Directeur de campagne de Mihoubi: un taux de vote "encourageant"    Présidentielle : le président de l'ANIE accomplit son devoir électoral    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    Atal opéré avec succès    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Une enveloppe pour la chaufferie et les cantines scolaires    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Fin de la phase aller le 21 décembre    Cinq morts dans une attaque des shebab    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    Reconduction d'un programme algéro-américain    Un boycott inédit en perspective    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    Présidentielle du 12 décembre : ouverture des bureaux de vote    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cadres algériens à l'étranger
Ils veulent rentrer
Publié dans Info Soir le 01 - 06 - 2008

Si jusque-là, la diaspora algérienne n'a pas été d'un grand apport, les choses sont en train de changer. Des membres de cette dernière veulent rentrer au pays pour y travailler. Mieux encore, certains sont intéressés par l'idée de s'y installer définitivement !
Au moment où nos jeunes ne pensent qu'à prendre le large, des membres de la diaspora algérienne veulent rentrer au pays pour y travailler. Mieux encore, certains sont intéressés par l'idée de s'y installer définitivement. C'est du moins ce qu'a indiqué, ce matin, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, le président du Réseau des Algériens diplômés des grandes écoles françaises (Reage), Fatah Ouazzani.
«Il y a beaucoup de jeunes aujourd'hui qui ont envie de venir travailler en Algérie, certains ont envie de s'y installer», a-t-il affirmé en substance. Selon lui, la diaspora algérienne d'aujourd'hui, composée de 5 millions de personnes, n'a rien à voir avec l'émigration des années 1950 et 1960 dans la mesure où elle compte «beaucoup de cadres, beaucoup de chefs d'entreprise, beaucoup d'étudiants». «C'est une puissance phénoménale» que Reage ambitionne de «mettre au service de l'Algérie par des choses très concrètes», a enchaîné M. Ouazzani. Ceci est d'autant plus possible et plausible que notre pays, «qui a beaucoup changé», a énormément de chances de bénéficier d'une grande partie «des millions d'emplois du monde occidental qui vont être délocalisés vers les pays émergents» dans les prochaines années, d'après lui.
Toujours est-il que beaucoup reste à faire, a néanmoins fait remarquer l'invité de la Chaîne III, reconnaissant au passage que la diaspora algérienne n'a pas contribué, jusque-là, au développement de l'économie nationale. Sur ce plan, «nous sommes très loin derrière les autres diasporas», a indiqué M. Ouazzani, tout en précisant : «Nous n'avons pas été sollicités, ce qui était normal car nous étions dans un modèle économique centralisé.» Mais les choses commencent à changer et, «depuis quelques années, il y a un regain d'intérêt de part et d'autre», a-t-il poursuivi. Dans cet ordre d'idées, Reage compte proposer aux autorités «de réfléchir à la mise en place d'un cadre qui nous permette de travailler ensemble», a conclu son président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.