Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Criminalité à travers le pays
La gendarmerie fait le point
Publié dans Info Soir le 11 - 02 - 2010

Chiffres n La criminalité de droit commun qui comporte les affaires contre les personnes, les biens, la tranquillité publique, la famille et les bonnes mœurs, a enregistré en 2009 une nette régression par rapport à 2008.
Ce recul, de 5,21%, est porté dans le bilan annuel des activités de police judiciaire en matière de droit commun, présenté hier mercredi, lors d'un point de presse au commandement de la Gendarmerie nationale par le colonel Djamel Abdeslam Zéghida chef de la division de police judiciaire et le commandant Belkhadem, chef du bureau de délinquance et criminalité à la division de police judiciaire.
Cette régression traduit, selon le commandant Belkhadem, «le résultat de l'action des unités dont le taux de résolution des affaires traitées a atteint 76,49%. Ce qui contribue à améliorer le sentiment de sécurité chez les citoyens».
Le colonel Zéghida a expliqué, pour sa part, que ce résultat a été rendu possible grâce au renforcement des capacités, la création d'unités territoriales et les dispositifs de surveillance ainsi que la création de nouvelles sections de sécurité et d'intervention qui ont atteint le nombre de 58 en 2009 à l'échelle nationale. «L'environnement sécuritaire a été beaucoup plus altéré en 2008 par les associations de malfaiteurs et l'agissement des délinquants dans un cadre organisé», a-t-il rappelé, saluant les efforts déployés dans ce sens et qui ont permis d'enregistrer une nette régression de la criminalité de droit commun ces trois dernières années. Cependant, «le but n'a pas encore été atteint. Il reste beaucoup de choses à faire pour sécuriser l'environnement quotidien du citoyen. C'est à ce titre que la Gendarmerie nationale s'est fixé des objectifs», a-t-il enchaîné.
Ces objectifs se résument à une plus grande régression encore de la criminalité et davantage de sécurité pour le citoyen. Pour ce faire, le dispositif mis en place a été consolidé par les brigades territoriales, des unités d'intervention, des sections de sécurité et d'intervention (SSI) et des unités de sécurité routière.
Pour rappel, les unités de la Gendarmerie nationale ont traité l'année écoulée 50 264 procédures dans le domaine de la police judiciaire avec l'interpellation de 65 159 personnes dont 2 193 femmes et 3 227 mineurs. «L'efficacité des unités de la Gendarmerie nationale a été traduite par le taux de résolution de 83,74% des affaires», a repris le commandant Belkhadem.
Toujours dans cette optique de rentabiliser au maximum la lutte contre la criminalité, le colonel Zeghida a annoncé qu'il y aura une montée en puissance des sections de sécurité et d'intervention qui constituent une force de frappe contre la délinquance et la criminalité et dont les compétences territoriales s'étendent à toutes les wilayas. Il a expliqué l'importance de ces sections pour la Kabylie «sachant que la couverture sécuritaire en matière d'implantation de brigades par commune au niveau de Tizi Ouzou et Béjaïa n'a pas encore été réalisée malgré l'existence de projets de réalisation de brigades».
Le colonel a expliqué que cela est dû à un problème de foncier et d'assiettes pour la réalisation de brigades «c'est dans ce sens que les sections de sécurité et d'intervention sont venues», a-t-il clarifié et d'ajouter : «L'absence physique d'une brigade territoriale ne veut pas dire qu'il va y avoir absence de gendarmerie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.