Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Bejaïa    Championnats d'Afrique de Cyclisme sur piste : trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    La mobilisation pour le changement continue    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    AADL : Distribution de 155 000 logements en février    Règlement de la crise libyenne: une participation accrue à la conférence internationale dimanche à Berlin    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Tebboune recevra, mardi, une délégation de médias    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    Manchester United: le coût d'un licenciement de Solskjaer est connu    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Protection civile d'Alger: le nombre des interventions en "léger" recul en 2019    ENIEM/difficultés financières: les discussions avec le CPE "sur la bonne voie"    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Lille: Ghoulam dans le viseur    «Les deux clubs sont dans les mêmes conditions»    Le président Tebboune multiplie les consultations    «Vous défendez la souveraineté de la Nation et assurez la stabilité du peuple»    Ils contestent le régime fiscal imposé par la LF 2020    Réviser le découpage des zones industrielles et les lois régissant l'investissement    Spike Lee président du jury 2020    Ligue 1-MC Alger: Almas, 10e président en 7 ans    Accidents de la route : 4 morts et un blessé en 24 heures    Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Les tribunaux paralysés hier    Le ministre camerounais des Sports favorable    Le Premier ministre italien aujourd'hui à Alger    égypte : quatre employés d'une agence de presse turque arrêtés    La Protection civile fait son bilan 2019    ACTUCULT    L'ONM exige l'application de la loi    APOCE: appel à la prise de mesures urgentes pour améliorer le niveau de vie    UNPEF: «L'urgence est de répondre aux préoccupations des enseignants du primaire»    Le Premier ministre confirme la tenue d'élections le 8 février    La société civile s'implique    Le Conseil des ministres avancé à samedi    Ghiless Amzal anime un concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





4e art : «Babor Ghraq» subjugue le public
Publié dans Info Soir le 13 - 06 - 2017

Scène - Devant un public nombreux et conquis, la pièce, jouée dans son intégralité sans une once de retouche ou d'éventuelle actualisation, a, faut-il le rappeler, 34 ans aujourd'hui.
Ecrite et jouée en 1983, la pièce «Babor Ghraq», une tragi-comédie sociale, a été rejouée dans la soirée d'hier sur les planches du Théâtre national algérien. La pièce, qui avait marqué l'histoire du théâtre algérien, a été campée par les mêmes comédiens : Mustapha Ayad, Omar Guendouz et Slimane Benaïssa, qui en est l'auteur et le metteur en scène.
Le texte à caractère social et aux résonnances politiques, donc d'une profondeur sémantique raconte l'histoire de trois rescapés d'un naufrage, l'intellectuel, l'affairiste et l'ouvrier. Accrochés à une épave, les trois survivants, perdus au milieu de nulle part, en pleine mer, vont devoir négocier, chacun d'eux cherchant son salut.
Devant un public nombreux et conquis, la pièce, jouée dans son intégralité sans une once de retouche ou d'éventuelle actualisation, a, faut-il le rappeler, 34 ans aujourd'hui.
Evoluant dans un décor sobre, minimaliste, le jeu, mené avec brio, s'est déployé à un rythme fluide, soutenu et avéré, et ce, grâce à l'expérience des planches des trois comédiens, aux longs parcours artistiques. Trois expériences, habilement conjuguées, a permis «une progression régulière à la trame, servie par une mise en scène judicieuse et la densité d'un texte, écrit dans des dialogues directs et allusifs». Le jeu, juste et pertinent, s'est déroulé dans une scénographie, faite d'un bateau fracassé, d'un long filet, de cordages et de quelques accessoires, ce qui a permis une mise en situation directe du naufrage, le tout soutenu par des bruitages de vagues, porté par quelques airs brefs de musique et dévoilé dans un éclairage aux atmosphères vives ou feutrées, selon le contenu des tableaux.
Au fil du jeu, le public semble avoir adhéré à la pièce, car, outre le fait que le texte parle dans une langue commune proche du peuple, donc il parle au public, le dramaturge a su y mettre le ton approprié et le verbe intelligent pour faire passer le message avec philosophie et une perspicacité avérée. Cela suscite de l'intérêt et de la réflexion, ce qui amène au débat. La pièce retrace dans une succession de situations à dimensions historique, politique, économique et sociale, la genèse des maux qui rongent la société depuis longtemps déjà. Elle dresse dans le rire et la dérision, le constat amer d'une vie aux abois, dans des métaphores permettant au public, la distance nécessaire pour saisir et comprendre ses propres tourments.
Ce qui est étonnant dans «Babor Ghraq», c'est que le texte a été écrit en 1983, et qu'il raconte la réalité d'aujourd'hui. C'est dire que la pièce, à l'époque, pouvait se définir comme un texte prémonitoire.
Yacine Idjer
l «Babor Ghraq», qui par ses fameuses tirades et ses mémorables expressions populaires, avait tant marqué les planches dans les années 1980, a été joué à l'occasion des 50 années de carrière de son auteur et metteur en scène, le dramaturge Slimane Benaïssa. «Ce 24 juin, je célèbre mes cinquante années de carrière, et je pense que c'est une sorte de rappel de ma carrière qui a débuté en 1967», a fait savoir le metteur en scène, expliquant entre autres les raisons de son retour sur scène avec cette pièce. Le dramaturge qui a toujours su défendre sa langue maternelle dans ses créations avouera que le théâtre algérien jouit d'un «potentiel humain et infrastructurel considérable», tout en appelant à la levée de «l'asphyxie de la parole» pour une meilleure écriture de texte dramaturgique. Slimane Benaïssa, romancier, essayiste, auteur d'une vingtaine de pièces de théâtre, et plus de 1 500 représentations en Algérie et quelque 1 800 spectacles à l'étranger, invite le public algérois à revivre le spectacle «Babor Ghraq» telle «une visite muséale» qu'il compte reconduire au Théatre national algérien jusqu'au 22 juin prochain, avant «une éventuelle tournée nationale», a-t-il confié. Y. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.