Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Séisme à Mila: relogement bientôt de 184 familles sinistrées    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Dispositif sur l'ouverture "graduelle et contrôlée" des plages et des lieux de détente à partir de samedi prochain    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    Zakaria Draoui fait son come-back    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Levée de boucliers chez les professionnels    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    El Tarf: Deux morts par noyade    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salon international du livre
Le public a surpris
Publié dans Info Soir le 07 - 11 - 2009

Clôture n Le rideau est tombé, hier, sur la 14e édition du Salon international du livre d'Alger (Sila).
Tout comme le premier jour, le dernier jour du Sila a été marqué par un afflux aussi considérable qu'étonnant. Les exposants s'accordent unanimement à dire que le public était au rendez-vous «et c'est l'essentiel», estiment-ils.
Lors d'une conférence de presse tenue jeudi, Smaïn Amziane, commissaire du Sila, a dressé un premier bilan un bilan de cette manifestation qui, selon lui, est positif, et ce, dans la mesure où «j'ai été très sélectif dans le choix des éditeurs».
Evoquant le nombre de participants (354 exposants), en provenance de 24 pays, le commissaire a fait savoir que le critère essentiel était la qualité et non la quantité. Sur ce, il dira : «Ce qu'on a fait est exceptionnel, on s'est débarrassé du tbezniss au Sila». Et de poursuivre : «Le business est terminé. Ma mission est de mettre à la disposition des étudiants des nouveautés.» S'exprimant ensuite sur l'affluence du public, Smaïn Amziane a dit : «Je suis satisfait de l'engouement du public, qui n'a pas manqué ce rendez-vous.»Ainsi, selon lui, le chapiteau dressé et sous lequel s'est déroulé le Salon, était conçu pour recevoir une moyenne de 40 000 visiteurs alors qu'il a été enregistré un pic de 150 000 visiteurs par jour.Cela s'explique par «le fait que l'Algérien est assoiffé de lecture et de culture».Ainsi, la présente édition du Salon international du livre s'est présentée fort bien.
L'important est effectivement la fréquentation du Salon, et notamment l'intérêt que peuvent porter les visiteurs sur les livres. «On voit l'engouement pour les titres, notamment à travers les ventes dédicaces», déclare Lazhari Labter des éditions Lazhari Labter et aussi responsable des éditions Alpha. Et d'enchaîner : «On est satisfait de cette 14e édition du Salon, non seulement au vu de l'affluence, mais également de l'intérêt pour les livres.»«Je pourrais dire que les livres, pas tous bien sûr, mais certains titres, s'arrachaient au sens propre du mot. En termes de vente, ça s'est passé très bien.» Cet avis est partagé par d'autres maisons d'édition qui ont vu dans cette 14e édition une réussite, malgré le changement de sa domiciliation (de la Safex à l'esplanade du 5-Juillet). Les éditeurs ont été d'ailleurs surpris devant l'engouement croissant et le grand intérêt pour le livre. Un public avisé, intéressé et connaisseur contrairement aux idées reçues, selon lesquelles il n'y aurait pas de lectorat en Algérie.«Le lectorat est bel et bien là», nous dit Yasmina Belkacem des éditions Chihab, qui ajoute : «Le Salon en est la preuve. Il faut juste accompagner ce lectorat tout au long de l'année et non pas occasionnellement.» Cela revient à dire qu'il faut l'habituer régulièrement aux bons livres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.