JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Real Madrid : Un énorme coup dur pour Zidane dans le dossier Hazard ?    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Naples a refusé une énorme offre pour Koulibaly    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe de l'intelligence artificielle est en marche !
Nos chercheurs séduisent les géants de l'Internet
Publié dans La Tribune le 06 - 09 - 2016

En matière d'informatique, de mathématiques appliquées ou pures et d'intelligence artificielle, l'Europe – dont la France – n'a pas à rougir. Nos chercheurs séduisent les géants de l'Internet.
En matière d'informatique, de mathématiques appliquées ou pures et d'intelligence artificielle, l'Europe – dont la France – n'a pas à rougir. Nos chercheurs séduisent les géants de l'Internet.
A l'heure où l'Europe traverse une crise politique majeure provoquée par le choix britannique du Brexit, à l'heure où les échecs européens prennent le pas sur les succès, il semble important de souligner les secteurs dans lesquels cette même Europe a su exceller et se faire apprécier du reste du monde : l'intelligence artificielle (IA), en tant que futur moteur de la croissance économique mondiale, constitue l'un des domaines d'excellence européens les plus prometteurs.
En matière de révolution numérique, nous sommes habitués et presque résignés à un leadership américain sans partage qui relègue souvent l'Europe au rôle d'observateur, consommateur, suiveur des technologies californiennes.
Mais cette situation inconfortable pourrait bien évoluer et se rééquilibrer au profit du vieux continent qui attire aujourd'hui les fleurons mondiaux de la R et D en IA sur un axe émergeant liant Londres, Paris et Zürich. Dans cette dynamique, c'est aussi l'excellence scientifique française (en particulier en sciences des données, et en mathématiques) qui est reconnue et qui incite désormais les Gafa à s'installer et à développer leurs structures de recherche sur cet axe européen.
Google DeepMind à Londres
Basée à Londres, la société Google DeepMind est certainement la première composante de ce nouvel axe européen de l'IA. Fondée en 2010 par Demis Hassabis et deux associés, DeepMind a rapidement enchaîné les succès d'innovation en matière d'intelligence artificielle et a (logiquement) été rachetée par Google en 2014 pour plus de 628 millions de dollars. Spécialisée dans l'apprentissage profond, Google DeepMind s'est fixé l'objectif ambitieux de «résoudre l'intelligence et de l'utiliser pour rendre le monde meilleur». Son fondateur Demis Hassabis déclarait en 2012 dans la revue Nature : «Tenter de distiller l'intelligence dans une construction algorithmique peut s'avérer être le meilleur chemin pour comprendre le fonctionnement de nos esprits».
Les techniques d'apprentissage profond par renforcement développées par DeepMind imitent le fonctionnement du cerveau humain qui sait analyser les expériences passées pour agir plus efficacement dans ses futures interactions. DeepMind a créé ainsi une IA capable d'apprendre à jouer aux jeux vidéo de la marque Atari puis de battre les champions de ces jeux. Cette IA surpasse aujourd'hui les meilleurs experts humains dans plus de 22 titres classiques de l'éditeur.
La machine apprend à jouer et à s'améliorer aux jeux Atari
En mars 2016, le programme AlphaGo développé par Google DeepMind a remporté quatre victoires sur cinq contre le champion du monde sud-coréen de jeu de Go Lee Sedol. Il s'agit là d'un défi majeur de l'intelligence artificielle, relevé par les équipes de Demis Hassabis. On notera que la société DeepMind appuie son développement sur un véritable projet philosophique qui a su rencontrer celui de Google. DeepMind rassemble aujourd'hui plus de 200 scientifiques des données et neuroscientifiques de très haut niveau, dont plusieurs ingénieurs et chercheurs français (Laurent Sifre) experts en Deep Learning.
L'IA de Facebook à Paris
En juin 2015, la société Facebook installait son troisième laboratoire de recherche en intelligence artificielle (Fair) à Paris complétant ainsi le Fair de Menlo Park en Californie et le Fair-New York. Facebook a justifié son choix d'implantation parisien en affirmant que la France abritait quelques-uns des meilleurs chercheurs en IA du monde. Un accord de collaboration avec l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) a permis de consolider l'installation du Fair à Paris. Dirigés par le français Yann Le Cun, les trois laboratoires Fair constituent le moteur d'innovation du géant américain et déterminent ses orientations stratégiques.
Yann Le Cun, professeur à l'Université de New York et considéré comme l'un des meilleurs spécialistes au monde du Deep Learning est titulaire depuis 2016 de la chaire «informatique et sciences numériques» du Collège de France. On lui doit l'installation du Fair à Paris et l'orientation des thématiques de recherche vers la reconnaissance automatique d'images et de vidéo par apprentissage non supervisé. L'équipe du Fair Paris a recruté plusieurs chercheurs français issus entre autres de l'Ecole normale supérieure et de l'Ecole polytechnique. Là encore, l'excellence scientifique française a contribué à cette installation hautement stratégique pour Facebook comme pour l'écosystème français de l'IA.
Google Research Europe à Zurich
Google a officiellement annoncé, le 16 juin dernier, la création à Zurich de son groupe européen de recherche (GRE) dédié au machine learning. Cette structure de R&D qui devra jouer un rôle central dans le développement de l'apprentissage automatisé chez Google sera dirigée par le français Emmanuel Mogenet, Directeur de l'ingénierie de Google Suisse à Zurich. Le GRE mènera des recherches selon trois axes : le Deep Learning, la compréhension et le traitement automatique du langage naturel utilisé dans les applications vocales et la perception artificielle (images, sons, vidéos) s'appuyant sur des réseaux de neurones. L'un des objectifs du GRE est de développer un langage basé sur le sens commun, à l'image de celui d'un enfant dans sa phase d'apprentissage.
Ces trois implantations de centres de recherche de niveau mondial dessinent désormais un axe européen de l'IA dont le rayonnement devrait profiter non seulement aux géants Google et Facebook mais également aux écosystèmes technologiques locaux. Dans chacun de ces cas, on soulignera le rôle déterminant de l'expertise et de l'excellence française dans la construction et la supervision de ces centres de recherche. L'Europe de l'intelligence artificielle est en marche. Sachons la mériter !
T. B.
* Thierry Berthier, maître de conférences en mathématiques - Cybersécurité Cyberdéfense - Chaire de cyberdéfense Saint-Cyr, Université de Limoges
In latribune.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.