Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Motus et bouche cousue...
Editorial
Publié dans La Tribune le 05 - 02 - 2015

Décidément, pas un mot du gouvernement, plus précisément du Premier ministre, pour soutenir une ministre de l'Education nationale confrontée à l'appétence des syndicats en dépit du travail qu'elle a effectué jusqu'ici et de sa volonté d'aplanir les problèmes. Elle a beau avoir fait tout ce qui relève de ses prérogatives envers les enseignants et satisfait toutes les revendications qui sont du ressort de son secteur, ceux-ci (les enseignants) demeurent non seulement inextinguibles, mais ils continuent à recourir au chantage pour faire abdiquer la tutelle. Ils sont tout simplement motivés par le fait qu'elle réagisse mollement à leurs exigences et à la pression qu'ils exercent sur elle et que sa hiérarchie n'ait pas pesé de son poids aussi bien pour la soutenir que pour situer les responsabilités. Le silence assourdissant du Premier ministre est forcément interprété comme une faiblesse de ce dernier et comme un détachement vis-à-vis de la ministre qui était arrivée à la tête du secteur avec la détermination de mettre en œuvre une véritable réforme du système pédagogique. D'autant plus qu'elle a fait partie (en 2002) de la commission Benzaghou dont le rapport est resté enfermé dans un tiroir pour que des mesures aliénant l'école algérienne soient appliquées. Le résultat, nous le connaissons. Une école livrée aux mains d'arriéristes qui l'ont massacrée et réduite à «fabriquer» des illettrés et à être le nid de la violence. Mme Benghebrit était décidée à remettre l'enseignement sur les rails en l'arrimant aux dispositions proposées par la même commission, et, partant, au savoir universel. Mal lui en prit apparemment, les habitudes ayant la peau dure et l'inertie s'étant figée dans des esprits désertés par le sens du devoir – celui de prodiguer un enseignement aux enfants et de leur inculquer les connaissances – et par la passion du métier. Tout ceci dans une indifférence perceptible du gouvernement, indifférence exploitée par les syndicats de l'éducation nationale qui tiennent à acculer la tutelle même si celle-ci a clairement fait savoir que la prise en charge des points restants relève d'autres parties, en clair, de la Fonction publique qui tarde à se manifester et qui n'a pas été «invitée» à jouer son rôle dans l'assainissement de la situation. Fidèles à leur comportement jusqu'au-boutiste, les syndicats ont appelé à la grève pour la semaine prochaine et pour la semaine suivante (un des syndicats se démarque de l'alliance formée récemment en appelant les enseignants à une action distincte). La ministre, qui «suppose» que «des revendications socioprofessionnelles ont pris le dessus au détriment du volet éducatif», multiplie les appels à la raison tout en recevant les partenaires sociaux, souhaitant qu'ils soient patients et qu'ils ne recourent pas systématiquement à la grève. Le recours à l'arbitrage au cas où le dialogue engagé avec les syndicats n'aboutit pas les poussera-t-il sur le chemin de l'école une fois le débrayage entamé ? Pas si sûr, la décision de justice ayant déclaré illégal leur mouvement de grève en février de l'année dernière, n'a pas pour autant incité les enseignants à réintégrer leur classe par respect du «droit de l'élève à l'éducation et à l'enseignement garanti par la Constitution de la République», argument ayant motivé la décision.
R. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.