Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée parlementaire sur le cancer : 13 000 malades sans traitement
Publié dans Horizons le 15 - 03 - 2010

Photo: Fouad S. 13 000 malades chez qui on a diagnostiqué divers cancers sont sans traitement faute de structures d'accueil. En effet, il n'existe que quatre centres de radiothérapie qui n'arrivent pas à répondre à ce nombre important de cas.
Cette réalité a été reconnue hier, par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Saïd Barkat devant les membres de l'APN au cours d'une journée préparatoire de la conférence nationale sur le plan national de lutte contre le cancer.
Toutefois, le ministre a affirmé que ce déficit sera résorbé vers la fin de l'année 2010, avec la réception de 8 centres pour cancéreux en voie d'achèvement parmi les 15 structures programmées dont un grand institut du cancer.
«Ces infrastructures réalisées dans différentes wilayas du pays permettront une prise en charge de proximité et éviteront aux malades des hospitalisations hors wilaya », précise M. Barkat qui fait savoir que le cancer est la deuxième cause de mortalité en Algérie après l'hypertension artérielle.
Entre 30 000 à 35 000 nouveaux cas sont déclarés chaque année en Algérie. De ce fait, le ministre a invité les CHU à commencer par la recherche, les soins de qualité et la formation. «Cette dernière doit être conforme et adaptée aux besoins actuels même pour la paramédical pour qui nous sommes en train de revoir avec le ministère de l'Enseignement supérieur le cursus de la formation.
On doit former des techniciens de haut niveau et des manipulateurs de plateau technique », explique-t-il.
Que faut-il faire pour lutter contre cette pathologie ? Un diagnostic précoce permet, selon le ministre, une guérison d'autant qu'aux USA, la guérison des cancers de la femme avoisine les 60% des cas. Chez l'homme, elle est de 40% et pour l'enfant 75%.
Cet état des lieux et l'insuffisance de la prise en charge de cette maladie ont été également évoqués par le Pr Ahmed Bendib, chef du service sémiologie au Centre Pierre et Marie Curie d'Alger (CPMC). Après avoir rappelé l'augmentation de l'espérance de vie qui est passée de 48 à 78 ans en 40 ans, ce qui a favorisé l'émergence du cancer, le Pr Bendib a estimé que « cette maladie coûte cher et nécessite une budgétisation conséquente souvent insuffisante ».
Lui aussi est convaincu qu'un diagnostic précoce du cancer permet une meilleure guérison de cette pathologie. Reste que le système de santé algérien présente, selon lui, des lacunes dans ce domaine. Il s'agit « de l'inadéquation entre la demande des soins et l'offre, la pénurie des médicaments et la panne fréquente et longue des équipements. Ce qui génère une inégalité entre les malades au droit au traitement et des déplacements de longue durée et fort onéreux ».
ENTRE 5 ET 11 MOIS POUR LA PREMIÈRE PRISE EN CHARGE
Même constat de la part du Pr Hamouda qui a dénoncé le retard dans la prise en charge. Car les rendez-vous sont étalés sur de longs délais. « On a enregistré 143 jours à 340 jours entre le premier diagnostic et la première prise en charge », précise le professeur.
Ces retards font que le malade aura tout le temps de rechuter ou de mourir. «La mise en place d'un plan cancer doit être une priorité nationale », soutient-elle, d'autant que le nombre des cancéreux est en augmentation.
En 2009, 39 700 nouveaux cas ont été enregistrés avec une prédominance féminine (20 800 cas) « une spécificité maghrébine », soutient-elle. Tout en affirmant que chez la femme, le cancer du sein vient en tête avec 9000 nouveaux cas par an et chez des sujets toujours jeunes (45 ans).
Selon l'oratrice, la population concernée par le dépistage est de 7% mais c'est un taux en augmentation si l'on prend en compte l'environnement cancérigène et d'autres facteurs favorisants. Ainsi chez l'homme, les cancers les plus répandus (poumons, vessie) sont liés au tabagisme et à la boisson. Inquiétude similaire chez le Pr Ladjal qui a évoqué les difficultés pour faire hospitaliser les enfants atteints généralement de lymphomes, de leucémies et de tumeurs cérébrales. « Un véritable parcours du combattant ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.