Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chute du Mur de Berlin : 20 ans déjà !
Publié dans Horizons le 08 - 11 - 2009

Les Allemands de l'Est se ruèrent par milliers, comme nos «haraga», pour rejoindre l'Ouest. Les Européens seront aujourd'hui au diapason de Berlin, au nom de la liberté et de la solidarité, pour célébrer, avec des conférences, expositions, spectacles, son et lumière, les 20 ans de la chute du Mur de Berlin, ex-symbole de la division du Vieux continent.
Dans les pays de l'Est, la célébration du 9 novembre comme le jour qui a changé l'Europe, voire le monde, sera plus discrète. La plupart des capitales se contenteront d'expositions de pans du Mur de 160 kilomètres et de séminaires pour analyser comment ce Mur, que tout le monde croyait solide, s'est effondré après 28 ans d'existence.
De grandes histoires auxquelles seraient mêlés Reagan, Jean-Paul II, Gorbatchev, Walesa ont été avancées pour expliquer cette chute. De petites aussi. Comme quand au printemps 1989, les Hongrois ont ouvert leur frontière avec l'Autriche, les Allemands de l'Est se ruèrent par milliers, comme nos «Haraga», pour rejoindre l'Ouest.
A Berlin, les manifestations se multiplient. Elles ne cesseront que le 9 novembre.
Ce jour-là, un membre du Politburo annonça, devant les caméras de télévision, que les voyages privés vers l'étranger « peuvent être autorisés sans présentation de justificatifs ».
Quelques heures plus tard, de jeunes Allemands - de l'Est comme de l'Ouest - s'attaquent au Mur qui divise Berlin depuis le 13 août 1961, prélude au démantèlement du bloc de l'Est et à la fin de la guerre froide. Dans la stupeur et la confusion, les portes du Mur s'ouvrent pour permettre aux Allemands de l'Est et de l'Ouest de tomber dans les bras des uns des autres après 28 ans de séparation forcée. Mikhaïl Gorbatchev, Kofi Annan, Dmitri Medvedev, Gordon Brown, Bill et Hillary Clinton, Lech Walesa, Nicolas Sarkozy, plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement des 27 Etats membres de l'Union européenne seront aujourd'hui à Berlin pour franchir l'ancien point de passage de la Bornholmer Strasse, réputé être le premier ouvert au soir du 9 novembre 1989.
Penseront-ils, en se félicitant de l'effondrement de ce Mur de la honte, à tous les autres murs, comme ceux qui partagent la Palestine et le Sahara Occidental en deux ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.