Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Criminalité à travers le pays
La gendarmerie fait le point
Publié dans Info Soir le 11 - 02 - 2010

Chiffres n La criminalité de droit commun qui comporte les affaires contre les personnes, les biens, la tranquillité publique, la famille et les bonnes mœurs, a enregistré en 2009 une nette régression par rapport à 2008.
Ce recul, de 5,21%, est porté dans le bilan annuel des activités de police judiciaire en matière de droit commun, présenté hier mercredi, lors d'un point de presse au commandement de la Gendarmerie nationale par le colonel Djamel Abdeslam Zéghida chef de la division de police judiciaire et le commandant Belkhadem, chef du bureau de délinquance et criminalité à la division de police judiciaire.
Cette régression traduit, selon le commandant Belkhadem, «le résultat de l'action des unités dont le taux de résolution des affaires traitées a atteint 76,49%. Ce qui contribue à améliorer le sentiment de sécurité chez les citoyens».
Le colonel Zéghida a expliqué, pour sa part, que ce résultat a été rendu possible grâce au renforcement des capacités, la création d'unités territoriales et les dispositifs de surveillance ainsi que la création de nouvelles sections de sécurité et d'intervention qui ont atteint le nombre de 58 en 2009 à l'échelle nationale. «L'environnement sécuritaire a été beaucoup plus altéré en 2008 par les associations de malfaiteurs et l'agissement des délinquants dans un cadre organisé», a-t-il rappelé, saluant les efforts déployés dans ce sens et qui ont permis d'enregistrer une nette régression de la criminalité de droit commun ces trois dernières années. Cependant, «le but n'a pas encore été atteint. Il reste beaucoup de choses à faire pour sécuriser l'environnement quotidien du citoyen. C'est à ce titre que la Gendarmerie nationale s'est fixé des objectifs», a-t-il enchaîné.
Ces objectifs se résument à une plus grande régression encore de la criminalité et davantage de sécurité pour le citoyen. Pour ce faire, le dispositif mis en place a été consolidé par les brigades territoriales, des unités d'intervention, des sections de sécurité et d'intervention (SSI) et des unités de sécurité routière.
Pour rappel, les unités de la Gendarmerie nationale ont traité l'année écoulée 50 264 procédures dans le domaine de la police judiciaire avec l'interpellation de 65 159 personnes dont 2 193 femmes et 3 227 mineurs. «L'efficacité des unités de la Gendarmerie nationale a été traduite par le taux de résolution de 83,74% des affaires», a repris le commandant Belkhadem.
Toujours dans cette optique de rentabiliser au maximum la lutte contre la criminalité, le colonel Zeghida a annoncé qu'il y aura une montée en puissance des sections de sécurité et d'intervention qui constituent une force de frappe contre la délinquance et la criminalité et dont les compétences territoriales s'étendent à toutes les wilayas. Il a expliqué l'importance de ces sections pour la Kabylie «sachant que la couverture sécuritaire en matière d'implantation de brigades par commune au niveau de Tizi Ouzou et Béjaïa n'a pas encore été réalisée malgré l'existence de projets de réalisation de brigades».
Le colonel a expliqué que cela est dû à un problème de foncier et d'assiettes pour la réalisation de brigades «c'est dans ce sens que les sections de sécurité et d'intervention sont venues», a-t-il clarifié et d'ajouter : «L'absence physique d'une brigade territoriale ne veut pas dire qu'il va y avoir absence de gendarmerie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.