Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des classes préparatoires dès la prochaine rentrée universitaire
Harraoubia a confirmé hier leur mise en place
Publié dans La Tribune le 19 - 02 - 2009


Photo : Riad
Par Abderrahmane Semmar
Une nouveauté à l'université. Le pas a été franchi, relèvent de nombreux spécialistes du secteur. Et pour cause, l'Algérie se dotera dès la prochaine rentrée universitaire d'au moins quatre classes préparatoires. Des bacheliers seront sélectionnés selon des critères très stricts. L'objectif affiché est de cultiver l'excellence.
Pour cela, jusqu'à aujourd'hui, cinq lycées ont été retenus pour abriter les classes préparatoires qui dispenseront des formations
de haut niveau pour préparer l'intégration d'élèves, soigneusement sélectionnés, aux grandes écoles. Soit, les pôles d'excellence de demain. Les villes d'Alger, de Constantine, d'Oran, de Tlemcen et, éventuellement, de Annaba, accueilleront ces écoles.
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, en concertation avec le ministère de l'Education nationale, est en train de finaliser la mise en place de ces classes préparatoires pour les écoles d'excellence.
En tout cas, une chose est sûre, ces dernières seront opérationnelles d'ici à la prochaine rentrée universitaire, nous a confirmé hier le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, lors d'une visite de travail à l'Unité de développement des équipements scolaires (UDS), située à Bou Ismaïl, et au Centre de développement des énergies
renouvelables, à Bouzaréah.
Ces classes, au nombre de cinq, concerneront les filières sciences et technologie, sciences de la nature et de la vie, sciences économiques, gestion et finances, lettres et architecture. Ainsi, il sera question, selon les précisions fournies hier, d'une formation de haut niveau assurée par des professeurs spécialistes dont les compétences répondent aux normes internationales en matière de pédagogie.
Seuls les bacheliers ayant obtenu des moyennes élevées à l'examen du baccalauréat pourront bénéficier de cette formation
d'élite. Selon M. Rachid Harraoubia, ces classes assureront une formation de deux ans, en tronc commun, dans l'une des filières citées ci-dessus. Après ces deux ans, les étudiants seront orientés, après concours, vers l'une des 60 écoles et instituts supérieurs qui existent en Algérie. A signaler que les critères de sélection pour rejoindre ces classes seront mis à la connaissance des élèves de
terminale au cours du mois de mai prochain.
Le premier responsable du secteur a annoncé également que de nouvelles spécialités seront créées d'ici à la prochaine rentrée
universitaire dans l'ensemble des établissements universitaires du pays. «Nous tenons à ce que ces spécialités soient nationales pour que chaque étudiant puisse, dans n'importe pôle universitaire, les intégrer sans aucune distinction», a précisé Rachid Harraoubia,
ajoutant que l'ambition première de cette nouvelle mesure est d'instaurer «une réelle compétition entre les différents centres universitaires du pays». En ce concerne la réforme du LMD, initié il y a plus de 5 ans, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a fait part de sa satisfaction : «Cette réforme a atteint tous ces objectifs. Nous avons réussi, et je le dis en toute objectivité, à adapter notre université à l'universel grâce à cette réforme. Aujourd'hui, des étudiants algériens peuvent s'inscrire en doctorat à l'étranger sans qu'ils passent par le master 2 puisque dans leur pays ils ont pu décrocher ce diplôme».
Pour Harraoubia, le LMD a permis, en dernier lieu, de donner de la lisibilité aux diplômes de l'université algérienne. Dans
ce sens, d'après lui, le système d'enseignement supérieur a pu s'adosser aux évolutions actuelles du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.