Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Feux de forêts: le Haut commandement de l'ANP mobilise des hélicoptères    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Téléfilm «Camus» sur la vie d'Albert Camus : L'auteur oublié !
Publié dans Horizons le 11 - 01 - 2010

Le film sur la vie du grand écrivain Albert Camus, qui porte le titre simple de «Camus», du réalisateur Laurent Jaoui, a été diffusé mercredi dernier au soir sur France2. Une fiction tant attendue par de nombreux téléspectateurs qui espéraient, en cette occasion, découvrir l'homme révolté à travers le cinéma. Mais bien que Laurent Jaoui ait déclaré qu'il a longuement réfléchi avant de se lancer dans un tel projet et qu'il se soit inspiré des travaux d'Olivier Todd, son film est loin d'être un chef d'œuvre.
Certes, on ne peut rien reprocher à Stéphane Freiss qui joue le personnage Camus, et qui semble à l'aise, sérieux, simple et timide comme Camus lui-même, il est cependant regrettable qu'un film sorti tout récemment et diffusé pour la première fois à la télévision, à l'occasion du 50ème anniversaire de sa mort, n'ait pas pénétré dans les pensées profondes de l'auteur. A vrai dire, pour un film sur la vie d'un monstre de la littérature du 20ème siècle, l'enthousiasme, l'engagement, le plaisir des mots et la personnalité complexe de Camus, sont pratiquement absents.
On s'attendait à mieux. Dans cette fiction, on note par exemple l'absence de lieux très chers à Camus. Si Alger est évoquée mais très vaguement dans trois ou quatre scènes notamment lorsque Albert Camus est enfant et plus tard on le montre auprès de sa mère, il n'y a par contre, nulle trace d'Oran et surtout de Tipaza que pourtant Camus décrit magnifiquement dans « Noces». Autre regret, les 105 minutes contractent la vie de Camus dans son intimité, trop même, les histoires de sa femme et de ses maîtresses, comme si l'existence de l'écrivain ne dépendait forcément que des femmes qu'il a connues.
On pourrait presque dire que c'est un film de série B. Ainsi, on s'est fixé sur son épouse Francine, sur sa dépression et sur l'infidélité de Camus. Or, la femme qui était chère au cœur d'Albert Camus était sa mère. La construction du film n'est pas linéaire, l'essentiel de l'histoire se déroule dans les années 50 en pleine guerre d'Algérie. On avance puis on recule, montrant le jour de l'accident puis un retour en arrière de 2 ans. On aurait aimé voir de la littérature au sens propre, car les œuvres «L'Etranger», «Noces » ou «La chute» ne figurent dans aucune scène. De même que pour le théâtre, les salons parisiens et l'engagement de Camus aussi sont à peine signalés. Plus étrange encore, est le simple clin d'œil fait à celui qui a partagé avec Camus une relation forte puis perturbée, il s'agit de Jean-Paul Sartre. Seulement deux scènes mettent les deux hommes ensemble.
Par prudence peut être et tout au long du film, on sent que le mot Algérie dérange, plus particulièrement Camus qui parait embarrassé à chaque fois. La question de l'Algérie revient vivement lors de la remise du prix Nobel, à Stockholm. La scène de la conférence de presse est sans doute la plus réaliste, lorsque un étudiant algérien s'approche de lui et réclame le droit de l'indépendance de l'Algérie. Dépité et gêné, Camus lui répond par cette phrase qui deviendra célèbre : «Entre la justice et ma mère, je choisirai ma mère». Et d'ailleurs on comprend mieux dans quelles conditions il a donné cette réponse controversée. L'avant dernière scène est sans doute la plus intense. Camus parti avec sa femme et ses amis à la campagne pour passer quelques jours de vacances, décide à la dernière minute de rentrer en voiture avec le fils Gallimard. A bord de la Peugeot noire, ils empruntent une route droite et longue, la voiture dérape et c'est l'accident qui emporta Camus. Avant de mourir Albert Camus parlait à la fille et la femme de Gallimard, de son nouveau livre «Le Premier homme », qui dit-il est une fresque sur l'Algérie et une œuvre qui parle de l'homme et de la femme, de lui et de sa mère.
Un film donc plat qui a dû certainement décevoir beaucoup de gens fascinés par Albert Camus, «Un fidèle infidèle» qui méritait certainement mieux qu'un téléfilm qu'on a déjà oublié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.