Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Bel Abbes
La magie des monts Tessala
Publié dans Info Soir le 25 - 07 - 2009

Site n Si le Tessala n'existait pas, il aurait peut-être fallu le créer, note le chercheur et universitaire Hani Abdelkader.
C'est dire l'importance de cette dorsale montagneuse indispensable aux écosystèmes des plaines d'Oran au nord et celles de Sidi Bel Abbes au sud.
Véritable tampon naturel, cette chaîne, atteignant en son point culminant, le djebel Tessala, les 1 063 mètres d'altitude, abrite un ensemble de communes montagneuses, à cheval entre les wilayas de Sidi Bel Abbes, Oran et Aïn Témouchent. La commune de Tessala couvre une superficie de 11 824 ha et regroupe une population estimée à 7 222 habitants. Selon le chercheur Hani Abdelkader, de l'université de Sidi Bel Abbes, le Tessala était jadis «une terre à blé».
Les populations locales y ont souvent trouvé «refuge lorsqu'elles se sentaient menacées par quelque envahisseur extérieur», de l'époque romaine à celle de la colonisation. Pendant longtemps, a indiqué le chercheur, les archéologues ont cru y trouver la cité antique d'Astacilis, «mais ont fini par abandonner cette hypothèse». En fait, l'occupation par Rome de cette région habitée très tôt par des tribus berbères, a été «presque exclusivement militaire», les légions romaines qui s'y établirent s'étant retranchées dans des cantonnements fortifiés dont des vestiges se trouvent à Aïn Zertita et Aïn Bent Soltane. Avec l'avènement de l'Islam, l'histoire du Tessala s'enrichit de pans relevant tant de faits historiques que de légendes, faisant tour à tour défiler autant d'hommes historiques que de savants ayant décrit la région, avec successivement le soufi Sidi Yedder, le géographe et botaniste andalou El-Idrissi, les tribus hilaliennes des Beni Ameur, Léon L'Africain, ou encore le précurseur de la sociologie moderne, Ibn Khaldoun, puis la résistance contre l'occupation espagnole et les relations mitigées avec l'administration ottomane.
Mais c'est la colonisation française qui allait déstructurer les agrégats sociologiques de cette région où les colons français avaient convoité les terres fertiles. Ce sera aussi, selon les historiens, les premières causes de la dégradation du milieu naturel. La faune et la flore de cet écosystème particulier ont été touchées par une agriculture intensive et un déboisement démesuré.
La prospérité des colons s'était, en somme, déployée au détriment des populations locales. Aujourd'hui, il s'agit de renforcer le programme de protection de cet écosystème dans une trajectoire de développement durable, préconise le conservateur local des forêts. «Notre mission consiste à protéger ces monts des incendies de forêts et de multiplier les opérations de reboisement», a-t-il indiqué, décrivant les richesses naturelles du Tessala connu pour ses chênes, dont le Taillis dense de chêne vert, le Matorral dense de chêne kermès, en plus du pin d'Alep, et de l'eucalyptus. Par ailleurs, le directeur du tourisme, M. Abdelkader Toualbia a fait savoir que ce site avait été choisi pour abriter une zone d'extension touristique (ZET) dont le dossier est en voie de finalisation.
Le Tessala est très fréquenté, surtout pendant les week-ends, notamment pour son sanatorium pour enfants asthmatiques, son centre de vacances, ses espaces de détente et de loisirs, ainsi que son fort, l'un des rares vestiges de l'empire romain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.