L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le géant allemand se réveille
20 ANS APRÈS LA CHUTE DU MUR DE BERLIN
Publié dans L'Expression le 07 - 06 - 2009

Il y a à peine 20 ans, l'Europe était coupée en deux. Symbole de cette frontière: Berlin et son Mur de la honte. Vingt ans plus tard, la capitale allemande porte un autre symbole: celle de la réconciliation entre l'Est et l'Ouest.
«Nous sommes un seul peuple». Ce slogan né de l'unification allemande est loin de faire l'unanimité dans la société allemande malgré les engagements et les efforts déployés pour éradiquer les inégalités sociales entre l'Est et l'Ouest. Cette image de pays renforcé et émancipé sur la scène internationale n'est qu'une illusion vue de l'intérieur, car le pays semble fragilisé par la remise en cause du modèle économique et social prôné ces derniers temps par l'alliance gouvernementale CDU/CSU et le SPD. 20 ans après la chute du Mur de Berlin, la rupture est toujours ancrée dans les esprits d'une importante partie des Allemands, ce qui n'empêche pas, pour autant, l'Allemagne de faire de grands progrès sur tous les plans.
Le 23 mai dernier, l'Allemagne fédérale a fêté le 60e anniversaire de sa fondation qui a coïncidé avec la réélection du président d'Allemagne, Horst Kohler (CDU), un président au pouvoir symbolique. Pour des raisons purement économiques liées à la crise financière, la chancelière allemande, Angela Merkel du même parti conservateur des Chrétiens démocrates avait dû annuler toutes les festivités programmées à cet effet, se contentant d'une symbolique célébration. La chute du Mur de Berlin en 1989 a marqué la rupture historique sur plusieurs plans.
La question allemande qui resta pendante de 1906 à1990 fut résolue le 3 octobre 1990 avec l'intégration de la République démocratique allemande (ex-RDA) à la République fédérale allemande fondée par la loi fondamentale mise en vigueur depuis le 23 mai 1949. Une loi qui constitue le fondement politique et juridique de la RFA.
L'Allemagne, un ex-empire presque rasé complètement à la fin de la Seconde Guerre mondiale, a su et pu s'imposer comme première puissance économique européenne. Présentement, l'Allemagne est en voie de déclasser le Japon, frappé de plein fouet par la crise financière, pour devenir la deuxième puissance mondiale.
En somme, c'est le réveil du géant allemand. Depuis la chute du Mur de Berlin, l'Allemagne est devenue un état fédéral composé de 16 Landers (Etats fédéraux) dotés chacun de pouvoirs étatiques limités. Avec ses 82 millions d'habitants dont 52,5% de femmes, l'Allemagne est le pays le plus peuplé de l'Union européenne. 7,6 millions d'étrangers vivent en Allemagne dont 1,9 million de Turcs, soit la communauté étrangère la plus importante.
La ville de Leipzig dans la Saxe fondée en 1015, ville de l'illustre Sébastien Bach et Goethe, fut et restera la ville symbole de la lutte, bastion de la résistance et berceau de la révolution pacifique. En effet, c'est à Leipzig que le mouvement citoyen a capitalisé les 40 ans de lutte et de résistance pour provoquer la capitulation du régime stalinien de l'ex-RDA. L'année 1989 a été riche en actions et autres protestations. La première grande manifestation pour la liberté de la presse fut organisée le 15 janvier. Une initiative à inscrire à l'actif du premier groupe protestataire «initiative pour le renouveau démocratique». L'église Saint Nicolas, siège du mouvement citoyen, prenait en main la contestation. Le premier appel au boycott des élections du 7 mai a été largement suivi. Après un calme sibyllin, la protestation reprit durant l'été. Les artistes, écologistes et les antistaliniens occupèrent la rue par diverses actions.
Le lundi 9 octobre 1989, soit deux jours après les célébrations officielles de la fondation de la RDA, 70 000 manifestants occupèrent pacifiquement la rue suite à l'appel de l'église Saint Nicolas en scandant «Wir sind das volk» (nous sommes le peuple).
Cette grande manifestation organisée dans le calme donna naissance à l'automne de la révolution pacifique où chaque lundi se tenaient de grandes manifestations qui ont fait sonné le glas du Mur de Berlin. Un mois plus tard, le pouvoir capitula devant la détermination des citoyens. Le siège de la Stasi, police secrète, fut occupé le 4 décembre. Après la chute du Mur de Berlin, il fut transformé en musée du Runde Ecke qui abrite une exposition permanente intitulée «Stasi pouvoir et banalité».
Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, un obstacle long de quelque 41 km, l'Allemagne unifiée s'apprête à célébrer cet événement historique qui constitue une transformation politico-économique à l'échelle planétaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.