ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika-Benflis
Deux hommes, deux destins
Publié dans Info Soir le 20 - 04 - 2004

Parallèle Le sort de Benflis, présenté il y a quelque temps comme le successeur de Bouteflika à la magistrature suprême, a été scellé par le dernier scrutin présidentiel.
Hasard du calendrier ou ironie du sort : au moment où Abdelaziz Bouteflika, le grand vainqueur de la présidentielle, prête serment, ce lundi matin au Palais de nations, Ali Benflis, le malheureux candidat du 8 avril dernier, réunissait le Comité central du FLN à l?hôtel Sables d?or (Zéralda) pour lui remettre sa démission du poste de secrétaire général du FLN, selon des sources concordantes. C?est que le sort de Benflis, présenté il y a quelque temps comme le successeur de Bouteflika à la magistrature suprême, a été scellé par le dernier scrutin présidentiel.
Un scrutin dont les résultats ont consacré Abdelaziz Bouteflika président de la République pour 5 nouvelles années. Entre les deux hommes s?est installée une rivalité depuis que le FLN a revendiqué son indépendance vis-à-vis de toute partie lors de son 8e congrès. Ce congrès sera, toutefois, invalidé par la justice à la demande d?un nombre de militants dits «redresseurs» favorables à Abdelaziz Bouteflika. Aujourd?hui donc, Bouteflika entame son second mandat présidentiel, alors que celui qui était son directeur de campagne lors de la présidentielle de 1999 met fin à son mandat à la tête du FLN et peut-être même à sa carrière politique. Car il faut dire que sans le FLN, Benflis aura bien du mal à continuer son activité politique. Abdelhamid Mehri en sait quelque chose, lui, qui a été forcé à prendre sa retraite politique après avoir été évincé de la direction du FLN.
Selon certaines sources, Benflis s?apprête à partir en France pour se soigner, ce qui conforte la thèse de son prochain retrait de la vie politique. En revanche, la carrière de Bouteflika a encore de beaux jours devant elle.
Le président de la République occupera certainement le devant de la scène durant 5 années au moins. A 67 ans, il semble encore loin de la retraite. Ce qui n?est pas le cas de Ali Benflis, son cadet de 7 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.