Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    L'hommage de Messi à Maradona    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    Sabri Boukadoum fait le ménage au MAE    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    «Nous jouerons le haut du tableau»    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cadres algériens à l'étranger
Ils veulent rentrer
Publié dans Info Soir le 01 - 06 - 2008

Si jusque-là, la diaspora algérienne n'a pas été d'un grand apport, les choses sont en train de changer. Des membres de cette dernière veulent rentrer au pays pour y travailler. Mieux encore, certains sont intéressés par l'idée de s'y installer définitivement !
Au moment où nos jeunes ne pensent qu'à prendre le large, des membres de la diaspora algérienne veulent rentrer au pays pour y travailler. Mieux encore, certains sont intéressés par l'idée de s'y installer définitivement. C'est du moins ce qu'a indiqué, ce matin, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, le président du Réseau des Algériens diplômés des grandes écoles françaises (Reage), Fatah Ouazzani.
«Il y a beaucoup de jeunes aujourd'hui qui ont envie de venir travailler en Algérie, certains ont envie de s'y installer», a-t-il affirmé en substance. Selon lui, la diaspora algérienne d'aujourd'hui, composée de 5 millions de personnes, n'a rien à voir avec l'émigration des années 1950 et 1960 dans la mesure où elle compte «beaucoup de cadres, beaucoup de chefs d'entreprise, beaucoup d'étudiants». «C'est une puissance phénoménale» que Reage ambitionne de «mettre au service de l'Algérie par des choses très concrètes», a enchaîné M. Ouazzani. Ceci est d'autant plus possible et plausible que notre pays, «qui a beaucoup changé», a énormément de chances de bénéficier d'une grande partie «des millions d'emplois du monde occidental qui vont être délocalisés vers les pays émergents» dans les prochaines années, d'après lui.
Toujours est-il que beaucoup reste à faire, a néanmoins fait remarquer l'invité de la Chaîne III, reconnaissant au passage que la diaspora algérienne n'a pas contribué, jusque-là, au développement de l'économie nationale. Sur ce plan, «nous sommes très loin derrière les autres diasporas», a indiqué M. Ouazzani, tout en précisant : «Nous n'avons pas été sollicités, ce qui était normal car nous étions dans un modèle économique centralisé.» Mais les choses commencent à changer et, «depuis quelques années, il y a un regain d'intérêt de part et d'autre», a-t-il poursuivi. Dans cet ordre d'idées, Reage compte proposer aux autorités «de réfléchir à la mise en place d'un cadre qui nous permette de travailler ensemble», a conclu son président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.