Le Président Tebboune assure que le Hirak est un phénomène salutaire et met en garde contre toute tentative d'infiltration    Arkab reçoit une délégation du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Ex ministres et walis cités dans des affaires de corruption: la Cour d'Alger lève des charges et retient d'autres    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    FC Barcelone: Braithwaite, c'est signé (officiel)    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    «Le foot ne se gère pas avec un casse-croûte»    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique / Hommage
Tetma et Dali sont revenus cette semaine
Publié dans Info Soir le 02 - 05 - 2010

Commémoration n Un hommage a été rendu dans la soirée de vendredi, à la regrettée grande dame de la musique hawzie, cheikha Tetma, l'une des plus grandes maâlmate, connue pour sa voix exceptionnelle.
Cet hommage s'est déroulé au Mougar et ce, à l'initiative de l'Office national de la culture et de la communication en collaboration avec l'association culturelle Stars de la jeunesse.
La soirée commémorative a été marquée, d'abord, par la projection d'un documentaire retraçant la vie et le parcours de la diva, ensuite par un récital musical animé par une pléiade d'artistes dont Zakia Kara Terki, Nadia Benyoucef…
De son vrai nom Fatma Thabet Deraz, cheikha Tetma est née en 1891 à Tlemcen. Suite à la séparation de ses parents, elle est élevée au sein de la famille maternelle, les Bensari, une famille où la musique occupe une grande place. C'est vers 10 ans que Tetma découvre son don lorsqu'elle chantonne en accomplissant les travaux domestiques. Tetma s'est d'abord fait une renommée au sein de sa propre famille, puis de son proche voisinage et, après un temps très court, dans toute la ville. Dès lors, elle entame une carrière artistique. Elle devient célèbre à Tlemcen puis au niveau national. Plus tard, Abdelkrim Dali l'intègre dans son orchestre à Alger où elle est très appréciée de ses consœurs, Maalma Yamna, Tamani, Meriem Fekkai, Reinette Daoud et la jeune élève Fadhela Dziria. Cheikha Tetma enregistre plus d'une cinquantaine de disques et sa renommée dépasse même les frontières nationales.
Cheïkha Tetma, qui, outre sa voix envoûtante, maîtrise parfaitement le violon, meurt quelques mois avant l'indépendance de l'Algérie, le 22 avril 1962, à l'âge de 71 ans.
Près de cinquante ans après sa disparition, la voix exceptionnelle de cheikha Tetma résonne encore dans le cœur de tous les amoureux du chant hawzi et de la musique andalouse. A noter qu'une exposition de photos sur Cheïkha Tetma se tient, dans le hall de la salle El-Mougar. Un autre hommage a été rendu, à titre posthume, à l'un des maîtres de la chanson et musique arabo-andalouse, Abdelkrim Dali, jeudi, à la salle Ibn Zeydoun, et ce à l'occasion de la commémoration du 32e anniversaire de sa disparition.
Initiée par la fondation Cheikh Abdelkrim-Dali, et ce sous le patronage du ministère de la Culture, la soirée commémorative a été marquée, dans un premier temps, par la projection d'un film documentaire dans lequel sont retracés la vie et l'itinéraire artistique du légendaire maître du genre arabo-andalou et monument de la musique algérienne. Puis, et dans un deuxième temps, la soirée a été marquée, par un récital musical animé par Behidja Rahal qui a interprété à l'occasion la nouba Raml et Nouri Koufi qui, de son côté, a revisité le répertoire de Abdelkrim Dali. Ainsi, et l'instant d'une soirée, Abdelkrim Dali a été ressuscité, ce qui a permis de révéler ce grand artiste, maître incontesté, aux jeunes générations qui ne le connaissent pas.
Yacine Idjer
l Abdelkrim Dali, né en 1914 à Tlemcen, est considéré comme un illustre et éminent interprète du hawzi tlemcénien, comme il se révèle, par son doigté, un instrumentiste polyvalent avéré : il joue et maîtrise parfaitement le «r'bab» et le «‘oud». Abdelkrim Dali qui a connu, à l'époque, les grands maîtres du hawzi et du malouf, à l'instar de Yahia Bendali, Boudalfa, Omar Bakhchi, Abdessalam Bensari, Mustapha Brixi et bien d'autres encore comme Cheikh Larbi Bensari, a su mettre, et ce tout au long de sa carrière, à profit les enseignements et expériences acquises comme il a su léguer cet héritage musical, assurant ainsi la transmission et la relève. Abdelkrim Dali, tout en étant au Conservatoire d'Alger, était, en 1971, conseiller à l'Institut national de musique et spécialiste de musique arabo-andalouse, s'est éteint le 21 février 1978, laissant derrière lui un héritage musical «immortel» dont la renommée s'est étendue à tout le pourtour maghrébin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.