FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    PRODUCTION D'AGRUMES : Près de 40.000 quintaux d'oranges récoltés    EXPLOITE DE MANIERE SCANDALEUSE EN FRANCE : Le médecin algérien payé ‘'à moitié prix''    LE FLN ET LE RND SE LIVRE UNE RUDE BATAILLE : La campagne des sénatoriales bat son plein à Oran    INTERDICTION DU NIQAB : Les Zaouïas appellent à une interdiction totale    LES NEGOCIATIONS ABOUTISSENT A DE "BONS RESULTATS" : Une zone de libre-échange africaine dans 10 ans    TIARET : Un homme et une femme écroués pour charlatanisme    AIN TEMOUCHENT : 07 harraga portés disparus en mer    ORAN : Un jeune arrêté pour chantage sur facebook    L'art de la confusion.    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Léo Rojas, nous y étions !    Kamel Messaoudi : Le chanteur qui a osé    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
La légende de Sidi Ali Embarek (4e partie et fin)
Publié dans Info Soir le 01 - 11 - 2006

Résumé de la 3e partie n Le pouvoir de Sidi Ali Embarek éclate au grand jour : pendant qu'il fait des invocations, les bœufs travaillent pour lui !
De ce jour, sa réputation grandit dans la ville de Koléa, puis dans toute la région. On accourt de partout pour voir le saint, pour qui Dieu a réalisé le prodige.
«Intercède pour nous !», le supplient les gens.
On lui apporte des malades, des paralytiques et même les femmes stériles le supplient de faire quelque chose pour elles. Lui se contente de faire des invocations, de prier Dieu de venir en aide aux croyants dans la détresse.
Les visiteurs font des dons en nature et en espèces. Sidi Embarek accepte les présents non pour son usage personnel mais pour la construction d'une zaouia, qu'il veut à la fois un établissement d'enseignement de la religion et un asile pour les pauvres et les miséreux. C'est qu'il n'oublie pas sa condition première, le burnous qu'il portait quand il est arrivé à Koléa est toujours là pour en témoigner.
La zaouia voit bientôt le jour et Sidi Ali Embarek va la diriger. Les étudiants affluent par centaines, de sorte que la salle de cours ne peut plus les contenir. A la réputation de thaumaturge, l'homme joint celle de savant réel. Dieu lui a donné, en effet, le savoir et le sens du discernement, si bien qu'il dépasse bientôt tous les maîtres de la ville.
Même le pacha turc de la ville de Koléa, Kader, veut le voir. Il le comble de présents et le saint homme l'exhorte à se montrer plus généreux et plus juste envers ses sujets.
La légende rapporte plusieurs autres miracles accomplis par le saint homme. Elle le met également en contact avec d'autres saints de la région. Les rapports n'étaient pas toujours cordiaux, les autres saints, jaloux de Sidi Embarek, cherchaient à lui en imposer. C'est ainsi qu'un jour, Sidi Ben al-Alia, de la Mitidja, le prend à partie.
«Peuh, lui dit-il, tes pouvoirs ne sont rien à côté des miens !
— Tu n'es qu'un vantard», dit Sidi Embarek. Il fait une invocation et ouvre la bouche. Aussitôt, un domestique de Ben al-Alia, qui se trouvait là, est englouti jusqu'au nombril.
«Libère mon serviteur, crie Ben al-Alia. Autrement je t'écrase sous une montagne.»
Autre miracle encore : le saint saisit dans sa main le djebel Menaâ et menace de le laisser tomber sur la tête de son adversaire. Sidi Embarek éternue aussitôt et le malheureux serviteur sort par son nez!
Selon la tradition, Sidi Embarek est mort à un âge avancé. Un matin, en allant le réveiller, ses enfants l'ont trouvé mort dans son lit.
Il est enterré dans sa zaouia, sur laquelle on a élevé plus tard une koubba ; le mausolée est encore aujourd'hui l'objet de la ferveur populaire.
On raconte que dans la nuit des funérailles de Sidi Ali Embarek, deux palmiers ont poussé non loin du tombeau.
Le mausolée de Sidi Embarek a valu longtemps à Koléa le surnom élogieux d'El-Madina athania, la seconde Médine, la première étant la ville du Prophète, en Arabie saoudite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.