Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le clivage sunnites-chiites une aubaine pour Trump
Accueillit pompeusement en Arabie saoudite
Publié dans La Tribune le 23 - 05 - 2017

La salve d'attaques et d'accusations qui a visé l'Iran lors de la virée de Trump en Arabie saoudite pourrait bien être les prémices d'une agression contre ce pays. L'Iran semble être devenu dans le discours officiel saoudien l'ennemi principal qui menacerait «le monde arabe et musulman». Les Saoudiens, qui avaient très mal vécu la signature de l'Iran avec les grandes puissances d'un accord sur le nucléaire qui pourrait permettre à Téhéran de revenir sur la scène international après des décennies d'embargo et d'isolement imposées par les Occidentaux, ont vu dans l'avènement de Trump sur la scène politique américaine un espoir alors qu'Obama entreprenait un changement de doctrine qui mettrait en cause les relations très particulières entre les deux pays. Le faste avec lequel a été accueilli Trump, avec sa femme et sa fille, et les contrats mirobolants signés en cette occasion démontrent la disponibilité et la volonté de Riyad d'aller loin avec Washington pour peu que ce dernier endigue la «menace» iranienne. Même Israël, qui occupe toujours les territoires palestiniens, ne semble plus constituer un ennemi pour Riyad. De quoi faire dire à certains analystes que la «normalisation» devrait arriver plus vite que prévu.
La visite du tonitruant président américain en Arabie saoudite aura été particulièrement remarquée tant elle intervient dans un contexte régional et international tendu. Mais aussi par son déroulement dans la forme et dans le fond. Les mirobolants contrats signés qui se chiffrent en centaines de milliards de dollars, du jamais vu dans l'histoire des relations entre les deux pays, auront laissé un sentiment de répulsion lorsque, pas très loin, au Yémen des milliers d'enfants meurent du cholera. Il est à relever que les contrats d'armement paraphés ne donnent pas de supériorité stratégique sur le seul acteur qui vaille pour Washington dans la région : Israël. Cet armement pourrait servir particulièrement au Yémen ou le peuple de ce pays pauvre souffre toujours le martyre à cause d'une guerre imposée de l'extérieur. Les saoudiens semblent avoir «acheté», selon les observateurs, une guerre contre l'Iran et ses alliés dans la région. Le discours attendu de Donald Trump à Riyad, dans ce sommet des Etats musulmans voulu par l'Arabie saoudite, aura été plein de paradoxes, en adéquation avec la personnalité du locataire de la Maison Blanche. Pour Trump l'extrémisme à combattre c'est l'hostilité à Israël et aux Etats-Unis, par contre la modération c'est bien la soumission à ces deux alliés et leur politique dans la région. Trump a accusé l'Iran de vouloir propager la destruction et le chaos, la guerre confessionnelle dans la région, et de constituer le fer de lance dans le soutien au «terrorisme» et ses «milices». Trump a enjoint aux arabes et musulmans de faire la guerre à l'Iran et non pas à Israël. Durant ce sommet pas comme les autres la parole n'a pas été donné au président palestinien Mahmoud Abbas, pourtant faisant parti des «modérés», ce qui dénote de la marginalisation de cette question centrale dans la région.
Le nouvel «axe du mal»
La salve d'attaques politiques et d'accusations qui ont visé l'Iran lors de la virée de Trump en Arabie saoudite pourrait bien être les prémices d'une agression contre ce pays. L'Iran semble être devenu dans le discours officiel saoudien l'ennemi principal qui menacerait «le monde arabe et musulman». Les saoudiens semblent avoir très mal vécu la signature de l'Iran avec les grandes puissances d'un accord sur le nucléaire qui pourrait permettre à Téhéran de revenir sur la scène internationale après des décennies d'embargo et d'isolement imposées par les Occidentaux. L'avènement de Trump sur la scène politique américaine va redonner de l'espoir à Riyad alors qu'Obama laissait paraitre un changement de doctrine qui mettrait en cause les relations très particulières entre les deux pays. Lorsque durant sa campagne le fantasque Donald Trump avait déclaré que la signature de l'accord sur le nucléaire aura été une «grande erreur» et que s'il venait à accéder à la Maison Blanche il déchirerait ce document, les saoudiens voyaient déjà en lui leur rédempteur. Le faste avec lequel a été accueilli Trump avec sa femme et sa fille confirme la disponibilité et la volonté de Riyad d'aller loin avec Washington pour peu que ce dernier endigue la «menace» iranienne. Même Israël, qui occupe toujours les territoires palestiniens, ne semble plus constituer un ennemi pour Riyad. De quoi faire dire à certains analystes que la «normalisation» devrait arriver plus vite que prévu. Riyad pourrait même faire associer les membres de la Ligue arabes dans un processus bancal avec l'Etat colonial qui fera date. Le fait que le mouvement de résistance libanais Hezbollah, le seul mouvement qui ose encore tenir un discours d'adversité contre les israéliens, ait été qualifié de «terroriste» durant la conférence de presse entre le ministre des Affaires étrangères saoudien et le secrétaire d'Etat américain pourrait être annonciateur du pire. Trump ne s'est guère gêné de qualifier également le parti palestinien Hamas d'organisation terroriste. Cette insistance du président américain pourrait être expliquée par la volonté de «criminaliser» toute résistance à Israël et son système colonial. Mais aussi comme préambule à cette volonté de mise en place d'une «alliance islamique» pour s'occuper de cette mission au profit d'Israël. Il est sûr qu'à Riyad Donald Trump n'a nullement annoncé la lutte contre le terrorisme, qui touche d'abord les pays musulmans, mais bien annoncé une guerre confessionnelle dans le monde musulman. Une guerre dont les victimes, sunnites ou chiites, seront musulmanes et arabes.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.