Ould Abbès dégagé ?    La folie des sénatoriales    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Internet: Le débit fixe passe à 2 mégas avec une baisse du tarif    Grève des techniciens de la maintenance: Air Algérie rassure    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    CAN 2018 - Dames: Les Algériennes à l'épreuve du pays hôte    Violence dans les stades: Le football algérien de nouveau éclaboussé    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Pour une meilleure maîtrise des prix : Création prochaine de dispositifs de distribution des produits de base    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    La journée de mardi chômée et payée    Enigme et interrogations    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    L'Onu lève ses sanctions    Loi de finances 2019: Le projet adopté sans l'opposition    Incidents du match MCA-USMBA: El Habiri au chevet des policiers blessés    Lila Benzaza: «Dans tous mes livres, il y a une part de vérité»    Echos de Lomé    Une école de qualité, un important défi pour l'Algérie à l'horizon 2035    «On ne veut plus de Tliba ni de son clan», affirment les élus    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    L'Unrwa en passe de compenser la perte du budget américain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Générale de «Ali Bitchin, pour l'amour d'une princesse»    Sondage du Centre national du livre    SIDI BEL ABBES : Une demoiselle remporte les primaires du FLN !    MOSTAGANEM : Tigditt, la mémoire d'une ville    Nous sommes vivants    Alerte au massacre des renards à Mila    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Ligue 1 L'USMA champion d'hiver    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    En bref…    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Levée de rideau du festival de Timgad
Publié dans Info Soir le 17 - 07 - 2005


La 27e édition du Festival international de Timgad (30 km de Batna) s?est ouverte, vendredi. Inauguré par Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, le festival se poursuivra jusqu?au 22 juillet. A l'affiche de cette première soirée, le public a applaudi Keltoum El Aourassia, les Rahaba du Djebel Refaâ, un art typiquement chaoui, suivis par le groupe de Oued Souf, de Abdallah Menaï, du ballet kabyle Ithren Da Mouloud, et des chanteurs Zohra Batnia, Hamid Belbech, Boualem Chaker, Massinissa et Cheb Bilal. Le 16 juillet, les gradins du vieux théâtre vont être investis par les fans de Jimmy Clifft. Pour le reste du programme, sont attendus particulièrement le 20 juillet, les maîtres de la chanson classique algérienne, Mohamed Tahar Fergani, Hamdi Benani et Nouri Koufi, ce qui va donner respectivement des illustrations du patrimoine des villes de Constantine, Annaba et Tlemcen. Le 21 juillet, sera la soirée de la star libanaise, déjà habituée de Timgad, Diana Haddad qui partagera l'affiche avec Malika Domrane, Amal Wahbi et Djamel Laroussi. La clôture du festival sera confiée, selon le programme à Zakia Mohammed, Seloua et Nassredine Chaouli. A souligner que, cette année, le public du festival de Timgad est revenu visiblement plus enthousiasmé, pour renouer avec la chaude ambiance du théâtre romain dont l'acoustique renvoie les échos des artistes, dans le même décor, avec la même tonalité qu'il y a deux mille ans, à la différence près, de l'éclairage et de la sonorisation modernes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.