POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'habituelle piqure de rappel de la LFP
Audit des stades et respect des normes
Publié dans La Tribune le 15 - 07 - 2017

Dans la réalité de tous les jours, sinon dans les traditions même de gestion du football national, les résistances deviennent en fait miraculeusement de simples malentendus et trouvent des solutions selon les affinités des uns et des autres
Dans le championnat français, la Ligue de football amateur prend acte de l'accession d'un club et exige de ses dirigeants que celui-ci «doit encore mettre notamment son stade en conformité avec les normes prévalant au sein de l'élite». Une exigence qui a donc le mérite d'être claire, nette et précise sinon la formation concernée doit ou bien participer à la compétition dans le stade qui lui serait proche sinon de faire l'impasse sur son accession. La deuxième étant bien entendu drastique et pourtant conforme à une réglementation où aucune exception ne peut être admise au risque de créer un précédent lequel ouvrirait alors la brèche à l'anarchie.
Il s'agit là pourtant d'une compétition amateur sur laquelle la ligue algérienne de football n'est pas regardante et pis celle professionnelle non plus malgré la disponibilité d'un cahier des charges régulièrement, c'est-à-dire à la fin de chaque saison sportive, et donc la particularité est d'être un peu comme l'Arlésienne. Autrement dit tout le monde en parle sans plus.
Dans le bref communiqué de la récente réunion LFP/Présidents de club des Ligues 1 et 2, il est ainsi consigné «le président de la LFP a évoqué plusieurs points parmi lesquels le contenu des dispositions réglementaires, l'opération de l'audit des stades, le dossier Cnas». S'agissant de l'audit des stades et surtout de l'opération elle-même autant rappeler sans risque de se tromper que ladite instruction est pratiquement inscrite en boucle puisqu'elle revient sans aucune ride à chaque intersaison et est à chaque fois accompagné d'un froncement de sourcils du président de la LFP lequel juge ses mises en garde irréversibles pour tout club qui n'y souscrirait pas.
Imparablement et comme il fallait s'y attendre près de 80% des stades de football et plus particulièrement leurs installations à fonction directe : guichets, portes d'accès, système d'évacuation en cas d'impondérable, éclairage pour les rencontres en nocturne et parfois la capacité d'accueil ne répondaient pas aux normes selon une évaluation elle très loin des normes universelles. Et à chaque fois des délais étaient accordés aux clubs qui ne répondaient pas aux conditions exigées dont celles potentiellement porteuses de risques notamment sécuritaires.
Faudrait-il alors s'étonner que la question de la conformité des stades de football revienne, c'est selon à la fin ou au début de chaque saison ? Evidemment non puisque l'exception a depuis bien longtemps remplacé la règle en inversant justement une hiérarchie des normes logiquement immuable.
Dans la réalité de tous les jours sinon dans les traditions même de gestion du football national les résistances deviennent en fait miraculeusement de simples malentendus et trouvent des solutions selon les affinités des uns et des autres et il suffit de se rappeler qu'il y cinq ans un club de Ligue 2 avait obtenu un accord provisoire pour évoluer sur son stade, au demeurant très modeste parce que datant de la période coloniale, avec le simple engagement de ses dirigeants d'engager une opération d'extension qui le mettrait en conformité avec les normes exigées. Comble de l'ironie, pratiquement toutes les rencontres programmées à domicile se sont déroulées avec un pan du stade en pleins travaux avec, forcément, tous les risques inhérents d'accidents en plus, en cas de mécontentement du public, de la faculté pour supporteurs d'avoir à leur disponibilité des matériaux : pierres, ferraille, bois à même d'installer un casus-belli durable. Ce même club professionnel avait, voire a deux guichets situés à un mètre du sol en plus de n'être constitués que d'une ouverture en forme de cercle dont le diamètre ne dépasse pas 15 cm pour les gradins et d'un autre de forme carré dont les cotés n'atteignent même pas la vingtaine de centimètres.
Il ne s'agit là que d'un exemple entre autres sachant que des installations non conformes il doit beaucoup s'en trouver. Ce qui ramène l'exercice de la LFP à une simple formalité sur laquelle il n'y a pas tellement à gamberger puisque les saisons se suivent et se ressemblent, se ressembleront même jusqu'à ce que…
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.