Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    La communauté indigène visée par un autre assassinat    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Kawn»
Le cosmos poétique
Publié dans Info Soir le 02 - 03 - 2006

Poésie n Mme Yemilé Haraoui Ghebalou, enseignante à l?université d?Alger au département d?interprétariat, a présenté à la Bibliothèque nationale son dernier né : Kawn.
Kawn est un recueil de poèmes paru aux éditions Dahlab ; «des poèmes nés d?une activité intime et vitale» et qui renvoient à une sensibilité rendue publique en images et en impressions.
«Parler d?un livre, c?est parler de soi», affirme Yemilé Haraoui Ghebalou, qui dit être venue à la poésie à la suite d?un long cheminement. Elle se révèle, se raconte en effet à travers des mots, ses mots qui décrivent une existence, la sienne, des expériences vécues, des sensations ressenties, des souvenirs remémorés. En fait, toute sa poésie est inspirée et organisée autour de thèmes.
«Mes sources d?inspiration ne sont pas au sens romantique du terme, c?est plutôt un processus plus long où il y a de la décantation, de la réflexion, en somme du travail», explique-t-elle. Un travail sur la langue, les mots, le style? Et d?ajouter : «Il y a d?abord l?observation de la nature.»
Sur ce, elle explique que la nature dans sa diversité végétale et son rapport avec l?étrangeté (la nature est pour elle comme pour nombre de poètes quelque chose de mystérieux) l?a aidée à composer son espace poétique.
«Il y a ensuite le chaâbi qui, même s?il n?est pas perceptible, reste présent dans chacun de mes poèmes», poursuit-elle.
À cet effet, elle ne manque pas d?avouer sa fervente admiration pour les ténors de cette musique, à l?instar de Bouâdjadj et de Kamel Messaoudi. Enfin, Mme Yemilé Haraoui Ghebalou évoque son troisième espace de création : «Ce sont mes lectures coraniques où les personnages rapportés sont des images fortes et frappent l?imagination.» Elle cite, à titre d?exemple, le prophète Youcef (que la paix soit sur lui). Ces images, selon elle, alimentent l?imaginaire, stimulent et cultivent la création. Vient s?ajouter à cela une autre source d?inspiration, «c?est le quotidien, c?est ce que nous avons vécu lors de la dernière décennie comme tragédies», dit-elle. Sur le plan de la forme et de la composition, la poésie de Yemilé Haraoui Ghebalou se veut libre, affranchie des règles ; c?est un travail qui s?est fait cependant sur les assonances pour conférer au poème une certaine musicalité et plus de rythme. Il y a aussi un travail autour des mots, des images pour rendre le texte substantiel, relevé.
A la question portant sur le choix du titre, elle dira que c?est un mot auquel elle tient, car il renvoie à la beauté.
«Kawn, un mot arabe, veut dire cosmos, et l?univers renferme des résonances mythiques. L?on ne peut ainsi vivre sans mythes», explique-t-elle, ajoutant, par ailleurs, que «le cosmos entretient un rapport avec l?existence, la création».
Il est à souligner que les poèmes sont accompagnés d?une calligraphie exécutée par Tahar Haraoui, son mari, qui dira que chaque représentation correspond au mieux au poème dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.