Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de la chanson chaouie
Hommage à Katchou
Publié dans Info Soir le 14 - 11 - 2009

Mémoire n L'artiste qui a su donner un nouvel élan à la chanson chaouie, était doublé d'un homme de cœur débordant de compassion pour les pauvres.
Un vibrant hommage à titre posthume a été rendu au chantre de la chanson chaouie, Katchou, à l'ouverture, mercredi, de la 2e édition du festival culturel local de la chanson et de la musique chaouies de Khenchela. La famille et les proches de l'artiste, les autorités de la wilaya ainsi qu'une pléiade d'artistes ont assisté à cet hommage au grand disparu de la chanson aurassienne.
Aux côtés d'Abdallah, fils du défunt Ali Nasri, (le vrai nom de Katchou) et des membres de la troupe de Katchou, des figures de la scène artistique dont Mohamed Tahar Fergani, El-Ayachi Dhib et Mohamed Mahboub ont fait le déplacement à la maison de la culture Ali Souai pour assister à cet hommage. La troupe de Katchou a interprété à l'occasion plusieurs de ses chansons avant d'être remplacée sur scène par les deux artistes Bouzaher Abdelhamid et Nacereddine Horra, créant une ambiance dans le style et l'esprit du défunt artiste.
Tous ceux qui ont côtoyé le défunt chanteur Katchou, s'accordent à assurer que l'artiste qui a su donner un nouvel élan à la chanson chaouie, était doublé d'un homme de cœur débordant de compassion pour les pauvres.
Pour Zohir Bouzidi, son manager qui est resté à ses côtés pendant 23 ans, Katchou a su donner à la chanson auréssienne sa dimension nationale et a collaboré étroitement avec le chanteur de la même région Hassan Dadi pour moderniser la chanson chaouie par l'introduction d'instruments nouveaux, outre les traditionnelles flûtes et bendir. L'artiste Hassan Dadi évoque, lui, avec une grande émotion la reprise en duo avec Katchou de la célèbre chanson du grand chanteur Aïssa El-jarmouni Eker Ennoughir (lève-toi, on s'en va), lors de l'ouverture de l'édition 2003 du Festival international de Timgad.
L'interprétation réussie de cet air mythique, en avait fait pleurer plus d'un au cours de cette soirée, se souvient Dadi.
«L'idée était de montrer notre détermination à faire évoluer la chanson chaouie d'une manière collective loin de tout souci individualiste de vedettariat», ajoute Dadi qui signale que c'était là une démarche de ressourcement de la chanson chaouie qui est à l'origine «un chant collectif comme l'attestent fort bien encore les troupes de Rahaba».
Musicien et compositeur de plusieurs chansons de Katchou dont celles de son tout premier album Agoujil (l'orphelin), Salim Souhali estime que l'adhésion au début des années 1980 à l'association Thaziri (la lune), vouée à la promotion de la chanson chaouie, a été pour Katchou un tournant décisif.
Parolier des chansons interprétées par Katchou depuis son second album Nouara jusqu'au dernier projet non achevé d'album dédié aux handicapés et aux harragas, Omar Joumati souligne que l'artiste qui choisissait avec soin les mots de ses chansons était en train de travailler sur un album qu'il voulait dédier à une jeune handicapée qui s'appelle Amira, mais la mort l'a surpris avant d'achever son œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.