Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des œuvres spirituelles transgressant le concept de la société de consommation
Expositions Al-Tiba9 jusqu'au 31 novembre au Musée du Bardo
Publié dans La Tribune le 27 - 10 - 2016

L'installation Invasion incarne l'esprit du collectif où le concept de l'esthétisme visuel est transgressé par un objet ludique pour transmettre un message spirituel
La 4e édition des expositions Al-Tiba9, organisée par le collectif Asswad autour de la thématique de «La transgression» jusqu'au 31 novembre prochain, au musée du Bardo, convie les visiteurs à découvrir les œuvres originales de douze artistes algériens et étrangers autour de cette thématique. Dans le texte de Mazia Djab, du collectif Asswad, qui présente une œuvre composée de tableaux de calligraphie et de photos d'un jeune, intitulée Les noms d'Allah, il est souligné qu'«aborder une réflexion sur la transgression reste encore aujourd'hui toujours difficile, car celle-ci est souvent perçue négativement, comme une destruction. Pourtant il serait plus juste de dire qu'enfreindre l'interdit est une déconstruction mais surtout une réappropriation d'un réel qui parait obsolète pour une reconstruction». Dès lors «la transgression est au cœur de n'importe quel acte instaurant une tradition ou une coutume. C'est pourquoi il faut saisir cette expression d'une imagination créatrice à l'œuvre».
Pour sa part, avec son œuvre intitulé You, l'artiste catalan Albert Coma Bau, explore la dimension spirituelle du cycle de la vie dans son côté le plus sombre et le plus lumineux. Il s'agit de transgresser les lois de la physique, de notre éphémère existence, de la vie et de la mort pour des interrogations existentielles. Albert Coma Bau confie que «c'est à la suite du décès d'un parent très proche, il ya deux années, que j'ai traversé une période sombre pétrie d'une profonde tristesse marquée sur le sens de la vie et de l'existence». Il explique que, telle une catharsis, cette œuvre, dont la création est aussi basée sur les matériaux utilisés et le cercle noir, a été peinte a partir de pigments obtenus après avoir transformé en charbon un morceau de bois mort qu'il a dilué dans de l'eau. Ainsi, on retrouve les différents éléments du cosmos, la terre dont l'arbre est le fruit, le feu qui engendre le charbon, l'eau, symbole de la vie qui redonne vie au bois mort, le tout contribue à la naissance d'une œuvre. Le halo de lumière à travers la lampe symbolise l'air, et cette énergie canalise pour éclairer les plus sombres des nuits, dont celle des âmes perdues dans leurs douleurs. L'installation est accompagnée d'un texte : «Vous m'avez ouvert un rayon de lumière à travers un rideau, il y avait quelque chose de sacré dans tout cela. Maintenant, je sens que, si je tourne, l'univers engloutit la chambre.» Artiste perfectionniste, Albert Coma Bau a subtilement laissé quelques traces sombres déborder du cercle comme un signe pour dire que la perfection n'est qu'une illusion de l'esprit. Le contraste est saisissant.
Quant à l'italienne Jiuliana Bellini, son installation originale, intitulée Invasion, incarne l'esprit du collectif où le concept de l'esthétisme visuel est transgressé par un objet ludique pour transmettre un message spirituel. Invasion occupe la majorité du sol. Il est expliqué que «l'artiste imagine une forme de vie qui s'installe et se multiplie en envahissant le lieu lui-même, les ballons collés au sol éclatent occasionnellement dans un vacarme joyeux, ou, parfois, se décollent vers d'autres espaces. Ce qui arrive est devenu une véritable invasion, où la présence des ballons envahit le musée du Bardo».
Quant à l'œuvre de Mounir Fatmi du Maroc, un artiste coté dans les plus grandes galeries et musées internationaux, elle est intitulée Tête Dure. C'est un calligramme noir, dont les entrelacs de courbes et contre-courbes enserrent les chiffres de 1 à 6. En dessous figure la libre traduction d'un fragment du verset du Coran en partie calligraphié. Les visiteurs peuvent également découvrir l'œuvre d'Ulla Karttunen, une artiste multidisciplinaire de Finlande, qui s'intéresse plus spécialement à la place du fétichisme de la femme dans la société de consommation.
Pour rappel le vernissage de l'exposition a été marqué par la performance artistique de Mo' Mohamed Benhadj, intitulée Révérence, l'artiste algérien surprend encore une fois par sa démarche artistique fortement imprégnée de spiritualité. Les mouvements de tout le corps sont hypnotiques, et défient les éclats en fusion de la scie métallique, où les étincelles sont de véritables feux de joie d'un état d'extase. Dans sa performance, Mo' Mohamed Benhadj transgresse la gravité, la douleur du corps et la matière physique pour accéder à la sérénité de l'être dans un état spirituelle qui transcende toutes les lois terrestres pour accéder au divin
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.