salaire minimum de 20 000 dinars, les travailleurs ne parviendront pas à joindre les deux bouts, à vivre dans la dignité, en raison de l'érosion du pouvoir d'achat et de l'inflation». Les syndicats autonomes, qui déplorent l'absence d'une politique salariale et économique claire, demandent la réalisation d'une étude qui tienne compte du pouvoir d'achat pour mieux définir le seuil du salaire national minimum garanti. Selon lui, un Snmg à moins de 30 mille dinars ne résoudra pas le problème du pouvoir d'achat auquel est confronté la société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.