Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Epopée
Byzance et l'Islam (26e partie)
Publié dans Info Soir le 03 - 11 - 2005

De Courtrai à Crécy : les limites de l'expansion royale et les causes de la guerre de Cent ans
Avant le début de cette guerre, le pouvoir royal est en pleine expansion entre Saint Louis et Philippe le Bel. Il continue à se renforcer dans sa géographie et son prestige. Pour la géographie, de nouvelles terres sont intégrées dans le domaine (Champagne). A la fin du XIIIe, les terres de mouvance sont reculées aux marges du royaume (Bretagne...). En 1303, une ordonnance décide que la langue utilisée pour les textes officiels sera le français.
Renforcement du prestige international
Il se fait surtout par rapport au mode ecclésiastique et à la papauté. Deux cas exemplaires : les Templiers et les rapports entre Philippe Le Bel et Boniface VIII.
Les Templiers, jusqu'à fin du XIIIe, avaient la haute main sur le trésor royal stocké dans la maison du temple. Le procès des Templiers, en partie fabriqué de toute pièce, se termine en 1310 par la liquidation de l'ordre. Un des buts : récupérer le contrôle du trésor royal. Dès lors, celui-ci sera aux mains du gouvernement royal. 1296-1303. Un problème de fiscalité et d'impôt se pose, c'est la taxe extraordinaire au profit de la croisade : la décime. Cette taxe devait toucher le clergé également, entraînant la réplique de la papauté qui s'est habitué à agir en tant que pouvoir politique. C'est pourquoi Boniface VIII refuse cette idée de contrôle du clergé.
On réunit les trois Etats pour la première fois pour acquérir une légitimité. Boniface répond par une bulle «unam sanctam» en 1302, excommuniant Philippe le Bel. S'ensuivent des discussions diplomatiques qui aboutissent à une volonté de Philippe le Bel de s'émanciper du pouvoir pontifical. L'autonomie de la papauté va alors diminuer au cours du XIVe siècle, chaque roi intervenant, dans son royaume, sur son clergé. On parle du début d'un gallicanisme royal.
Mais des limites à ce renforcement du pouvoir royal sont posées.
Courtrai est le lieu d'une bataille, en 1302, entre l'armée «officielle» du royaume et de l'autre côté l'infanterie des villes de Flandre. Elle vit une étonnante défaite de la chevalerie noble. Philippe voulait intervenir dans le choix du nouveau comte de Flandre.
1314-1315. Les nobles vont se révolter dans les ligues nobiliaires, comparables aux élites urbaines. On considère que le royaume intervient de plus en plus dans leurs affaires, notamment sur l'aspect fiscal.
Les causes de la guerre de Cent ans
Le problème féodal des Plantagenêts demeure. En 1314, Philippe le Bel attaque le roi d'Angleterre pour la Guyenne. Deuxième attaque en 1336-1337, qui voit des empiétements anglais sur le territoire royal, avec le refus d'accepter les prérogatives suzeraines du roi de France sur la Gascogne. Mais des causes dynastiques dues au changement de dynastie interviennent aussi : mort de Louis X, en 1316, sans fils, et la couronne passe à ses frères Philippe V et Charles IV ; mort de Charles IV en 1328, sans frère ni fils. Par sa s?ur, le royaume de France reviendrait aux Anglais. On prend alors la décision politique d'exclure les descendants par voie féminine et de donner la couronne à une nouvelle branche cousine : Philippe VI. On aurait autant pu transmettre le royaume à l'Angleterre. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.