"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une quarantaine de poètes pour célébrer la rime à Tissemsilt
Deuxième édition du «Printemps littéraire de l'Ouarsenis»
Publié dans La Tribune le 17 - 03 - 2014

La deuxième édition de la manifestation «Printemps littéraire de l'Ouarsenis»
s'ouvrira mercredi prochain à Tissemsilt, avec la participation d'une quarantaine de poètes, venus de plus d'une vingtaine de wilayas du pays rapporte l'APS.
Au programme de cette manifestation de trois jours, organisée par la direction de la culture de la wilaya, en collaboration avec l'association culturelle Ouyoune, à l'occasion de la célébration de la fête de la victoire, figurent des conférences sur la réalité et le devenir de la littérature et la poésie en Algérie qui seront animées par des universitaires, en plus de récitals poétiques en dialectal, de rencontres avec des écrivains et de séances de ventes-dédicaces de livres.
Cet événement culturel, qui sera abrité par la Maison de la culture, la bibliothèque principale de lecture publique et la résidence universitaire, sera marqué par la présence de noms connus dans le monde poétique, à l'instar de Slimane Djouadi, Lakhdar Barka, Lakhdar Flous, de scénaristes, dont Aïssa
Cheriet, le critique littéraire Saïd Benzerga et des romanciers, qui débattront notamment sur la réalité de l'écriture littéraire et poétique.
Ainsi, durant trois jours, Tissemsilt deviendra la capitale de la rime et de la prose, dans les langues classique et dialectale, pour clamer la beauté du verbe.
Afin de susciter et de déceler les talents chez les auteurs en herbe, un concours de poésie classique ciblant les lycéens et les jeunes de la wilaya sera
organisé, en plus d'une soirée artistique prévue à la Maison de la culture Mouloud Kacim Nait Belkacem.
Selon les organisateurs du «Printemps littéraire de l'Ouarsenis», cette manifestation vise plusieurs objectifs, dont l'émergence de jeunes talents dans le domaine littéraire, la création d'un espace d'échanges et la contribution à l'enrichissement de la recherche sur la poésie et la prose.
Pour rappel, la première édition du «Printemps littéraire de l'Ouarsenis», tenue l'année dernière, a vu la participation de 50 poètes de 18 wilayas. Lors de cette édition inaugurale les animateurs avaient fait des lectures de poèmes en parler dialectal et en arabe classique et organisé un concours sur la poésie classique au profit des élèves du cycle secondaire. Cette 1re édition avait été
également marquée par l'émouvant hommage rendu à l'écrivain Othmane Loucif, de la wilaya de Biskra, auteur de plus de 15 recueils littéraires.
Longtemps délaissée au profit d'autres styles littéraires, à l'instar du roman et de la nouvelle, la poésie est en train de retrouver depuis quelques années ses lettres de noblesse à travers l'organisation de plus en plus de manifestations entièrement dédiées à l'alchimie des mots. Ainsi, qu'un plus grand nombre de publications de recueils poétiques, vu que les poètes prennent de plus en plus le risques de montrer qu'ils ont des choses à dire et à partager S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.