La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Les Ouled Naïls, un patrimoine méconnu
Publié dans Info Soir le 30 - 07 - 2003

Ancestral Le arch des ouled naïls composé de vingt quatre tribus mérite d?être mieux connu.
Si les monts des ouleds naïls n'avaient pas porté le nom des tribus qui les composent, il aurait fallu le leur attribuer par le rassemblement de ces 24 tribus qui constituent le arch des ouleds naïls.
Jusqu'à aujourd'hui, les ouleds naïls restent méconnus tant leur histoire n'a pas été ni relevée, ni écrite, ni archivée. Les bribes de connaissances dont disposent quelques érudits ne sont que des points de repères dans l'immense histoire de cette contrée très mal connue, même par ses habitants.
L'actuelle ville de djelfa a été créée en 1861 à côté d'un camp militaire installé en 1852 qui avait pour mission de surveiller et de préparer des attaques contre les populations de Ouargla et de Laghouat qui n'avaient pas encore cédé au colonialisme francais.
Mais la préhistoire semble également avoir fait de la région de djelfa un lieu intéressant. Les dessins rupestres de la région sur un rayon de quarante kilomètres au sud-est de djelfa sont légion et il y a certainement beaucoup de fresques qui n'ont pas été découvertes.
Les actuelles gravures n'ont été découvertes que fortuitement et démontrent une présence humaine très active à travers des dessins d'animaux forts intéressants remontant au néolithique (hesbaya, Hedjerat sidi Boubarek, Zaccar, etc.) Quant à la présence romaine, elle est représentée par la castella numidi, une caserne romaine, dans la daïra de messad au sud de djelfa, ainsi que quelques vestiges au Zaccar. il existe aussi à quatre kilomètres au nord de djelfa, des ruines d'un village berbère et des dolmens, classés monuments historiques.
L'arrivée des arabes en Afrique du nord et l'implantation des ouleds Naïls dans la région de djelfa entre le XVe et le XVIIe siècles allaient faire entrer cette région dans l'histoire avec les hauts faits d'armes des populations locales contre les turcs dans cette région. Les turcs prélevaient seulement l'impôt chez certaines tribus de la région. Les ouleds Naïls qui s'étaient opposés au paiement de cette dîme aux turcs dont ils contestaient l'autorité n'ont jamais ni reconnu ni accepté la capitulation face aux francais en 1830. L'Émir Abdelkader, qui a levé des troupes contre l'occupant francais et organisé l'État algérien, trouvera chez les ouleds Naïls des alliés puissants. Ils seront intégrés dans les huit khalifas qu'il allait organiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.