Le groupe parlementaire du FLN met la pression    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Terres agricoles : Retrait de 50 000 hectares à Ali Haddad    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Ce que votre façon de marcher dit de vous    Real : Zidane saute sur l'occasion pour Mbappé    Tribunal militaire de Blida : Saïd Bouteflika, les généraux Mediène et Tartag et Louisa Hanoune restent en prison    L'OPEP pourrait prolonger son accord en juin prochain : Le pétrole atteint près de 73 dollars le baril    Un sandwich au pain de la galette    Vers l'impasse    Pour récupérer plus de 3 milliards de DA de créances: La SEOR accorde un échéancier aux «mauvais payeurs»    Conservation des forêts: 50 chasseurs en stage pour l'obtention du permis de chasse    L'HUMILITE SOURCE DE CREDIBILITE    Les pénalités de retard    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La vision de Xi sur les civilisations inspire de l'espoir pour l'avenir de l'humanité    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Chine La banque centrale met en garde contre les incertitudes économiques mondiales générées par les frictions commerciales    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ibbou battue en finale par Molinaro    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Qui aura le dernier mot de la saison 2018-2019 ?    Ghoulam et Ounas retenus dans la liste élargie    Les joueurs en grève avant le match de la «survie» face au MCA    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Le mouvement populaire se mêle de tout    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA /Le Congrès sera en ébullition : Auditions à haut risque pour Trump
Publié dans Info Soir le 07 - 06 - 2017

Suspense - Les projecteurs sont braqués ce mercredi sur le Congrès où une nouvelle audition est organisée sur les ingérences russes aux Etats-Unis, avant le témoignage-clé, demain jeudi, de l'ancien directeur du FBI James Comey, appelé à éclaircir les circonstances de son limogeage par Donald Trump.
Quatre hauts responsables de l'appareil de sécurité américain ouvrent le bal ce mercredi à 14h GMT devant la commission du renseignement du Sénat : les directeurs du renseignement, Dan Coats, de l'agence d'espionnage NSA, Mike Rogers, et du FBI par intérim, Andrew McCabe, ainsi que Rod Rosenstein, numéro deux du département de la Justice. L'audition sera publique.
Les élus veulent faire le point sur l'enquête sur la grande campagne de piratage et d'influence russe durant la campagne présidentielle, mais aussi sur son volet le plus sensible : une éventuelle coordination entre des proches de M. Trump et Moscou. Il n'est pas certain que tous puissent ou souhaitent commenter une affaire aussi sensible et partiellement classifiée, a fortiori depuis qu'un procureur spécial, Robert Mueller, l'a prise en main. Mais MM. Coats et Rogers vont être interrogés en particulier sur des pressions personnelles qu'aurait exercées sur eux M. Trump.
Selon le Washington Post, il leur aurait demandé en mars de le défendre publiquement face aux accusations de collusion, ce qu'ils auraient refusé afin de ne pas s'ingérer publiquement dans une enquête en cours. Leur audition servira de prélude à l'événement de la semaine : la venue, jeudi matin devant les mêmes élus, de James Comey, limogé le 9 mai de la tête de la police fédérale.
L'audition de M. Comey, qui aura lieu dans une immense salle, sera exceptionnellement retransmise sur les chaînes généralistes ABC, CBS et NBC, en plus des chaînes d'information. La chaîne CNN affichait ainsi dès mardi son célèbre compte à rebours. Des bars de la capitale fédérale ouvriront le matin pour diffuser le grand oral. James Comey est appelé à confirmer si, oui ou non, le président américain a fait pression sur lui pour orienter ou faire classer des pans de l'enquête du FBI. Des notes écrites par M. Comey et ayant fuité dans la presse indiquent que le président a franchi une ligne rouge en lui demandant d'abandonner l'enquête sur Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale, ce qui ressemblerait à une tentative d'entrave de la justice, un délit qui, selon des élus, justifierait l'ouverture d'une procédure de destitution. Selon ABC et CNN, M. Comey ne devrait pas aller jusqu'à accuser le président d'obstruction, mais il aurait l'intention de démentir certains propos de M. Trump, qui a notamment affirmé en mai que l'ex-directeur l'avait assuré qu'il n'était pas concerné par les investigations. Le dirigeant a aussi sous-entendu qu'il avait des enregistrements de leurs conversations. L'ancien chef du FBI se présentera comme un «témoin de faits», qui décrira ses échanges avec le président, et «laissera les analyses juridiques aux autres», selon une source anonyme proche de M. Comey citée par CNN. En plus de l'enquête supervisée par Robert Mueller, qui vise à identifier d'éventuels délits, le Congrès mène ses propres investigations, convoquant des témoins et exigeant la production de documents. A ce stade, toutefois, aucune collusion n'a été démontrée publiquement.
Interrogé sur l'audition de James Comey, M. Trump a répondu hier : «Je lui souhaite bonne chance.»
R. I./Agence
Le Watergate, c'est rien...
l L'ancien directeur du renseignement américain, James Clapper a jugé mercredi que le scandale du Watergate qui fit tomber Richard Nixon en 1974 n'était rien à côté de l'affaire des ingérences russes supposées aux Etats-Unis. M. Clapper, qui a travaillé dans le renseignement sous tous les présidents américains de John F. Kennedy à Barack Obama, s'exprimait en Australie avant une audition à hauts risques pour Donald Trump devant le Congrès américain. L'ex-patron du renseignement a expliqué que sa priorité avait toujours été la loyauté envers le chef de la Maison-Blanche mais qu'il faisait une exception pour M. Trump. «En tant que citoyen ordinaire, je suis très inquiet des attaques contre nos institutions venues à la fois d'une source externe - comprendre la Russie - et d'une source interne, le président lui-même», a-t-il lancé devant le club de la presse de Canberra. Comme on l'interrogeait sur l'affaire du Watergate, il a répondu : «Le Watergate, c'est vraiment dérisoire à mes yeux comparé à ce à quoi nous sommes confrontés aujourd'hui.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.